Réinventer la cantine d’entreprise : l’aventure entrepreneuriale pleine de rebondissements de PopChef

Présent sur la scène de l’Ampli de Big 8, François de Fitte s’est livré sur son parcours en tant que co-fondateur de PopChef, une alternative digitale à la cantine d’entreprise.

  • 26 juillet 2023
  • Temps de lecture: 2-3 min
Francois de Fitte - Popchef

« L’alimentation est le deuxième poste d’émission carbone en France. Les acteurs de la cantine ont ainsi une grande responsabilité, puisqu’ils comptent parmi les plus grands restaurants sur le territoire », affirme François de Fitte sur la scène de l’Ampli. Animés par une passion pour l’entrepreneuriat, l’ancien étudiant en droit et son ami Briac Lescure décident de lancer Popchef en 2015 : « une alternative digitale, moins chère et plus écologique à la cantine d'entreprise ». Le co-fondateur et CEO de PopChef revient sur les temps forts de cette aventure entrepreneuriale pleine de rebondissements. 
 

 

« Malgré une très forte croissance, on n’a pas réussi à réaliser notre levée de fonds à 10M€ » 

En fin de cursus universitaire, François de Fitte effectue son stage aux côtés de Marc Simoncini, fondateur de Meetic et business angel reconnu. L’étudiant tente alors de comprendre et d’appréhender les rouages du financement de start-up en présentant plusieurs projets à son mentor, et en lui demandant dans lequel il investirait. « On s’est dit que si un fonds de venture capital était prêt à investir dans notre projet, alors ça signifiait que notre business avait une chance de réussite », se souvient le jeune homme.  

Sensibles aux enjeux liés au développement durable, et à la décarbonation du secteur agroalimentaire, François et son associé fondent PopChef en 2015. La jeune pousse propose initialement la livraison de repas aux particuliers dans Paris. « On a été la première foodtech à se lancer dans la capitale, mais on était beaucoup moins financés qu’un Uber ou un Deliveroo », explique l’entrepreneur. Une pénétration de marché si rapide que la start-up a rapidement été dépassée : « Malgré une très forte croissance, on n’a pas réussi à réaliser notre levée de fonds à 10M€. C’est pourquoi à ce moment-là, en 2017, on a dû se séparer de 80% de l’entreprise en 48h ». Un événement extrêmement difficile, mais qui ne signe pas pour autant la fin de PopChef. 

 

Inventer son propre modèle d’entreprise 

« On a testé plusieurs modèles de hiérarchie. Moi je n'ai jamais travaillé dans une boîte à part mon stage de fin d'étude. Cela nous a poussé à changer du "schéma classique d'entreprise", pour essayer d'implémenter un modèle un peu plus horizontal que ce qu'on peut voir », détaille François de Fitte. Un choix managérial original porté par les crises qu’a traversées la start-up depuis sa création (le Covid-19, ou la levée de fonds non aboutie de 2017). L’alternative 2.0 à la cantine d’entreprise se veut ainsi attractive et disruptive : accès au capital pour tous les salariés, vacances illimitées, … « On essaie de créer une atmosphère sympa où tout le monde se comporte un peu comme si c'était sa boîte », confie le co-CEO. Un modèle qui fonctionnait bien dans ses débuts, mais qui trouve ses limites maintenant que la jeune pousse compte près de 100 collaborateurs. 

Grâce à une levée de fonds de 15M€ réussie en 2022, PopChef souhaite désormais s’étendre au marché international, et devenir « un des leaders de la foodtech européenne », en prenant en compte les enjeux de réchauffement climatique. En outre, la start-up a annoncé avoir réduit de 40 % ses émissions de CO2 par rapport à un acteur classique de la restauration d’entreprise. « On a envie de devenir le nouveau champion de la restauration d'entreprise, on pense qu'il y a une nouvelle voie à ouvrir », conclut François de Fitte.  

 

 

BIG 9 - Bpifrance

 

elc
Emma-Louise Chaudron Rédactrice Web