Approche régénérative en entreprise : pour aller plus loin que la RSE et la décarbonation

Créer un système économique qui restaure, renouvelle et régénère les ressources naturelles plutôt que de les épuiser. C’est l’ambition de l’approche régénérative en économie. Si une poignée d’entreprises ont franchi le pas, l’urgence climatique amène à accélérer le mouvement. Comment intégrer la régénération dans sa culture d’entreprise et impacter positivement son business ? On fait le point.

  • 12 février 2024
  • Temps de lecture: 4 - 5 min
Approche régénérative en entreprise : pour aller plus loin que la RSE et la décarbonation
© La Plage de Danny Boyle (Figment Films)

« Nous avons dix ans pour bifurquer vers une nouvelle économie, non plus destructrice, mais régénérative », écrit Isabelle Delannoy, ingénieur agronome, dans son livre L'Économie symbiotique. L’activité humaine a en effet mené au dépassement de six des neuf limites planétaires (le changement climatique, l’érosion de la biodiversité, la perturbation des cycles biogéochimiques de l’azote et du phosphore, le changement d’usage des sols, le cycle de l’eau douce et l’introduction d’entités nouvelles dans la biosphère), périmètre au-delà duquel l'humanité est en mesure d’évoluer en toute sécurité. Et la priorité donnée à la diminution des émissions de gaz à effet de serre, sans prendre en compte la préservation de la biodiversité, cache un enjeu plus grave : l’effondrement du vivant, qui menace le maintien des conditions d'habitabilité de la Terre. Dans ce contexte, qui de mieux que l’entreprise, acteur économique incontournable de nos sociétés, pour initier ce changement salvateur ? 

Qu’est-ce que l'économie régénérative ?

L'économie régénérative s'oppose à l'idée conventionnelle selon laquelle la croissance économique nécessite fatalement l'exploitation intensive des ressources naturelles. Elle propose, à contrario, de favoriser la durabilité, la résilience ou encore le bien-être et repose sur cinq principes clés : 

  • Régénération des ressources naturelles : restaurer et renouveler les ressources naturelles plutôt que de les épuiser (régénération des sols, conservation de l'eau, protection de la biodiversité…) 
  • Inclusion sociale : chercher à créer des avantages économiques équitables pour tous les membres de la société, en éliminant les inégalités 
  • Circularité et durabilité : adopter un modèle économique circulaire dans lequel les déchets sont minimisés, les matériaux réutilisés et recyclés et les processus de production conçus pour minimiser l'impact environnemental 
  • Bien-être humain : aller au-delà de la simple croissance économique en intégrant des indicateurs tels que la santé, l'éducation et la qualité de vie 
  • Engagement communautaire : encourager la participation active des communautés dans la prise de décisions économiques locales, en s’adaptant à des contextes spécifiques. 

Intégrer la régénération dans sa culture d’entreprise

L'approche régénérative permet d’aller au-delà de la Responsabilité sociétale des Entreprises (RSE) ou de la décarbonation, en permettant aux entreprises d’évoluer davantage en symbiose avec la société et la nature. Intégrer la régénération dans sa culture d'entreprise permet de s'assurer que les principes de durabilité et de responsabilité environnementale seront adoptés par l’ensemble des salariés.

La direction doit être convaincue de l'importance de ce changement de système économique, puisque l'engagement dans les hautes sphères de l’entreprise s’avère essentiel pour inspirer et guider le reste de l'organisation. Il convient de former et de sensibiliser l’ensemble des salariés aux principes de l'économie régénérative via des sessions de coaching. Par la suite, il sera possible de présenter les avantages à long terme de l'adoption de pratiques durables pour l'entreprise et la société dans sa globalité. En ce sens, inclure les salariés dans la prise de décision est primordial. Créer des comités ou des groupes de travail dédiés à la durabilité assurera l’implication des employés dans la mise en œuvre des pratiques régénératives. La mise en place des programmes de récompenses pour reconnaître les efforts individuels et d'équipe en faveur de la durabilité permettront également d’atteindre ces objectifs. Autres aspects importants : une communication régulière sur les progrès réalisés vers ces objectifs régénératifs et le développement d’indicateurs de performance (KPI) afin d’évaluer l'impact des initiatives régénératives. Enfin, le partage des résultats est un gage de renforcement de l'engagement et de la responsabilisation des salariés. 

L’économie régénérative réinvente l’entreprise et son business

La démarche régénérative consiste à créer de la valeur, avec toutes les parties prenantes de l'entreprise, dans les limites planétaires et à développer une nouvelle relation de coévolution avec le vivant. « Réduire son impact négatif n’est pas suffisant, voire peut être contre-productif s’il n’intègre pas la biodiversité », notent Valérie Brunel, praticienne-chercheuse et Sarah Dubreil, entrepreneure et investisseuse dans le secteur de l'environnement, auteures d’un livre blanc sur le sujet, soutenu par Bpifrance Le Lab. « Face à un monde de plus en plus volatile, l’approche régénérative propose d’orienter son organisation vers la création d’un monde souhaitable, compatible avec les limites planétaires, et non vers l’adaptation graduelle à un avenir dégradé. » L’entreprise se doit donc d’élargir son ambition à l’écosystème auquel elle est connectée, à savoir territoire, communauté et secteur, ainsi qu’orienter son organisation vers un renforcement des capacités de régénération des systèmes vivants. Côté financier, l’approche générative est à même de transformer positivement le business d’une entreprise via une réduction des coûts, l’accès à de nouveaux marchés, une amélioration de la réputation de la marque, le développement d’innovations durables ou encore l’attrait de nouveaux investisseurs. 
 
Si elle peut s’apparenter à une utopie, l’approche générative semble néanmoins le seul horizon viable pour revenir vers les grands équilibres planétaires qui ont permis le développement de nos civilisations. En tant que dirigeant, adopter des approches régénératives permet de consolider son activité pour rester pertinent et devenir résilient face aux crises écologiques et sociales à venir. « L’application de la régénération au secteur privé est à un stade d’expérimentation, mais l’ampleur et l’imminence de la catastrophe écologique imposent une transition immédiate, via des dispositifs d’expérimentation et d’apprentissage », concluent Valérie Brunel et Sarah Dubreil au sein du livre blanc. 

La fresque de l’économie régénérative, un point de départ 

Inspiré par le succès de la fresque du climat, la fresque de l’entreprise régénérative vise à sensibiliser les organisations et les territoires en quête de résilience à la philosophie et à la méthode de l’économie régénérative. Rencontre avec Marine Laurent, co-fondatrice d’Open Lande. 

Comment est née la Fresque de l’économie régénérative ? 

Pour une entreprise, la première étape, la contribution à la régénération des écosystèmes qui l’entoure, nécessite d’abord une prise de conscience. Cette fresque constitue justement une première étape de sensibilisation avant la mise en action. En 2023, nous avons travaillé en partenariat avec Bpifrance pour proposer la fresque de l’économie régénérative aux membres volontaires de la communauté du Coq Vert dans toutes les régions de France. Ils ont ensuite formé les Conseillers Climat Régionaux de Bpifrance afin qu’ils puissent continuer à animer cet outil au sein de la communauté. Notre objectif commun ? Aider les salariés et chefs d’entreprise à réfléchir à leurs enjeux écologiques, leurs impacts et identifier vers où ils veulent orienter l’activité de leurs organisations, en l’inscrivant dans les limites naturelles mais aussi suivant les besoins humains essentiels, comme le définit la théorie du donut.  

Pourquoi toutes les entreprises sont concernées ? 

Pour nous, l’économie régénérative c’est d’abord reprendre conscience de ces communs et comment on va en prendre soin. Ensuite, c’est penser l'entreprise comme un organisme vivant. Éviter de faire des impacts, mesurer ceux qu’on réalise, les réduire au maximum et enfin emprunter ce chemin vers la régénération. Il s’agit d’un véritable changement de paradigme, qui exige humilité et profondeur. C’est un véritable parcours. En effet, on ne se décrète pas “entreprise régénérative”, on le devient après avoir réalisé sa révolution copernicienne (renversement de la représentation du monde et de l'Univers du XVIᵉ au XVIIIᵉ siècle, NDLR). Nous savons que réduire nos impacts ne va pas suffire. En parallèle, nous devons participer à la régénération des écosystèmes et des ressources sur toute la chaîne de valeur. Ceci implique une transformation complète, y compris culturelle, pour implémenter ce changement drastique de modèle. 

Que se passe- t-il après la fresque pour les entreprises participantes ? 

Une fois l’étape initiatrice de la fresque de l’économie régénérative réalisée, viendra la phase de diagnostic, avec des outils type bilan carbone, bilan biodiversité ou analyse de cycle de vie. Puis l’organisation identifiera des stratégies d’impact, en questionnant sa vision, sa raison d’être, sa chaîne de valeur, son modèle économique… Au bout de son parcours, l’entreprise pourra alors engager la transformation, mais aussi rejoindre des initiatives pour étudier les vulnérabilités et potentiels de son territoire. 

Télécharger le livre blanc "Entreprises et systèmes vivants : appréhender les approches régénératives" 

Simon NAPIERALA
Simon Napierala Redacteur web