Thomas Huriez, fondateur de 1083, le précurseur du Made in France

À l’occasion de Think big’Her, Thomas Huriez, entrepreneur engagé dans le Made in France et fondateur de la marque de vêtements 1083, s’est arrêté à notre micro pour nous parler notamment de transition écologique. Extraits.

  • Temps de lecture: 2 min
Thomas Huriez, fondateur de la marque 1083
Thomas Huriez, fondateur de la marque de vêtements 1083

Thomas Huriez s’est lancé dans l’aventure du Made in France dès 2013, avec une démarche novatrice pour l’époque : fabriquer des vêtements à moins de 1 083 km de ses clients (1083 étant le nombre de kilomètres qui séparent les deux villes françaises les plus éloignées : Menton et Porspoder). Le fondateur de la marque de vêtements éco-conçus et made in France était présent pour la seconde édition de Think big’Her, les 12 et 13 octobre derniers. Il est revenu pour Big média sur ses engagements environnementaux. 

1083 ou l’ambition du Made in France avant l’heure 

« En 2007, je commençais à m’ennuyer dans l’informatique et je cherchais du sens dans mon travail. En outre, j’avais envie de vivre dans l’ancienne maison de mes grands-parents à Romans-sur-Isère, non loin d’un centre de magasins d’usine. C’est cette surproduction voisine qui m’a poussé à créer une boutique de vêtements bio équitables. Dans les années 2000, c’était une aspiration légèrement marginale, originale en tout cas. Mais ça m’a appris le métier du commerce, à aimer mettre du sens dans la mode et à m’y épanouir. Lorsque mes fournisseurs ont fermé au bout de quelques années, j’ai décidé de créer ma propre marque de mode, 1083, avec des jeans relocalisés. Ça a transformé la dynamique de l’entreprise puisqu’on est passé de deux, avec mon petit frère à l’époque, à 105 salariés aujourd’hui, en comptant les emplois directs et indirects, grâce aux commandes de tous nos consommateurs engagés. Plutôt que d’acheter un jean américain, fabriqué en Asie, autant faire travailler des entreprises locales et redévelopper la filière du jean Made in France. » 

Une énergie collective au quotidien 

« Dans une équipe, et nous sommes une centaine chez 1083, il est important de s’inspirer les uns et les autres. En tant que fondateur de 1083, j’imprime une certaine énergie, mais cette énergie est collective, car nous sommes tous au service d’un même projet et d’une même mission qui est d’amener chacun à produire et consommer en économie circulaire, à travers la logique du Fabriqué en France. C’est cette dynamique collective qui finalement fait que l’on s’inspire mutuellement, qu’on se donne des forces. Tout cela au service des clients qui eux-mêmes apportent de l’énergie. Toute cette dynamique collective est intéressante et inspirante à vivre. » 

La quête de sens au travail et les engagements de Thomas Huriez 

« Ma quête de sens au travail est de ne pas m’ennuyer. Nous travaillons tous sept à huit heures par jour, pendant environ 40 ans, ça fait beaucoup de temps dans une vie ! C’est un laps de temps qui peut être tellement riche de rencontres, d’émancipation et d’apprentissage qu’il est interdit de s’ennuyer au travail ! C’est pour cela que j’ai entrepris et depuis, chaque jour, avec tout ce que l’on vit chez 1083, je grandis. Je porte et je respire la transition environnementale ! Le travail est quelque chose d’émancipateur, de riche et de stimulant. Certains rêvent d’envoyer des fusées sur la Lune ou sur Mars, mais ce n’est pas ce qui me fait vibrer. Je trouve que la transition écologique est un terrain de jeu, à la fois humain, technique et philosophique. Elle me nourrit et je la concrétise à travers les produits Made in France que l’on crée et les filières locales que l’on développe. »

Simon NAPIERALA

Simon Napierala

Redacteur web