Surfeuse professionnelle, étudiante et entrepreneure : dans le sillage de Julia Dufrechou

À seulement 21 ans, Julia Dufrechou incarne la détermination et la passion qui l'ont conduite à embrasser simultanément les rôles de surfeuse professionnelle, d'étudiante engagée et d'entrepreneure audacieuse. Récit.

  • 28 août 2023
  • Temps de lecture: 2-3 min
Julia Dufrechou - Surf

« J’ai longtemps envié le style de vie des plus grandes surfeuses professionnelles. Plutôt que rêver cet idéal, j’ai décidé de le créer ». C’est ce que déclare Julia Dufrechou quand on lui demande ce qui l’a poussée à lancer sa marque de maillots de bain entre deux compétitions internationales de surf. A seulement 21 ans, cette étudiante en communication originaire de l’île antillaise Saint-Martin jongle entre ses études, un rythme de sportif de haut niveau, et sa marque de maillots de bains, JUBAI, qu’elle a lancée en 2021.  

Avec une enfance passée sous le soleil des Antilles, Julia Dufrechou baigne dès son plus jeune âge dans un univers où l’eau et les vagues sont une seconde nature. « Depuis toute petite je vis en maillot de bain entre la Guadeloupe et Saint-Martin. J’ai commencé les sports nautiques très jeune, comme la natation, l’optimist, et puis le surf, se souvient la jeune femme. Cela a été pour moi une révélation. Le surf est le seul sport qui me poussait à aller toujours plus loin, à dépasser mes limites et mes peurs ». C’est à l’âge de 12 ans qu'elle commence les compétitions, avant d’intégrer le pôle espoir surf de Guadeloupe deux années plus tard. Ce mode d’apprentissage lui a notamment enseigné à conjuguer un emploi du temps de lycéenne avec celui d’athlète : examens, compétitions nationales, européennes et entraînements de surf

« Concilier 3 emplois du temps n’est pas une chose facile »

Bac en poche, Julia quitte son île pendant deux ans et se rend à Biarritz y effectuer son DUT Techniques de Commercialisation, tout en maintenant son appartenance au circuit professionnel de la World Surf League (WSL). Elle mûrit parallèlement une envie d’entreprendre. « Mon projet de fin d’étude m’a permis de réaliser qu’avoir ma propre marque de maillots de bain était viable. Je me suis lancée, et quelques mois après, en novembre 2021, JUBAI est née », raconte l’antillaise.  

Aujourd’hui étudiante en première année de Master en communication digitale, la créatrice doit jongler en permanence entre les cours, le sport, et son entreprise. « Concilier 3 emplois du temps n’est pas une chose facile, c’est à la fois fatiguant et stressant. Par exemple, je connais à l’avance les dates de mes examens et de mes compétitions, ce qui me permet d’anticiper les sorties de collection », explique-t-elle. Une agilité rendue possible grâce à un mental de sportif de haut niveau : « Mes années d’entraînement intensif m’ont rendue rigoureuse dans mon travail, et persévérante dans l’adversité. La compétition m’a appris à encaisser les défaites et à savourer les victoires, ce que je mets à profit dans JUBAI », confie la jeune femme, qui a définitivement élu domicile en Guadeloupe.

Développer sa marque depuis une région d’outre-mer 

Conceptualisée, fabriquée et distribuée sur « l’île aux belles-eaux », JUBAI est une marque qui revendique un artisanat local, pensée pour mettre en avant le savoir-faire guadeloupéen. Julia Dufrechou, aux côtés de sa maman dans cette aventure, souligne néanmoins la difficulté que peut représenter un projet entrepreneurial développé sur une île : « Nous nous sommes rapidement rendu compte que nous avions du mal à trouver les bons interlocuteurs sur certains segments, et surtout à faire venir les matières premières, à cause du coût de transport, des taxes, de l’octroie de mer (impôt français lié aux produits importés, ndlr.)...» 

Au fil de rencontres, la jeune femme parvient à trouver un atelier guadeloupéen pour la couture de ses maillots, dont les matières premières labellisées Oeko-Tex sont pour l’instant importées de France et d'Italie. « Nous avons malgré tout fait un choix de transformation locale, ce qui me tenait à cœur, ayant grandi dans les Antilles. Cela a représenté un réel challenge pour moi de créer une marque française, éco-responsable, et adaptée aux sports nautiques », commente la sportive de haut niveau. Des débuts encourageants qui confirment la volonté de Julia de continuer à développer sa marque. « Nous pensons aux futures collections, et souhaiterions désormais mettre en avant la partie bijoux que réalise ma maman. Notre plus belle réussite serait d’ouvrir notre toute première boutique physique, ici en Guadeloupe », conclut-elle. 

elc
Emma-Louise Chaudron Rédactrice Web