Avec Maison Broussaud, les chaussettes Made in France en ont sous le pieds

Manufacture de chaussettes implantée au cœur du Limousin depuis 1938, la Maison Broussaud a fait du Made in France son fer de lance. Rencontre avec Aymeric Broussaud, le petit-fils du fondateur, qui dirige aujourd’hui l’entreprise aux côtés de sa femme, Alexandra. 

  • Temps de lecture: 2-3 min
Maison Broussaud Made in France

« Le Made in France est synonyme de savoir-faire, de créativité et de qualité à l’étranger ! C’est un réel vecteur d’exportation », déclare Aymeric Broussaud. Fier représentant de la troisième génération de la société Broussaud, ce chef d’entreprise a repris la manufacture de chaussettes limousines en 2006, avec sa femme Alexandra. Fondée en 1938 par ses grands-parents, elle est spécialisée dans le tricote de chaussettes. 

« Notre métier initial est d’être façonnier. On travaille les collections que nous envoient les marques, puis on les réalise au sein de notre usine », poursuit le dirigeant. Portée par l’engouement de ses clients et une vision stratégique sur le long terme, la marque « Maison Broussaud » est née il y a trois ans. Elle commercialise également depuis peu les modèles imaginés par l’entreprise Broussaud. Entre tradition et projection, portrait d’une organisation familiale qui traverse les époques, et connaît les visions de chacune des générations. 

Conserver le style familial en pensant à l’après 

Au fil du temps, la société Broussaud a connu de nombreuses évolutions, en témoigne le petit-fils du fondateur, Aymeric Broussaud : « On a bien vu que le commerce d’import-export rapportait malheureusement plus que la fabrication française ». Pourtant, ses parents avaient, de leur temps, fait le choix de rester sur un marché hexagonal, tout en maintenant cette activité de « négoce » largement plébiscitée dans les années 2000 avec l’avènement d’Internet. Malgré les défis, l’actuel président-directeur général et sa femme font le choix stratégique d’augmenter la part du Fabriqué en France dans les revenus de la société.  

« On avait envie de garder cette partie de notre activité, consacrée à la fabrication d’échantillons et de petites séries pour nos clients. C’est vrai qu’avec l’explosion du Web, il y avait des places à prendre sur la vente de textile en ligne », se souvient l’entrepreneur. D’une rencontre avec l’un des pionniers du e-commerce en France à la confection de la première commande passée par le fondateur du Slip Français, Guillaume Gibaut, la marque Broussaud fabrique aujourd’hui des chaussettes pour plus de 150 clients dans son atelier limousin. « Cette première vitrine a permis de rappeler à nos clients qu’il y a des fabricants en France et qu’il est possible de confectionner des produits textiles sur le territoire », affirme Aymeric Broussaud. De belles opportunités locales en perspective, que le couple de dirigeants a décidé de mettre sur le devant de la scène. 

Valoriser et capitaliser sur le Made in France 

Que l’on se situe côté client ou fournisseur, le Made in France se révèle bien souvent plus cher que ses concurrents importés, tous secteurs confondus. Bien que cet écart soit justifié par la prise en compte de critères écologiques, la protection des travailleurs ou, plus récemment, des frais liés à la réindustrialisation du pays, le Fabriqué en France connaît un renouveau sans pareille. D’après un récent sondage Opinionway, plus d’un Français sur deux a d’ailleurs déclaré l’avoir intégré dans ses pratiques d’achat. « L’ensemble des salariés ne peut pas s’habiller de produits manufacturés en France, c’est pourquoi nous les entreprises, devons nous adapter et accompagner les clients dans cette démarche plus vertueuse, pour l’environnement comme pour l’activité économique locale », détaille Aymeric Broussaud. 

Implantée dans le village des Cars, en Haute-Vienne, la société Broussaud emploie plus d’une soixantaine de collaborateurs. C’est dix fois plus que lorsque l’actuel directeur et sa femme reprennent l’affaire en 2006. Après plusieurs investissements conséquents, accompagnés de financements régionaux ou nationaux comme le plan France Relance, les entrepôts sont modernisés et digitalisés. « Le bassin d’emplois est plus limité qu’ailleurs, quand on dirige une société au cœur d’une petite commune de 500 habitants », admet le chef d’entreprise. Des emplois encore à pourvoir, donc, pour accompagner la marque Maison Broussaud dans son export outre-Atlantique. « On a remarqué que de nombreuses commandes étaient passées aux Etats-Unis. Nos produits Made in France bénéficient d’une belle notoriété à l’étranger », conclut Aymeric Broussaud. Cocorico ! 

elc

Emma-Louise Chaudron

Rédactrice Web