Caroline Vigneaux : l’importance de prendre sa vie en main et d’écouter son intuition

Présente sur la scène de l’Ampli lors de la 9e édition de Big, le jeudi 5 octobre 2023 à l’Accor Arena Paris, l’humoriste, autrice, réalisatrice et productrice, Caroline Vigneaux est revenue sur son parcours, sa reconversion et la méthode qui lui a permis de faire ses choix de vie. 

  • 17 janvier 2024
  • Temps de lecture: 2-3 min
Caroline Vigneaux sur la scène de l'Ampli lors du Big
Caroline Vigneaux sur la scène de l'Ampli

Combien d’entre nous ont rêvé de changer de carrière ou de vie ? Pourtant, nombreux sont ceux qui, pour de multiples raisons, n’en trouvent pas le courage ou l’audace. Parfois, pour avoir la force de repartir à zéro, il faut un déclic ou un événement déclencheur. Pour Caroline Vigneaux, la prise de conscience est arrivée à la mort de son grand-père. 

La reconversion de Caroline Vigneaux, initiée par un choc familial 

Au départ, Caroline Vigneaux suit une voie qu’aucun ne dirait plus classique, pour répondre aux attentes de sa famille, qui ne sont pas forcément les siennes. Pendant huit ans, elle exerce le métier d’avocate dans de prestigieux cabinets, sans se poser davantage de questions. Un métier qu’elle dit avoir choisi car il « était le plus proche de ce qu’elle aimait, la scène ». Mais un jour, son grand-père meurt. Pour Caroline Vigneaux, c’est le choc et, tandis que « la vie continue pour les autres », pour elle rien ne sera jamais plus pareil. Désormais, elle se fait la promesse de tout relativiser et de ne plus jamais donner d’importance au regard des autres. Décidée à faire ses propres choix seule, elle quitte sa robe d’avocate pour endosser le rôle d’humoriste. 

Jouer sa vie à pile ou face : l’importance de l’intuition pour l’humoriste 

Pourtant, le choix de la reconversion n’a pas été évident. « Le moment le plus difficile, c’est quand tu as cette idée folle et que tu as tout le raisonnement à côté qui te dit non, cela ne se fait pas » confie-t-elle. Et pour trancher, elle recommande une seule chose : jouer à pile ou face. Selon Caroline Vigneaux, face à une décision importante, voire capitale, ce jeu de la pièce permet de prendre LA bonne décision pour soi. Car ce n’est pas le résultat qui compte mais l’interprétation que l’on en fait. En fonction de son ressenti, on sait tout de suite s’il faut suivre ce qu’indique la pièce ou non. Aujourd’hui, elle avoue procéder toujours de la même façon, grâce à son intuition, plus que jamais consciente de l’importance de s’écouter. 

Repartir de zéro, le défi de taille de Caroline Vigneaux 

Un choix difficile qui implique un nouveau départ. En 2008, après avoir quitté son cabinet d’avocat, la comédienne en quête de légitimité s’inscrit au Cours Florent afin de se créer un cadre. Le matin, elle suit des cours de théâtre, l’après-midi, elle écrit son spectacle. Pourtant, là encore, les défis sont nombreux. A cette époque, l’humoriste en devenir a déjà « plus de trente ans, l’âge de la prof » et lorsqu’on proposait aux élèves de jouer des rôles de princesses, à elle, on lui suggérait d’interpréter la « belle-mère ». Une entrée en matière compliquée, loin de décourager l’humoriste qui admet se moquer des règles du jeu, s’étant affranchie depuis quelque temps de la peur de déplaire. 

Très vite, son aisance naturelle la propulse sur les planches. En 2009, elle propose déjà au public son premier one-woman-show, Il était une fée, au Festival d’Avignon, puis au théâtre des Blancs Manteaux, à Paris. Elle effectue ensuite une longue tournée en province. Deux ans plus tard, en 2010, son deuxième spectacle Caroline Vigneaux quitte la robe, plus personnel, raconte son parcours d’avocate et sa reconversion. Ensuite, elle devient chroniqueuse dans différentes émissions :  A la bonne heure sur RTL, On n’demande qu’à en rire sur France 2, Samedi Roumanoff et Les pieds dans le Plat sur Europe 1. Elle joue dans des séries télévisées (C’est la crise !, Lazy Company, La télé commande) et participe à de nombreux festivals (Marrakech du rire, Montreux Comedy Festival, Maxi-rires de Champéry). Viennent enfin d’autres spectacles, Caroline Vigneaux croque la pomme et le dernier en date : In Vigneaux Veritas (2024)

Amélie Fonlupt
Amélie Fonlupt Rédactrice Web