Industries culturelles et créatives : IA générative, web3... 5 tendances à suivre en 2024

Intelligence artificielle générative, immersion, culture hybride : quelles sont les grandes tendances du secteur des industries culturelles et créatives à suivre en 2024 ? Au premier rendez-vous français des acteurs du secteur en novembre dernier, quelques intéressés étaient invités à en débattre. 

  • 05 janvier 2024
  • Temps de lecture: 2-3 min
Nicolas Parpex (directeur du pôle ICC et pilote du plan French Touch chez Bpifrance), Caroline Duvochel (responsable audiovisuel et innovation chez Média-Participations) et Cécile Trunet-Favre (directrice de la communication et des affaires publiques du groupe Fnac-Darty) et Charlie Perreau (journaliste Les Echos)
Nicolas Parpex, Caroline Duvochel, Cécile Trunet-Favre et Charlie Perreau, sur le plateau de la Big Conversation lors de We Are French Touch à la Maison de la Mutualité le 21 novembre 2023.

Quelles tendances du secteur des industries culturelles et créatives font vivre le marché à l’heure actuelle et rythmeront ces prochains mois ? Quelques acteurs du secteur étaient invités à donner leur point de vue sur la question à l’occasion du We Are French Touch, premier rendez-vous des industries culturelles et créatives qui s’est tenu à la Maison de la Mutualité le 21 novembre dernier. Charlie Perreau, journaliste Les Echos, recevait sur le plateau de la Big conversation Nicolas Parpex (directeur du pôle ICC et pilote du plan French Touch chez Bpifrance), Caroline Duvochel (responsable audiovisuel et innovation chez Média-Participations) et Cécile Trunet-Favre (directrice de la communication et des affaires publiques du groupe Fnac-Darty). Leur échange a en partie porté sur l’intelligence artificielle générative, l’immersion, la dimension objet, la RSE… Entrepreneurs du secteur ou curieux de tous horizons, Big média vous livre quelques points clés de ce débat. 

Intelligence artificielle générative : « une opportunité et un phénomène disruptif exceptionnel pour nos ICC » 

OpenAI, grève des scénaristes à Hollywood… Comment ne pas aborder la question de l’IA générative lors de ce grand rendez-vous des acteurs de la culture, tantôt portés, tantôt bousculés par son essor ? Si l’enthousiasme est toujours d’actualité, l’heure serait aussi au questionnement sur les enjeux éthiques, le cadre juridique et économique, fondamentaux pour appréhender au mieux cette technologie. Et ce d’une part sur l’aspect marketing et commercial, et d’autre part du point de vue de la créativité. Avec, à la clé : le soutien des créateurs, la transparence pour les clients. 

Si, depuis un an, on parle beaucoup de ChatGPT et d’IA générative, « il existe énormément d’outils fondés sur l’intelligence artificielle, qu’elle soit générative ou prédictive » (Caroline Duvochel). Une certitude : l’intelligence artificielle va continuer d’initier « des mutations profondes » dans tous les secteurs et les industries culturelles et créatives ne font pas exception.  

 

« Le web3 n’est pas mort ! » 

Là aussi la transparence, mais aussi la décentralisation, l’authenticité, le lien très direct avec un fan ou un client, l’unicité ou encore l’engagement, pourraient rythmer en 2024 la dynamique du secteur des ICC, et spécifiquement le domaine du web3. La clé, pour éviter le retour à « l’hystérisation autour d’une approche spéculative des NFTs », serait de trouver « les bons cas d’usage et les bonnes propositions de valeur », et de considérer les possibilités offertes par cette technologie comme un moyen et non une fin.  

 

L’immersion dans la culture, un secteur « extrêmement porteur qui peut prendre plusieurs formes » 

Réalité virtuelle, réalité virtuelle sociale, réalité augmentée, immersion par de l’interactivité humaine… ces technologies et techniques, qui visent à susciter l’émotion profonde en plaçant le participant au cœur du récit, mettent en lumière « un monde foisonnant de propositions culturelles et créatives », qui devrait continuer de nous surprendre en 2024. 

 

La digitalisation dans la culture reste massive, la dimension objet toujours présente 

Cinéma, musique, jeu vidéo… la digitalisation est, et restera massive. L’adoption des formats digitaux semble s’accélérer « lorsqu’une technologie rencontre une forme narrative ». Seul le livre, lui, résiste encore et toujours à l’envahisseur… à la fois dans la manière dont les contenus sont produits, distribués mais aussi consommés. S’agissant du public jeune, le conseil du libraire est toujours d’actualité même si la prescription par TikTok « fonctionne extrêmement bien » (Cécile Trunet-Favre). Le marché de l’audio lui (via le récit sonore, le livre audio, le podcast…) semble continuer sa percée. 

En 2024, l’expérience collective et événementielle (concert, rassemblement d’une communauté de gamers et fans d’e-sport…), le vivre ensemble et le phénomène social, devraient continuer de coexister avec la digitalisation. Sur la dimension objet, l’envie de posséder et de collectionner (vinyle ou CD, cartes collector, la dédicace) devrait rester dans les habitudes. 

 

En 2024, la culture sera hybride 

« Les objets culturels du futur (...) seront extrêmement hybrides » (Nicolas Parpex). Rendez-vous en novembre 2024, lors du prochain We Are French Touch pour constater la justesse de ces prédictions ! D’ici là, une chose est sûre : dans les industries culturelles et créatives, on n’arrêtera pas le progrès. 

 

We Are French Touch, édition 2023 : revivez l’événement, comme si vous y étiez ! 

Jean baptiste Ganga
Jean Baptiste GANGA Rédacteur web