Floatee, la startup qui sauve des vies

Deux ingénieurs ont récemment lancé Floatee, le premier tee-shirt anti-noyade made in France. Rencontre avec Philippe Rouvier, co-fondateur et PDG de la startup basée en région Occitanie. 

  • Temps de lecture: 5 min
floatee
Philippe Rouvier et Thibaut Choulet, les co-fondateurs de Floatee, sur le plateau de l'émission de M6 « Qui veut être mon associé ? »

Les noyades accidentelles sont la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans en France. Chaque année, on décompte 500 noyades d’enfants âgés de 1 à 6 ans. C’est en partant de ce constat malheureux que Philippe Rouvier et Thibaut Choulet ont créé Floatee, un tee-shirt anti-noyade destiné aux enfants de 18 mois à 6 ans. Un projet qui a germé dans l’esprit des deux compères lorsqu’ils étaient en école d’ingénieur. Pour passer un été en toute sérénité, Big média vous fait découvrir le concept. 

Big média : Comment vous est venue l’idée d’un tee-shirt anti-noyade ?  

Philippe RouvierThibaut et moi y pensions déjà quand nous étions étudiants en école d'ingénieur. À l’époque, on voulait déjà travailler sur un projet utile mais on ne s'était pas lancé car on ne savait pas vraiment comment s'y prendre. Il y a un peu plus de deux ans, j’ai malheureusement assisté à une noyade. On a reparlé de cet ancien projet avec Thibaut, mon co-fondateur, et on s’est vite rendu compte qu’il n'y avait pas de solution pour protéger les enfants hors de l'eau. Sauf que la plupart des noyades se passent quand les enfants ne sont pas censés se baigner. 

BM : Concrètement, comment ça marche ? 

PR : Notre tee-shirt anti-noyade se porte comme un tee-shirt classique mais, si l'enfant va à l'eau, il se gonfle instantanément et retourne le bambin pour mettre ses voies respiratoires hors de l’eau Ce produit est constitué d’un tee-shirt anti-UV UPF50+ avec un gilet de sauvetage intégré et un système de déclenchement automatique prêt à l’emploi. Nous avons également étudié les matériaux pour qu’il soit agréable à porter du matin au soir, lavable en machine et, très important, que les enfants soient incapables de l’enlever seuls. 

« Le tee-shirt Floatee entre dans la catégorie des équipements de sauvetage » 

 

BM : Selon vous, les dispositifs anti-noyades existants ne sont pas assez efficaces ? 

PR : Il y a le gilet de sauvetage classique, que l’on a l’habitude d’enfiler sur un bateau, mais personne ne le fera jamais porter à son enfant en bord de lac, de piscine ou sur la plage. Ensuite nous avons ce que l’on appelle les aides à l’apprentissage de la natation (brassard, gilet, bouée…) Mais ici encore ils sont mal adaptés à la noyade puisqu'ils s'utilisent majoritairement avec un adulte à proximité. Et surtout, ils ne protègent pas les plus jeunes du danger. Un enfant qui tombe la tête la première dans une piscine avec des brassards peut se noyer à la surface de l’eau. Tous ces équipements sont certifiés sous la norme NF EN 13138-1, pour « aide à la flottabilité pour apprentissage de la natation. » Notre produit, lui, est certifié selon des tests de la norme EN ISO 12402-2, c’est-à-dire qu’il entre dans la catégorie des équipements de sauvetage. 

BM : Vous avez une approche éco-responsable et Made in France ? 

PR : Nous avons intégré des solutions économiques et écologiques pour réduire l’impact environnemental de notre produit durant tout son cycle de vie. La partie tee-shirt est fabriquée à partir de tissus textiles 100 % français. La partie poumon gonflable est aussi confectionnée en France. Cependant, pour le moment, il a été impossible de faire produire dans l’Hexagone la cartouche de CO2 qui est réalisée en Autriche. Idem pour une des parties principales du déclencheur qui est produite en Slovaquie. Enfin, l’assemblage des dix parties qui composent le tee-shirt anti-noyade est réalisé dans nos locaux en Occitanie. Nous avons donc obtenu le label "Made in France" de la part des douanes puisque la grande majorité du cycle de fabrication est réalisée dans l’Hexagone. 

BM : Comment s’est déroulé le processus de développement de votre innovation ? 

PR : Nous avons connu une phase de développement intense avec plus de 50 versions différentes de notre produit. Tout comme la phase de certification d’ailleurs. Nous avons certifié le tee-shirt anti-noyade dans sa globalité mais il fallait également que chacun des composants critiques du produit soient labellisés, d’où une longue recherche de partenaires français. Nous avons également passé du temps à mettre en place toute la ligne d’assemblage chez notre confectionneur textile, avec des problématiques de savoir-faire. 

« Notre objectif est de produire entre 20 000 et 50 000 tee-shirts anti-noyade en 2024 » 

 

BM : Et quand est-il de l’industrialisation de votre startup ? 

PR : La recherche de locaux adéquats a été un véritable casse-tête ! Trouver des bureaux jouxtant un atelier de 150 à 250 m2 maximum, ça a été mission impossible pendant quelques semaines. On a fini par trouver ce que l’on cherchait. Il a fallu ensuite s’équiper, recruter, créer la chaîne d’assemblage et les postes de travail, etc. Nous sommes toujours en phase d’industrialisation. Aujourd'hui, notre capacité de production est de 10 000 pièces par an. L’objectif est d’en produire entre 20 000 et 50 000 en 2024. Nous allons donc devoir revoir certains de nos process, acheter de nouvelles machines et réaliser des travaux dans nos locaux notamment. 

BM : Vous travaillez d’ores et déjà sur d’autres produits ? Un tee-shirt anti-noyade pour adulte par exemple ? 

PR : Tout à fait, nous avons commencé à étudier la faisabilité de créer un tee-shirt anti-noyade pour adulte. Si les noyades en piscine concernent davantage les jeunes enfants, celles en mer sont le fait de personnes plus âgées. 

BM : Une levée de fonds est prévue dans les prochains mois ? 

PR : Nous avons levé 450 000 euros fin mars car notre besoin en fonds de roulement est conséquent. En plus de la levée de fonds, nous sommes en pourparlers avec Bpifrance et des banques pour être certains d’atteindre nos objectifs de croissance en 2024.

Simon NAPIERALA
Simon Napierala Redacteur web