D’espoir de l’aviron français à coach mental pour les sportifs et entrepreneurs, le parcours de Frederic Chevalier

Athlète de haut niveau et entrepreneur, deux défis excitants dont la réussite dépend d'un investissement total de sa personne. Si Frederic Chevalier n’a pas pu aller au bout de ses ambitions dans l’aviron professionnel, il s’est cependant pleinement épanoui au sein de l’entrepreneuriat en devenant préparateur mental de dirigeants et sportifs de haut niveau. Récit.

  • 21 septembre 2023
  • Temps de lecture: 5 min
Fred Chevalier

17,5 %. C’est le nombre de dirigeants de TPE et PME touchés par un Burn out en France selon une étude du Groupe VYV – Harmonie Mutuelle. Un mal qu’on retrouve également dans le sport de haut niveau, et notamment le football professionnel. En effet, 37 % des joueurs présentaient des symptômes d'anxiété et de dépression, selon une étude du syndicat international des footballeurs datant de 2017.  

Des maux que Frederic Chevalier, préparateur mental de dirigeants et sportifs de haut niveau, tente de pallier la suite de son expérience personnelle avec l’aviron. « Je me suis lancé à 14 ans juste après les Jeux Olympiques de Sydney en 2000 qui avaient réussi aux français (deux médailles d’or et une de bronze), explique l’originaire de Chambéry. J’ai eu la chance de pratiquer cette discipline à plusieurs niveaux pendant 10 ans : départemental, régional, national et international. » Si le sportif découvre le succès avec plusieurs sélections en équipe de France junior, il fait également rapidement connaissance avec l’échec. « Dès ma première année d’entrainement, je me suis fait renverser par une voiture alors que j’étais en scooter, poursuit Frederic Chevalier. A partir de cet événement mon dos supportait mal les efforts et toutes ces douleurs ont logiquement retardé ma progression. »  

Une première reconversion professionnelle  

Une fois arrivé en catégorie senior, il est plusieurs fois convoqué en équipe de France pour participer aux stages de sélection national, mais les douleurs persistent. « C’était comme être bloqué dans une boucle. J’étais assez bon pour être pris avec les bleus mais une fois que je rejoignais la sélection, la blessure revenait. » Un constat démoralisant mais pas assez pour d’éteindre la flamme de Frederic Chevalier pour l’aviron. « J’admirais ce sport et j’ai toujours souhaité en faire mon métier, explique le sportif. J’ai donc pris la décision de me reconvertir en tant qu’entraineur professionnel à plein temps. » Une décision des plus logiques. En effet, lors de ses trois dernières années en tant qu’athlète, Frederic Chevalier, toujours étudiant, prenait également le temps d’entrainer bénévolement au sein du centre de formation.  

Et quoi de mieux que le lac d'Aiguebelette (Savoie) ou la « Mecque de l’aviron mondial » pour exercer son métier d’entraineur « Tout le monde a envie de venir ramer là. C'est un endroit naturel à l’abris du vent sans bateau à moteur, ni de vague. C’est le bonheur ! »  Un environnement qu’il voit grandir en même temps que son évolution personnelle en tant qu’athlète puis coach avec l’organisation de compétitions internationales par exemple. « Nous avons accueilli des événements comme les championnats du monde en 2015 avec la venue de nombreuses sélections nationales telles que la Norvège, les Anglais, l'Argentine et le Japon. » Un rêve pour les pratiquants professionnels et amateurs de cette discipline qui assistent et participent également au développement de l’aviron dans la région. « Le club local est passé de 120 à 240 adhérents et les équipes des jeunes et seniors n’ont cessé de performer pendant plus de dix au point de faire partie du top 10 des meilleurs clubs en France sur plus de 400. » 

« J’ai été très attiré par le dépassement de soi par le sport »

En plus de son rôle de coach, Frederic Chevalier prend de plus en plus part aux décisions administratives et financières du club. Des responsabilités qui commencent à lui donner goût pour l’entrepreneuriat. « Nous avions mis en place un conseil d’administration pour gérer au mieux l'encadrement des 260 adhérents, ainsi que la quinzaine de bénévoles. C’était un peu comme une petite entreprise. » Et comme toutes sociétés, le développement financier d’un club sportif fait partie des aspects primordiaux pour maintenir les activités et pouvoir se projeter et réaliser ses ambitions sur le long terme. Le club décide alors de contacter différentes entreprises pour leur proposer de devenir sponsor, partenaire ou organiser des activités de team building au sein de leurs infrastructures. « Petit à petit ces dispositifs nous ont permis de récupérer des dizaines de milliers d’euros. » 

Une reconversion en appelant une autre, Frederic Chevalier décide une nouvelle fois de changer de voie et de lâcher les rames, sans trop s’éloigner du sport et de l'eau tout de même. « J’en avais plein le dos, ironise-t-il. J’ai ressenti le besoin de me renouveler. Grâce à mon expérience d’entraîneur je me suis rendu compte de mon intérêt pour le comportement humain, que ce soit face au succès ou à l’échec. » L’ancien sportif décide donc de reprendre ses études à 33 ans et d’intégrer une école de coaching en neurosciences appliquées en plus de plusieurs formations liées à la préparation mentale et au coaching. « A travers ce parcours j’ai été très attiré par le dépassement de soi par le sport ainsi que l'aspect mental, j’ai donc décidé d’y rajouter une touche de fraicheur. »

Le Ice coaching pour apprendre à gérer son stress  

Fort d’un carnet d’adresse bien rempli, Frederic Chevalier n’a pas ramé pour trouver des sportifs de haut niveau ou entrepreneurs prêts à tester la méthode « Les Givrés ». L’ex-coach sportif propose de venir se confronter à l’eau glacé dans le massif des Belledonnes (Auvergne-Rhône-Alpes) afin de repousser ses limites. « Le froid reste un prétexte pour créer du stress et implémenter les outils de la préparation mentale, raconte l’entrepreneur. Il représente un stimuli extérieur qui nous crée un stress et l’objectif est de le dépasser et d’apprendre à le gérer, à l’appréhender. » Balades de 3h sous moins dix degrés avec simplement un maillot de bain, des bottes et des gants, bain dans les lacs glacés, apnée sous glace, respiration, les sportifs et entrepreneurs se confrontent à toutes sortes de situations aux côtés de Frederic Chevalier. « On a beaucoup de personnes aussi en reconversion qui se cherchent et veulent voir leur potentiel ». 

Autre effet recherché par le préparateur mental, la sensation d’agression du froid. « Comme image de comparaison j’utilise l’arrivée de nouveaux concurrents sur le marché pour les entrepreneurs, raconte le sportif. C’est dans ces moments-là qu’on peut observer les réactions de chacun. » D’autant plus que si les premiers reflexes face à ces sensations sont importants pour ce dernier, il n’est pas uniquement question du résultat final. « Je me focalise beaucoup plus sur le chemin. C’est encore plus beau de voir quelqu'un réussir à surmonter ses peurs ou son stress après avoir lutté longuement. » Un phénomène qui semble faire effet puisque selon le préparateur mental au cours des six mois suivant le stage, 70 % des clients connaissent un changement positif important dans leur vie personnelle, professionnelle ou sportive.
 

Emmanuel Lanoe
Emmanuel Lanoe Rédacteur Web