Compléments alimentaires, l'inspirant parcours d'Angelique d'Esclaibes, fondatrice d'Epycure

Angélique d’Esclaibes, fondatrice et dirigeante d’Epycure, était sur la scène de l’Ampli lors de la 8e édition de Big. Elle aborde notamment son parcours entrepreneurial et ses soucis de santé qui l’ont décidée à créer sa marque de compléments alimentaires et de probiotiques. 

  • 02 août 2023
  • Temps de lecture: 2 min
Angéliquedesclaibes

De ses soucis de santé surmontés dans l'enfance est née l'idée d'Epycure. Sur le plateau de Big, Angélique d'Esclaibes partage « Je me suis beaucoup médicamentée depuis petite pour des soucis d’eczéma, de maux de ventre et de fatigue. » Quelques années plus tard, la jeune femme réalise « que malgré la cortisone les problèmes reviennent et qu’il y a quelque chose de plus grand à faire. »  

Après avoir tout essayé, elle constate les bienfaits des compléments alimentaires et des probiotiques sur sa santé. « Il y a plein de bonnes pratiques à mettre en place au quotidien, et je ne parle pas d’arrêter le glucose, l’alcool ou encore le lactose ! Mais il existe des petites choses qui peuvent nettement aider notre corps », soutient la jeune femme. 

« On a beaucoup travaillé sur la R&D pour avoir un produit très dosé et naturel » 

Après avoir réalisé un premier projet entrepreneurial avec un ami d’école autour d’une marque de maillot de bain masculin, Angélique d’Esclaibes souhaite se tourner vers un projet qui a du sens pour elle. « J’étais jeune et j’adorais l’expérience entrepreneuriale mais je n’étais pas portée par le projet. Je ne me réveillais pas le matin en me disant que je faisais quelque chose de génial, alors que j’avais besoin de m’engager », se rappelle l’entrepreneure. Celle qui voulait aider les gens a alors crée Epycure en 2019, une marque de compléments alimentaires naturels avec des actifs puissants.  

Sur ce marché concurrentiel, la jeune femme décide de faire un pas de côté. « On a beaucoup travaillé sur la R&D pour avoir un produit très dosé et naturel.  À l’époque, je prenais des compléments dont je ne comprenais pas la composition ou alors qui étaient naturels mais que je devais prendre par 12 pour qu’ils soient efficaces ». La marque offre une alternative à ce type de complément alimentaire en proposant seulement deux gélules par jour, à forte concentration de produits naturels. 

« Le complément alimentaire se vend à 50 % en pharmacie » 

 « Notre troisième point de vigilance était d’être accessible et de mettre la tech et l’innovation au cœur du projet. Nous avons donc ajouté un questionnaire en ligne destiné à accompagner les clients », ajoute Angélique d’Esclaibes. Côté business plan, son entreprise Epycure, mise largement sur le fait de développer un esprit communautaire dans sa clientèle. Pour ce faire, elle a notamment mis en place une plateforme qui permet à tout un chacun d'échanger sur les problèmes rencontrés et de donner ou recevoir des conseils. Si la marque n’est présente que via son site internet, Angélique d’Esclaibes espère aujourd’hui se faire référencer dans les pharmacies. « On a montré qu’on existait en ligne, avec des clients très fidèles. Mais si l’on veut passer à la vitesse supérieure, il faut aller là où le complément alimentaire se vend à 50 %, c’est-à-dire en pharmacie », conclut la jeune femme. 

 

Julie Lepretre
Julie Lepretre Rédactrice web