5 termes incontournables en startup (ou qu’on retrouve sur LinkedIn)

En entreprise, nous prenons tous des tics de langage. Chez Big média, nous avons décidé de vous présenter 5 termes qu’on entend majoritairement en startup et qui se généralisent désormais dans toutes les sociétés.

  • 01 juin 2023
  • Temps de lecture: 5 min
terme startup
Crédit : Les Stagiaires/2013

Parlez-vous « le startup » ? Après avoir présenté les anglicismes entendus dans 99,9 % des entreprises, Big média vous propose de découvrir cinq termes qui proviennent des startups (et qu’on peut lire sur LinkedIn) et se généralisent à toutes les entreprises.

1/- L’onboarding

Bienvenue à bord de notre vol à destination de la startup Nation. Pour mener à bien ce voyage, nous vous proposons un onboarding. Oui, vous vous en doutez, tous les termes qui vous sont présentés dans cet article sont tirés d’un mot anglais. Cette étape correspond à la phase d’accueil et d’intégration d’un nouvel employé.

L’onboarding présente différents atouts. D’abord, il permet de réduire le turn-over dans un contexte où les sociétés ont du mal à recruter. C’est aussi un moyen pour le nouveau salarié d’être opérationnel rapidement. Une étude menée par l’entreprise ACERTA en 2022 révèle que 62 % des collaborateurs ayant eu un onboarding atteignent les objectifs fixés dans l’année, contre 17% des nouveaux salariés n’ayant pas eu d’étape d’intégration. Cette dernière représente aussi, pour les entreprises, un atout pour leur marque employeur. En effet, en facilitant l’arrivée d’un nouvel employé, ce dernier sera alors fier d’en parler autour de lui. L’expérience candidat est un levier de communication percutant pour les organisations

2/- Lead

Maintenant que vous avez atterrit dans le monde merveilleux des startups, nous vous proposons de découvrir une partie de leur quotidien. Pour convaincre de potentiels futurs clients, elles usent de leur maîtrise du marketing digital pour générer des leads. Au-delà d’être l’un des mots que l’on retrouve très souvent dans des posts Linkedin, c’est avant tout un enjeu business.

Un lead correspond à un contact obtenu à la suite d'une opération marketing, qui a démontré un intérêt pour une proposition commerciale en fournissant ses coordonnées à l'entreprise. Mais attention, si vous souhaitez vivre une vraie immersion parmi les startuppers, ne confondez surtout pas lead avec prospect. Ce dernier est un lead qualifié qui démontre une intention concrète de réaliser un achat ou de faire appel à un service, il est donc susceptible de devenir un client de l'entreprise.

3/- KPI

Vous êtes désormais prêts à participer au développement d’une startup grâce à tous les leads que vous avez rapporté, mais est-ce bien conforme aux KPI de l’entreprise ? « Les quoi ? » me direz-vous. Les Key Indicator Performance ou indicateurs clés de performance en français (mais comme vous le savez désormais, cette langue est bannie de la startup Nation). Les KPI représentent toutes les données nécessaires pour mesurer l’état de santé de son l’entreprise.

Ces indicateurs doivent répondre à la stratégie de la société, autrement dit sa feuille de route. Si l’objectif est l’augmentation du nombre de ventes, le KPI mis en place peut être le nombre de ventes quotidiennes. Si vous souhaitez plutôt accroître la visibilité d’un site internet, il vaudra mieux analyser le trafic journalier ou la durée moyenne des visites sur le site. Les types d’indicateurs à instaurer peuvent donc varier en fonction de ce que vous cherchez à mesurer.

4/- Scalable

Vous l’aurez compris, une startup est avant tout une entreprise qui cherche à croître au maximum. Beaucoup d’entre elles adoptent un modèle économique « scalable ». Ce terme provient à l’origine du monde informatique. La scalability d’un programme indique sa capacité à faire face à une sollicitation massive et de voir comment y répondre.

En faisant le parallèle avec les startups, être scalable représente la capacité à donner à son entreprise toutes les possibilités pour faire face à une croissance rapide afin qu’elle reste viable, efficace et rentable. En adoptant un tel business model, une startup affirme sa volonté de passer rapidement à l’échelle afin de devenir une grande entreprise.

5/ CEO, CTO, CMO…

Ça y est, votre immersion au sein de la startup Nation touche bientôt à sa fin, mais avant de détacher vos ceintures que diriez-vous de rencontrer le CEO ou même le CTO ? Et pourquoi pas le CFO ? Non ce ne sont pas des groupes de musique K-pop mais bien des rôles clés au sein d’une startup. D’abord, le plus important d’entre eux : le Chief executive officer (CEO). Autrement dit, le dirigeant qui a pour mission de porter la vision de l’entreprise et de trancher en cas de désaccord. Il est souvent épaulé par un directeur technique appelé aussi le Chief Technical Officer (CTO), en charge de développer la technologie de l’entreprise. Pour la commercialiser il aura besoin d’un directeur commercial ou plutôt d’un Chief Commercial Officer (CCO) et d’un Chief Marketing Officer (CMO).

Si ces quatre postes sont les plus courants au lancement d’une startup, d’autres peuvent apparaître par la suite. Un directeur des opérations sera nommé Chief Operating Officer (COO) tandis que le directeur financier aura le titre de Chief Financial Officer (CFO). Vous l’aurez compris, ce sont tous des emplois qui existent depuis la nuit des temps en français, mais qui, apparemment, sonnent beaucoup mieux en anglais.