Aïssata Fane [Savane & Mousson] : l’entrepreneure qui valorise les diversités et l’inclusion à travers la cuisine

Sur la scène du Bang de la 9e édition de Big, Aïssata Fane, co-fondatrice de Savane & Mousson, un traiteur évènementiel qui fusionne les cuisines d’Afrique et d’Asie, revient sur son parcours entrepreneurial, forgé grâce à la détermination et au travail acharné. 

  • Temps de lecture: 2-3 min
aissata fane

« Malgré le fait qu’on soit une femme, qu’on soit issu d’un milieu modeste, de la diversité ou même qu’on soit jeune, il est possible d’entreprendre et même de réaliser plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaires. » Sur la scène du Bang de la 9e édition de Big, Aissata Fane, 28 ans, partage, en une phrase, l’essence de son parcours et de ses convictions. 


 

Le goût du travail et de la réussite 

Toujours première de sa classe, déléguée des élèves, bachelière distinguée par la mention « très bien ». Depuis son plus jeune âge, Aïssata Fane se distingue par un parcours académique exemplaire. « Mes parents ont quitté le Mali pour permettre à leurs sept enfants d’avoir un avenir meilleur. Pour eux le plus important c’est l’école. C’était, à leurs yeux, le meilleur moyen de s’extirper de sa condition sociale afin de prétendre à une vie plus confortable ».  
Une vision qu’ils parviennent à transmettre à leur fille. « Je savais que c’était la manière de rendre à mes parents les sacrifices qu’ils avaient fait pour leurs enfants », affirme la jeune femme.   

Après des études de commerce à l’EM Lyon, puis à Science Po Paris, Aissata Fane candidate, et remporte Full bright, un concours international donnant la possibilité à une vingtaine d’étudiants européens de suivre un semestre de cours aux Etats-Unis. Une expérience qui lui permet notamment de faire la rencontre de l’ex-président américain Barack Obama. Un moment majeur dans la vie de l’étudiante qui réalise alors qu’il lui manque quelque chose. 

La quête de sens : moteur d’un projet entrepreneurial à impact 

« Pendant tout ce temps, j’avais cherché à rendre fière mes parents sans jamais essayer de réaliser quelque chose qui m’anime personnellement », confie Aïssata Fane. Elle s’envole donc pour l’Asie et renoue avec un élément faisant partie intégrante de son identité : la cuisine. « Là-bas j’ai découvert avec surprise que nombre d’ingrédients présents dans les recettes locales se retrouvaient également dans les plats africains. » Forte de cette découverte, elle rentre en France et en discute avec son ami, et futur associé, Julien, qui avait fait les mêmes observations. Ni une ni deux, les deux amis lancent Savane & Mousson, un concept de traiteur évènementiel mêlant les cuisines d’Afrique et d’Asie, tout en faisant la promotion de la diversité et de l’inclusion en France.  

Emportée par l’euphorie de ce nouveau projet, Aïssata Fane doit pourtant descendre de son nuage quand vient l’heure d’annoncer à ses parents qu’elle souhaite se lancer dans l’entrepreneuriat. « Je ne serai pas la ministre qu’ils espéraient, je serai entrepreneure. » Si les parents de la jeune femme sont, de prime abord, très réticents face à ce choix, elle parvient rapidement à les convaincre du potentiel de son projet. Quatre ans plus tard, force est de constater que son pari s’est révélé payant ! « Aujourd’hui, Savane & Mousson génère à elle seule plusieurs millions d’euros de chiffres d’affaires », annonce fièrement la jeune femme. « Plus de trente employés se battent à nos côtés pour faire la promotion de l’égalité, la fraternité et l’inclusion en France. Nous avons ouvert quatre établissements en Île-de-France et notre livre de recette est disponible dans l’Hexagone et à l’international ». Pour autant, Aïssata Fane reste consciente que le chemin est encore long et que l’entreprise n’en a pas fini de relever de nouveaux défis. « Il y a quatre ans, j’étais à votre place », lance-t-elle aux spectateurs venus l’écouter à Big. « Je me disais alors que tout ça était impossible. »

Aujourd’hui entrepreneure épanouie, elle encourage les porteurs de projets à se lancer à leur tour. « J’ai envie de vous dire qu’il faut croire en votre idée et au fait que malgré votre parcours, vos origines ou tous les aléas que la vie peut apporter, il est possible d’entreprendre et de réaliser plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaires si vous vous en donnez les moyens. » 

mélanie
Mélanie Bruxer Rédactrice web