Lutte contre le réchauffement climatique : les pistes explorées par le Baromètre 2023 de la Finance à Impact

Pour sa troisième édition, le Baromètre de la Finance à Impact, mené par la plateforme de réflexion Convergences, ambitionne de servir de guide d’orientation des flux financiers vers les acteurs clés de la transition. Petit tour d’horizon. 

  • Temps de lecture: 2 min
Baromètre finance à impact Convergences
© Convergences - Groupe de travail

« La transition écologique et la lutte contre le réchauffement climatique nécessitent la mobilisation massive de financements privés », déclare en préambule de ce baromètre Ronald Cohen, le président de Global Steering Group (GSG) for Impact Investment. Cette fondation britannique promeut les lignes directrices pour une finance plus durable à l’échelle planétaire, afin de lutter contre la pauvreté et le dérèglement climatique

C’est en parti sur le travail d’analyse du GSG que s’appuie l’édition de ce Baromètre 2023 de la Finance à Impact publié par Convergences. Sa vocation ? Inviter tous les acteurs de la finance privée à mobiliser les ressources monétaires nécessaires au développement de projets à impact positif, tout en prenant en compte les enjeux sociaux, économiques et environnementaux. « Les fonds sont là, les flux financiers continuent de croître, mais nous devons encore canaliser les investissements pour qu’ils aient un impact mesurable », poursuit le PDG. Big média vous dévoile les grands axes de réflexion de cette étude.

Orienter l’épargne des citoyens et des investisseurs via la finance solidaire 

« Les acteurs de la finance solidaire ont investi 841,5 millions d’euros en 2022, ce qui représente un montant en hausse de 22 % par rapport à l’année précédente », déclare Camille Manse, chargée du label Finansol chez FAIR. La finance solidaire met en relation les particuliers cherchant à investir de manière significative au sein d’entreprises et d’associations à fort impact social et environnemental, en souscrivant à des produits d'épargne dédiée. En 2022, la finance solidaire a soutenu plus de 1 590 projets à impact social ou environnemental, ce qui représente, selon le baromètre : 

  • 1 440 nouvelles personnes relogées dans l’année ; 
  • 8 381 foyers supplémentaires alimentés en électricité renouvelable ; 
  • 1 559 hectares d’agriculture biologique valorisés ; 
  • 80 projets soutenus dans les pays en développement via des institutions de microfinance. 

En investissant dans des projets responsables, chacun peut agir pour une économie plus verte, durable et rentable, à condition de canaliser ces placements et mobiliser les infrastructures associées. 

Positionner transparence et éthique au cœur du système 

Les infrastructures par lesquelles transitent ces nouveaux investissements responsables et solidaires sont de plus en plus nombreux, d’après le Baromètre. De fait, il est nécessaire pour ces établissements boursiers de centraliser les investissements et uniformiser les indicateurs pour qu'ils aient un impact mesurable. « Si toutes les banques européennes communiquent sur la gestion de leurs risques climatiques, elles ne sont pas encore totalement alignées sur des pratiques communes », constate Jérôme Courcier, Senior Advisor chez KPMG.  

Les critères d'investissement responsables (ESG) permettent aux investisseurs de réfléchir aux moyens de faire des particuliers la clé de voûte de l'économie de demain. Les travaux initiés par la place financière de Paris depuis 2021 sous l’initiative du ministre de l’Economie Bruno Lemaire ont mobilisé les acteurs financiers autour d'outils communs permettant de mieux appréhender leur impact. Ces instruments visent à assurer un engagement fort et crédible des acteurs financiers en évitant que l'impact ne reste qu'une promesse marketing. Ils comprennent notamment une charte d'impact investisseur, une grille d'évaluation du potentiel d'impact de l'investisseur déclinée à plusieurs classes d'actifs, et des bonnes pratiques des entreprises à impact. 

 

Envie d’en savoir plus ? Consultez le Baromètre 2023 de la Finance à Impact. 

elc

Emma-Louise Chaudron

Rédactrice Web