Comment révolutionner la maroquinerie avec l'exemple de Guillaume Larquemain

Avec sa marque éponyme, Guillaume Larquemain bouscule les codes du monde de la maroquinerie traditionnelle. Pour Big média, il raconte la genèse de ses produits en toile de pomme qui allient innovation et grand savoir-faire. Portrait.  

  • Temps de lecture: 5 min
Comment révolutionner la maroquinerie avec l'exemple de Guillaume Larquemain

Dans le monde de la mode, l'originalité et la créativité sont des qualités essentielles pour se démarquer et Larquemain incarne parfaitement ces valeurs. Designer de formation et diplômé de l’Ecole Boulle à Paris, l’un des plus grands établissements d’art et de design en Europe, il lance sa marque éponyme en 2022. Ses multiples casquettes de directeur artistique ou de scénographe lui valent un parcours entrepreneurial où chaque étape est une ode à l'innovation et au savoir-faire français. 

Un sac design en toile de pomme, c’est possible  

Guillaume Larquemain n'a pas suivi le chemin traditionnel de la mode. Avec un goût prononcé pour l’univers du luxe qu’il qualifie comme étant « le fleuron français de la prospective et de la réflexion sur les nouvelles idées et évolutions de la société », il a toujours eu une passion ardente pour la création et l'innovation. Son parcours l'a conduit à explorer de nouvelles voies et à repousser les limites de la conception d'accessoires. Inspiré par le travail du designer français Philipe Starck qui, pour la marque Cassina, avait confectionné des meubles en toile de pomme, Guillaume Larquemain a une idée. « Si on peut s’assoir sur une telle matière et qu’elle résiste aux frottements, on doit pouvoir l’exploiter pour un autre accessoire du quotidien. » Celui qui a toujours eu pour ambition de créer un produit différenciant sans pour autant « aller puiser de la ressource sur la lune ou dans les fonds de mers » ironise-t-il, est séduit.  

En 2021, il se lance dans le projet de créer des accessoires de mode intemporels dans cette matière « biosourcée, brevetée il y a 7 ans par une marque italienne et référencée à l’échelle européenne » qu’est la toile de pomme. Si le jeune créateur n’a pas inventé la matière, il l’a repensée, « ce que je voulais c’était prendre une denrée que l’on retrouve partout sur la planète et changer le regard qu’on lui porte. Le travail de ces vergers italiens est précieux. Au lieu d’enfouir ou brûler la matière, on la réutilise », décrit-il. Mais la particularité de Guillaume Larquemain se trouve davantage dans le design : « Pour aller plus loin, j’ai voulu apporter un décor sur-mesure. Pour ce faire, j’ai photographié les imperfections des tâches d’une vraie pomme que j’ai digitalisées et faites reproduire ensuite sur la matière. A l’œil, on ne sait donc pas de quoi elle est composée en revanche, on voit qu’il ne s’agit pas d’un simple duplicata d’une matière déjà existante comme le cuir par exemple ».  

En route vers le succès international   

L'une des clés du succès de Guillaume Larquemain réside dans sa capacité à collaborer avec des partenaires prestigieux. En plus d’une reconnaissance internationale qui croît petit à petit, il a su tisser des liens solides avec des marques emblématiques françaises et des acteurs majeurs de l'industrie de la mode, comme St James pour lequel le Français a été sélectionné à être le designer d’une collection 2025. Celle-ci sera ensuite distribuée dans tout le réseau de distribution de la marque de prêt-à-porter à travers la France, les Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud. Aussi, Guillaume Larquemain co-brand des produits avec les Parapluies de Cherbourg disponibles dans tous leurs points de vente. 

Lauréat de la bourse de La French Tech saluant l’innovation de son produit, en 2023, au programme Cultur’Export USA porté par Bpifrance lui permettant une première ouverture aux Etats-Unis. « Cela m’a donné l’occasion d’avoir une zone test pendant une année sur le marché américain à Los Angeles et à New York. Grâce à ce programme, j’ai eu la chance de rencontrer Nicole Fischelis, une référence dans la mode mondiale qui a notamment contribué à faire connaitre et distribuer Christian Lacroix aux Etats-Unis. » explique-t-il.  

Guillaume Larquemain, un nom qui se fait de plus en plus entendre dans l’industrie du luxe. « L’histoire autour de la toile de pomme étonne et intéresse réellement les grands acteurs du luxe comme Kering pour ne citer que lui. Les sujets de développement durable sont au cœur de la réflexion sur la transformation des outils de production » poursuit-il. Une reconnaissance qui lui a valu d’être contacté par la Vegan Fashion Week pour défiler avec sa marque éponyme en octobre dernier à Los Angeles. Un grande première pour le créateur normand.  

Le grand finaliste du prix Rising star 2024 présenté par Fashion Group International, a en ligne de mire, un rêve : « habiller les chanteurs sur scène » confesse le designer, « ce qui m’intéresse c’est mettre en valeur la personnalité des gens qui portent la marque. Qu’ils soient adaptables selon chaque moment de la journée. Accessoire de soirée ou compagnon du quotidien ». Des ambitions sur la bonne voie puisque Maggie Baird, actrice, chanteuse-compositrice-interprète, scénariste et activiste américaine foule déjà les tapis rouges avec son sac Guillaume Larquemain à la main. Plus anecdotiquement, elle est aussi la mère de la jeune artiste Billie Eillish.  

La cérémonie qui récompense les étoiles montantes de l’industrie de la mode, de la beauté ou encore de l’accessoire rendra son verdict le 13 mai prochain à New York.  

  

 

Sofia Ben Dhaya

Sofia Ben Dhaya

Rédactrice web