6 entrepreneures françaises à suivre en 2024

Nul doute qu’avec elles six, votre dose d’inspiration sera au rendez-vous. En ce début d’année 2024, l’heure est à la bienveillance et à l’empowerment : deux crédos sur lesquels surfent ces six entrepreneures aux parcours divers, mais pourtant animées par la même volonté, celle de vous inspirer. 

  • 06 février 2024
  • Temps de lecture: 5 - 6 min
entrepreneure

Vous scrollez depuis plus de 10 minutes sur votre compte Instagram ou LinkedIn dans l’espoir – plutôt vain pour le moment – de tomber sur un contenu qui ne soit pas lié à votre passion pour la pâtisserie ou à votre penchant (plus que compulsif) pour les chatons. Manque de bol, votre algorithme a décidé de n’en faire qu’à sa tête et sans changement radical il sera bien difficile de trouver autre chose que des meringues aujourd’hui. Heureusement, Big média à entendu votre appel à l’aide et vous propose de découvrir six profils d’entrepreneures inspirantes à suivre les yeux fermés ! 

nina

Nina Ramen : pour vous apprendre à mieux vous vendre 

RamenTaFraise, c’est le compte LinkedIn à suivre pour toutes celles (et ceux) qui souhaitent acquérir plus de visibilité sur les réseaux sociaux. Le crédo de Nina Ramen (la souriante quadra qui se cache derrière ce profil) : apprendre l’art d’écrire pour vendre. Pour y parvenir, l’entrepreneure a développé tout un univers de marque allant des formations sur 8 semaines, au livre de travail « anti-peur », en passant par l’apprentissage des bases du copywriting. Sur son compte LinkedIn, Nina Ramène ajoute une touche personnelle, en se livrant également sur sa vie d'entrepreneure, de femme et nous partage ses doutes, ses réussites et ses « coups de gueule ».  

Si tout semble aujourd’hui couler de source pour l’entrepreneure, elle était pourtant loin de se destiner à une telle carrière. Après des études d’ingénieur en chimie, suivies d’un stage de R&D chez l’Oréal qui se révèle peu concluant, la jeune femme décide de se réorienter dans le domaine du recrutement, un secteur dans lequel elle évoluera pendant près de quatre ans. C’est par ce biais que cette ancienne dyslexique renoue avec l’écriture et décide de se lancer en tant que copywriter en 2020.  

diane

Diane Leyre : pour vous forger un mental de gagnante 

Si la grande majorité des Français la connaissent surtout pour son titre de reine de beauté à l’élection Miss France 2022, Diane Leyre est également une entrepreneure chevronnée qui s’est lancée dans le e-commerce pendant le premier confinement. Deux casquettes (ou couronnes) qu’elle a su faire cohabiter grâce à un mental d’acier, forgé par les épreuves. Ancienne timide, extrêmement complexée par un petit cheveu sur la langue, Diane Leyre s'est longtemps tenue en retrait, que ce soit dans ses amours ou dans sa vie quotidienne, jusqu’à une prise de conscience qui lui fait l’effet d’un coup de pied au derrière. Un jour, son amoureux de l’époque lui lance qu’elle « n’est pas à la hauteur physiquement ». Elle tente alors le tout pour le tout, et perd du poids pour retrouver grâce à ses yeux… mais à ce petit jeu c’est elle qui se perd en chemin. Rien n’y fait, le couple se sépare (et c’est tant mieux).  
 
Heureusement, le destin offre à la jeune femme un pied-de-nez sur-mesure en la personne d’un responsable du comité Miss France qui lui propose de rejoindre l’aventure. Après un premier refus, la jeune femme décide d’y croire et accepte de candidater. Elle se fait alors une promesse : si elle se lance dans la compétition, c’est pour gagner le titre suprême. Peu importe qu’elle soit novice en la matière. 
C’est à ce moment-là que la jeune femme développe un état d’esprit qui ne la quittera plus. Un mental de guerrière qui lui permet de ne jamais entamer un projet sans être persuadée de sa victoire, car penser à l’échec c’est déjà se conditionner à perdre. Un état d’esprit qu’elle distille aujourd’hui dans ses contenus, sur son compte Instagram, mais également dans des prises de parole à l’occasion de matinales radio (qu’elle anime) ou de conférences.  

tara

Tara Heuzé-Sarmini : pour vous rappeler que l’entrepreneuriat c’est aussi et surtout pour faire du bien  

Lorsqu’il s’agit de créer une entreprise, certains suivent se basent sur un besoin, et d’autres souhaitent avant tout faire le bien. C’est le cas de Tara Heuzé-Sarmini. Forte d’expériences enrichissantes en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis, Tara Heuzé-Sarmini commence très tôt à s’initier au monde entrepreneurial en lançant, à l’aube de ses 21 ans, l’association Règles élémentaires, afin de lutter contre la précarité menstruelle. Un premier essai concluant qui l’encourage à renouer quelques années plus tard avec le monde entrepreneurial, en développant un projet d’envergure aux coté de Ruben Petri. À l’époque, tous deux souhaitent s’investir dans un projet qui leur donnera l’opportunité de recréer du lien social entre des personnes trop souvent isolées. Cette volonté prendra la forme de Commune Coliving, des logements clés en main pour les familles monoparentales.  
Un projet sorti de terre en décembre dernier à Poissy, dans les Yvelines, et qui pourrait bien être le premier d’une longue série. En effet, Tara Heuze-Sarmini et son associé envisagent d’ouvrir 500 résidences en dix ans avec l’objectif de réduire l’impact social, financier et professionnel lié à la monoparentalité.  

céline

Céline Chung : pour vous faire croire en votre projet de reconversion

Serial entrepreneure avec quatre établissements sous sa houlette, Céline Chung aurait pourtant pu passer à côté de sa vocation si elle n’avait pas tenu tête à sa famille qui ne souhaitait en aucun cas la voir « gâcher sa vie » dans la restauration.  
Elève brillante, Céline Chung suit des études de commerce avant de débuter une carrière dans la mode chez Chanel. Elle enchaîne ensuite Mais la jeune femme ne s'y retrouve pas complétement, elle a envie de plus d’authenticité et peut être aussi de se retrouver dans un projet qui a du sens. La vocation est toute trouvée puisque ce métier la fascine depuis l’enfance : la restauration. Mais pas n’importe laquelle ! La jeune femme souhaite développer un restaurant chinois « cool » à Paris, et ainsi redorer le blason de cette cuisine riche et variée. 
 
Pour se former, l’entrepreneure en devenir s’envole pour la Chine. Un voyage pendant lequel elle prendra le temps d’explorer en profondeur le pays afin d’en découvrir tous les aspects et ainsi nourrir sa future carte des rencontres et produits qu’elle aura pu y dénicher. Et c’est à son retour en France, sans en avertir ses parents, qu’elle lance Petit Bao. L’entreprise sera rejointe quelques années plus tard, par Gros Bao, Bleu Bao et Bao Express.  

eva

Eva Sadoun : pour que vous portiez un nouveau regard sur la finance 

Plus passionnée par la musique et les manifestations que par ses cours de physique-chimie, la jeune Eva Sadoun est déjà pleine de convictions mais peine encore à trouver sa voie à l’aube de son entrée en cursus universitaire. C’est étonnamment la crise financière de 2008 qui scellera son destin. Fascinée par cet événement et ce qui en a découlé pour la planète entière, la jeune femme décide de se spécialiser en économie et en finance.  
C’est au cours de ce cursus qu’elle croise la route de son futur associé, Julien Benayoun. Ensemble, ils dessinent mois après mois les contours de ce qui deviendra 1001PACT (rebaptisé Lita.co en 2017). Le principe de cette plateforme : permettre à des particuliers ou à des professionnels d’investir dans des projets engagés en faveur de la transition écologique et sociale. 
En 2018, plus de 4 500 particuliers utilisent la plateforme qui collecte près de 12 millions d’euros et participe à la création de 1 600 emplois. 
 
Deux ans plus tard, la jeune femme lance l’application mobile Rift, filiale du groupe Lita.co, qui a pour objectif de permettre aux épargnants de comprendre comment est investi leur épargne et d'en mesurer les effets sociaux et environnementaux. En 2020 toujours, Eva Sadoun devient co-présidente du Mouvement Impact France, une organisation qui a pour objectif de concurrencer le MEDEF.  

maryam

Maryam Kante : pour vous donner les do et les don’t en entreprise  

Quelles sont vos prétentions salariales ? Comment vous habiller pour un entretien ? Quelles sont les étapes pour rompre un CDD ? Autant de questions qui trouvent leurs réponses sur le compte de Maryam Kante, alias mamajob_ sur Instagram. Chargée de recrutement pendant près de six ans pour des entreprises telles que L’Oréal ou Deloitte, la jeune femme fait rapidement le constat que, face à l’embauche, tous les candidats ne sont pas égaux. En atteste le nombre de « bons CV » qu’elle voit passer chaque jour mais qui sont pourtant recallés à cause d’erreurs rédhibitoires. Des fautes que les candidats auraient pu éviter s’ils y avaient été sensibilisés auparavant.  
C’est pourquoi, en 2021, profitant de son congé maternité, la jeune femme décide de à TikTok. Son idée : diffuser du contenu pour accompagner les demandeurs d’emploi, et plus largement les salariés, dans leur quotidien. À l’époque, peu de conseils de ce type sont prodigués sur la plateforme, le succès est immédiat.   
Sur les différents réseaux sociaux de l’entrepreneure, on retrouve donc désormais des conseils pour se vendre, négocier son salaire, rédiger des CV percutants, mais aussi beaucoup de mises en situation professionnelle, via des petits sketchs, pour montrer concrètement comment se comporter en entreprise. Des contenus qui lui permettent également d’alimenter des formations qu’elle dispense en entreprises, ou dans des organismes de formation.  

mélanie
Mélanie Bruxer Rédactrice web