Intelligence artificielle générative : 5 start-ups Made in France

Véritable bouleversement technologique, l’intelligence artificielle générative (Gen IA) ne manque pas d’animer les débats depuis son apparition. De la musique à la vidéo en passant par la photographie, la tech française s’est emparée du sujet. Big média vous présente cinq startups tricolores qui tirent leur épingle du jeu. 

  • Temps de lecture: 5 min
GenAI Made In France
Visuel généré par le Créateur d'image Bing

Le 19 septembre dernier, Elisabeth Borne inaugurait la création d’un dispositif technologique inédit. De fait, la première ministre a fait une annonce d’un nouveau genre : le lancement du Comité de l’intelligence artificielle générative en France, visant à réunir les acteurs et experts de différents secteurs afin d’éclairer les décisions du Gouvernement au sujet de l’IA générative. Inscrit dans la Stratégie nationale pour l’IA débutée en 2018, ce Comité vise à soutenir cette filière technologique en plein essor, au niveau mondial. 

Grâce à une dotation de plus de 3 milliards d’euros accordée par le Gouvernement, ces initiatives ont permis à la France de devenir un véritable vivier pour les startups spécialisées en intelligence artificielle. En 2021, elles étaient 502 sur le territoire, représentant une hausse de 11 % par rapport à 2020, d’après les chiffres du ministère de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique. Ce nouvel univers technologique qui emploie aujourd’hui plus de 13 000 personnes via les startups, dont plusieurs se sont d’ores-et-déjà démarquées. Zoom sur cinq d’entre elles. 

Mistral AI, un vent de fraîcheur pour les IA en open source 

Fondée il y a quelques mois seulement par trois chercheurs français de la tech, Timothée Lacroix, Guillaume Lample et Arthur Mensch, la start-up Mistral AI a présenté en septembre 2023 son premier programme d’intelligence artificielle générative aux 7 milliards de paramètres : Mistral 7B. Après une levée de fonds réussie d’une valeur de 105 millions d’euros, la jeune pousse affirme sa volonté de démocratiser l’accès à ses modèles gratuitement, en open source. « Nous croyons fermement qu'une approche ouverte de l'IA générative est nécessaire. Le développement de modèles soutenus par la communauté est le chemin le plus sûr pour lutter contre la censure et les biais dans une technologie qui façonne notre avenir », déclarait Mistral AI dans un communiqué de presse.  

LightOn : la pépite française qui veut défier ChatGPT sur les calculs de l'IA

Pionnière dans l’IA générative et les modèles de langage LLM (Large Language Models, des tâches liées au traitement du langage), LightOn a vu le jour en 2016, sous l’impulsion d’Igor Carron et du mathématicien Laurent Daudet. La start-up s’est notamment illustrée grâce à son modèle Alfred et sa plateforme Paradigm, lancée en 2022, dont le but est de fournir aux grandes entreprises et institutions publiques des solutions linguistiques d’IA génératives clé-en-main. LightOn a ainsi mis au point un LLM français “équivalent” à GPT-3, mais elle met un point d’honneur à garantir la confidentialité des données personnelles. « La souveraineté de l’IA devient un enjeu crucial », explique par ailleurs la marque sur son site Internet. 

PhotoRoom, l'application de retouches photos automatiques grâce à l'IA

Plus de 80 millions de téléchargements à travers 180 pays. C’est la prouesse de PhotoRoom, une application d’édition photo intelligente basée sur l’intelligence artificielle générative. Depuis sa création il y a 3 ans, cette pépite n’a eu de cesse d’implémenter des nouvelles fonctionnalités novatrices et automatiques de retouches photos : suppression d’éléments, détourage de sujet, arrière-plans intelligents…, les deux co-fondateurs Matthieu Rouif et Eliot Andres emploient aujourd’hui plus de 40 employés dans leurs bureaux parisiens. Après deux levées de fonds, et l’attrait généré auprès de nouveaux investisseurs américains, PhotoRoom pourrait bien continuer d’innover dans le secteur de l’audiovisuel. 

Docaposte, la mutualisation des savoirs pour une IA générative souveraine

Piloté par Guillaume Leboucher, le pôle data et IA de Docaposte (une filiale du groupe La Poste), en collaboration avec trois partenaires (LightOn, Aleia et NumSpot), développe désormais sa propre solution d'IA générative. LightOn se charge des LLM via la plateforme Paradigm, tandis que NumSpot assure l'hébergement des données dans un environnement qualifié SecNumCloud. Aleia apporte sa plateforme d’IA collaborative pour la gestion d'objets divers. Actuellement en phase bêta, la solution est testée par plusieurs clients du secteur médical pour la gestion des dossiers patients et la synthèse de comptes-rendus médicaux. Bien que les résultats soient prometteurs, les détails sur les progrès réalisés demeurent confidentiels.

Giskard, pour veiller sur la sécurité des algorithmes de l'IA 

Permettre aux professionnels d'évaluer et tester la qualité des modèles d'intelligence artificielle générative, c’est le pari que s’est lancé Giskard. Ce pur produit de la tech française a été créé en 2021 par trois passionnés de l’IA et a su se démarquer après deux tours de table réussis. La start-up soutient l'idée d'une intelligence artificielle responsable au service de la performance des entreprises et du respect des droits des citoyens. Pour concrétiser cette mission, elle offre aux experts de l'IA une plateforme collaborative et open source d'Assurance Qualité permettant d'évaluer et de tester la qualité de tous les modèles d'IA . Une première française, nécessaire au vu du développement massif des innovations en matière de Gen IA

elc

Emma-Louise Chaudron

Rédactrice Web