Frédéric Mazzella : “ le rôle de l’entrepreneur, c’est d’améliorer la société“

Fondateur de BlaBlaCar, Frédéric Mazzella s’est lancé le défi de révolutionner le mécénat d’entreprise avec Captain Cause. Pour Big média, il revient sur ses motivations et sa vision de l’entrepreneuriat à impact.  

  • Temps de lecture: 2-3 min
Frédéric Mazzella, fondateur de BlaBlaCar, repense le mécénat d'entreprise avec Captain Cause.
Frédéric Mazzella, fondateur de BlaBlaCar, repense le mécénat d'entreprise avec Captain Cause.

Après avoir démocratisé le co-voiturage (et facilité la mobilité de nombreux jeunes), le fondateur de BlaBlaCar n’a pas fini de faire parler de lui. En 2022, il fonde avec trois associés Captain Cause, une startup qui propose un service de dons préfinancés à destination des clients et collaborateurs. Avec un catalogue regroupant plus de 100 projets associatifs, l’entreprise offre à sa clientèle une nouvelle façon de s’engager : c’est toujours la société qui finance, mais ce sont les collaborateurs et consommateurs qui décident des causes soutenues.  

 

Avec une levée de fonds à hauteur de 3,5 millions d’euros l’an dernier, Frédéric Mazzella revendiquait auprès de nos collègues de Challenges l’ambitieux objectif de distribuer 1 milliard d’euros en cinq ans. Entre déclic face aux enjeux climatiques, et volonté d’être porteur de solutions… pour le président de Captain Cause, tout pousse l’entrepreneur d’aujourd’hui à s’atteler aux enjeux sociétaux. Interview.  

 

“Être force de proposition, ça aide les mentalités à évoluer”  

 

Big Média : Considérez-vous qu'avoir un impact sur la société est une responsabilité individuelle ?

Frédéric Mazzella : D’un point de vue planétaire, quand on regarde les perspectives et qu’on regarde la courbe des tendances, elles ne nous emmènent pas dans la bonne direction. Si on peut être sûr d’une chose, c’est que le statu quo appliqué depuis une cinquantaine d’années ne fonctionne pas. Mais je suis personnellement convaincu que le salut viendra forcément de ceux qui proposent des méthodes différentes. Être force de proposition, ça aide les mentalités à évoluer. Et elles ont déjà commencé à bouger ! Aujourd’hui, je pense que le rôle de l’entrepreneur, c’est quand même d’améliorer la société.  

 

BM : Pouvez-vous présenter le concept derrière Captain Cause ?  

FM : C’est une solution qui permet aux entreprises de soutenir des bonnes causes. Nos prospects peuvent offrir à leurs collaborateurs et clients des dons de 10, 20 ou 50 €, qu’ils vont ensuite allouer à l’association de leur choix. On propose dans notre catalogue de soutenir des organisations dans le domaine de la santé, de l’environnement ou du social. L’intérêt est de permettre aux entreprises de faire des cadeaux qui ont du sens, plutôt que d’acheter un énième objet dont l’utilité est variable ! 

 

“Ma motivation première c’était de me lancer dans un projet à Impact !” 

 

BM : Après le succès de BlaBlaCar, qu’est-ce qui vous a donné envie de te lancer dans un nouveau projet ?  

FM : Comme beaucoup d’entrepreneurs, il arrive souvent que des idées me traversent l’esprit. D’ailleurs de nombreux chefs d’entreprises se retrouvent face à des dilemmes car d’autres envies leurs prennent en parallèle du projet qu’ils viennent de lancer. Au-delà de ce trait de caractère, ma motivation première était de me lancer dans un projet à Impact ! Pourquoi ? Disons qu’entre la publication des rapports du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, ndlr.) et le réchauffement climatique qui devient de plus en plus perceptible, je pense qu’il y a une vraie prise de conscience collective. Le déclic pour moi, c’était de voir des tas de jeunes défiler lors des marches pour le climat. En tant qu’entrepreneur, je me suis donc demandé comment je pouvais ajouter ma pierre à l’édifice. D’où la création de Captain Cause.  

 

BM : Pourquoi vous êtes-vous intéressé au mécénat d’entreprise ?  

FM : D’après un sondage mené dans des dizaines de pays, 90 % des répondants estiment que les grandes marques ont la responsabilité d’agir ! Qu’on parle d’enjeux environnementaux ou sociaux, c'est quand même étonnant que les individus pensent que c'est aux entreprises d'aller résoudre ces problèmes-là. Mais en fait, c'est le cas aujourd'hui. Pourquoi ? Parce que comme il y a des grands problèmes, on se dit : “c'est des grands acteurs qui devraient répondre”. D’où la vocation de Captain Cause d’aider ces sociétés à apporter des solutions tout en impliquant la totalité des parties prenantes. On arrive à agir avec des moyens et en donnant à chacun aussi le pouvoir d’une certaine manière. Ce sentiment de se sentir utile est déjà génial.  

 

BM : Trouvez-vous que les jeunes générations ont un rapport différent à l’entrepreneuriat ?  

FM : Disons que les défis auxquels nous devons faire face ne cessent d’augmenter. Je pense que cette nouvelle génération considère non seulement l’entrepreneuriat comme une voie de carrière, mais comprend que c’est une réponse possible à l’ensemble des problématiques qu’on rencontre. C’est une bonne nouvelle, car il reste beaucoup à faire ! 

Martin Ferron

Martin Ferron

Rédacteur Web