Twitter, régulation de l’IA et voyage dans l’espace : retour sur la prise de parole d’Elon Musk à Vivatech

A l’occasion de Vivatech, Big média a assisté à la conférence exclusive d’Elon Musk au Dôme de Paris. Voici ce qu’il faut retenir de sa prise de parole.

  • Temps de lecture: 2-3 min
Elon Musk

Fondateur de Paypal, Tesla, SpaceX, Neuralink et plus récemment d’OpenAi, Elon Musk était présent au Dôme de Paris le 16 juin 2023 pour parler de son parcours. « Vous représentez l’innovation, l’ambition et luttez toujours contre le courant. », voici comment Maurice Levy, cofondateur de Vivatech et président du conseil de surveillance du groupe Publicis introduit l’homme d’affaire. Un état d'esprit qui aura permis à Elon Musk de se retrouver à la tête de neuf organisations et de devenir la deuxième plus grosse fortune de la planète avec 234,4 milliards de dollars d’après le magazine Forbes. Tour d’horizon.  

« Nous avons rendu l’algorithme Twitter accessible à tous »

Aujourd’hui à la tête de deux mastodontes du secteur de l’automobile et de l’astronautique, Elon Musk a récemment racheté le réseau social Twitter pour 44 milliards de dollars. « C’était cher en effet », ironise le serial entrepreneur, avant d’enchainer sur sa vision et son ambition pour le petit oiseau bleu. « Nous défendons la liberté d’expression, mais pas celle d’atteindre la liberté des autres, martèle le PDG de Twitter. Nous avons également supprimé 90% des bots et spams de la plateforme et rendu l’algorithme accessible à tous. C’est le seul réseau social où vous pouvez voir le code. Je veux faire de Twitter une force vertueuse pour la civilisation. » Faisant de la lutte contre le cyberharcèlement son combat, Elon Musk affirme : « si vous publiez des contenus haineux, vous ne pourrez pas atteindre un large public. » Ovation dans le Dôme de Paris.

Tesla, un bilan positif et un avenir prometteur

Interrogé sur la création de Tesla, Elon Musk rappelle que l’entreprise produit 2 millions de véhicules par an, à l’heure où seulement 1% de la flotte automobile mondiale (qui représente 2 milliards de voitures et camions) est vertueuse. « À l’époque où j’ai lancé Tesla, il n’y avait pas de voitures électriques en fabrication. Des startups se lançaient et on s’est dit qu’on allait aussi essayer. Mais il reste encore du chemin à faire, reconnait l’entrepreneur. Les entreprises doivent faire beaucoup d’efforts pour éviter les émissions de gaz à effet de serre. » 

Alors que Maurice Lévy, cofondateur de Vivatech et président du conseil de surveillance du groupe Publicis lance le milliardaire sur ce qui a fait le succès de Tesla, et plus globalement de ses entreprises, Elon Musk répond être animé par la passion. « Nous avons besoin de projets qui nous inspirent, nous nourrissent le cœur. »

« C’est la première fois qu’on peut avoir un être plus intelligent que nous » à propos d’OpenAi

Devenir astronaute et explorer l’espace est le rêve qui a particulièrement habité l’entrepreneur. « Nous sommes peut-être les seuls conscients dans cette galaxie. Ce qui signifie qu’il est nécessaire (…) de prolonger la vie au-delà de notre planète et explorer d’autres systèmes. Nous devons donc créer de la technologie pour aller au-delà de la Terre. À un moment il m’est apparu comme une évidence que si l’on n’inventait pas de nouvelles fusées, il y aurait des problèmes, partage Elon Musk. Si tout le monde est intéressé par l’exploration de l’espace, il fallait trouver de nouvelles manières de s’y prendre pour faire baisser les coûts. » C’est ainsi que l’entreprise du NewSpace, SpaceX, est née « On me demande souvent comment faire une grosse fortune dans ce domaine. Je réponds que c’est en y mettant une grosse fortune ! », ironise le PDG de l’entreprise spatiale SpaceX.

D’une réussite à l’autre, Elon Musk a ensuite créé son propre robot d’intelligence artificielle : ChatGPT avec son entreprise OpenAi. Un développement que l’entrepreneur a pourtant souhaité mettre de côté pour le moment. « J’ai décidé de faire une pause. Il y a un danger autour de la ‘superintelligence.’ Peut-être que cela aura des conséquences catastrophiques », explique-t-il. Des limites qu’il nuance tout de même avec les réussites observées jusqu’ici. « On a créé une époque d'abondance, tous les services sont disponibles à la demande. C'est le côté positif de l'intelligence artificielle. L'IA va être une puissance de rupture, la plus importante de toute l'histoire. C’est la première fois qu’on peut avoir un ‘être’ plus intelligent que nous », conclut le fondateur de la solution. 

Julie Lepretre
Julie Lepretre Rédactrice web