Mollow accompagne les entreprises et les voyageurs vers un tourisme plus responsable

Dédiée à la sensibilisation des enjeux climatiques liés au tourisme, la plateforme Mollow s’adresse aux voyageurs et aux entreprises du secteur pour des pratiques plus durables. Chiara Pellas et Alisée Pierrot, co-fondatrices, racontent l’ascension de leur plateforme depuis son lancement fin 2022. 

Tourisme responsable en train mollow

« Dans un voyage ce n'est pas la destination qui compte mais toujours le chemin parcouru, et les détours surtout », a un jour écrit l’auteur et réalisateur français Philippe Pollet-Villard. Une citation qui s’inscrit manifestement dans l’ADN de Mollow, une plateforme dont le but est de promouvoir un mode de voyage vertueux, et de faciliter l’accès à des outils concrets pour passer à l’action. En outre, l’ADEME publiait en 2021 le premier bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) du tourisme en France. L’étude s’est penchée sur toutes les activités du secteur, de l’hébergement au transport bien évidemment, sans oublier la restauration ou encore les achats d’objets souvenirs. 

Avec plus de 118 millions de tonnes de CO2 produites sur l’année 2018, le tourisme représente près de 11 % des émissions de GES en France. L’équivalent de la consommation annuelle des régions IDF, PACA et Bretagne réunies. En cause, la mobilité, responsable de trois-quarts de ces émissions, et notamment le transport aérien. De ce constat, Chiara Pellas et Alisée Pierrot en ont fait leur thème de prédilection. Avec Mollow, elles espèrent bien démocratiser des alternatives plus respectueuses de l’environnement et des populations. « Il existe une tout autre façon de voyager, beaucoup plus compatible avec les objectifs de développement durable. Nous avons à cœur d’accompagner tout-un-chacun dans cette transition », indiquent les co-fondatrices Alisée Pierrot et Chiara Pellas.  

« La plus grande bataille est celle de l’imaginaire du voyage » 

Fraîchement diplômées de leurs études d’ingénieur, CentraleSupélec pour l’une et INSA pour l’autre, les deux fondatrices ont eu l’envie, le besoin en quelque sorte, « d’apporter leur pierre à l’édifice face à l’urgence climatique », via l’entrepreneuriat à impact. Chiara Pellas, à la suite d’un voyage en Grèce sans prendre l’avion, réalise qu’une autre manière de découvrir le monde est possible. « Cette expérience m’a ouvert les yeux. Elle m’a aussi montré qu’il était parfois compliqué de trouver les bonnes informations lorsqu’on voyage en train dans un pays où l’on ne connaît ni la langue ni les coutumes », se rappelle la jeune femme, qui a eu un déclic à son retour. « Comme j’étais en spécialisation entrepreneuriat à l’issue de mon cursus, le projet Mollow a finalement remplacé mon stage de fin d’études », se souvient-elle. 

C’est ainsi qu’entre septembre 2022 et mars 2023, le site a vu le jour, avec un engouement que les deux créatrices n’avaient pas soupçonné. En quête de nouveaux utilisateurs pour tester leur solution digitale de voyage bas carbone, Mollow a réussi à s’entourer d’une vraie communauté de bénévoles qualifiés : graphistes, designer UI/UX, photographes, communicants, etc. « Nous avons une double casquette : celle de plateforme de présentation et réservation responsable de transports ou d’activités touristiques ; et celle de média, détaillent les entrepreneuses. La plus grande bataille est celle de l’imaginaire, on doit montrer à grande échelle que le voyage ce n’est pas forcément partir à l’autre bout du monde en avion. » Une stratégie qui fait la part belle à la création de contenus inspirants et impactants, à destination des voyageurs comme des acteurs de la filière. 

Mollow adapte son offre selon la cible  

Initiée pour réinventer les voyages de demain en limitant l’empreinte carbone de ceux-ci, Mollow s’adresse à l’ensemble de l’écosystème touristique : les vacanciers comme les professionnels du secteur. « Notre but est de mettre en avant et de promouvoir auprès des voyageurs, ceux qui s’engagent, c’est-à-dire les acteurs du ferroviaire, les agences de location de vélo, les gîtes engagés, etcetera », explique Chiara Pellas. « Nous voulons être la vitrine opérationnelle de ce tourisme qui se réinvente, et souffre d’un manque de visibilité », poursuit Alisée Pierrot. La start-up revendique par ailleurs que même des « non-initiés » au tourisme durable se rendent sur leur site pour découvrir cette autre manière d’explorer. « Même plus contraignant, le voyage en train reste une niche. Néanmoins, on s’évertue à parler de sujets positifs tout en parlant d’écologie. On dit aux gens qu’ils peuvent continuer de voyager et de rêver, tout en respectant un certain quota d’émission carbone ». 

Côté financement, Mollow peut désormais compter sur ses partenaires professionnels du voyage. « Nous valorisons le fait qu’il est possible de se rendre chez eux pour un séjour de tourisme durable, en calculant le meilleur itinéraire décarboné pour y parvenir. In fine, c’est de la visibilité que nous leur vendons, via notre site et nos réseaux sociaux qui génèrent tous deux du trafic », déclarent les co-fondatrices. Une machine bien huilée, qui s’appuie sur un réseau de partenaires nationaux, comme les offices de tourisme, les régions, ou certaines fédérations professionnelles. Enfin, les deux jeunes femmes n’hésitent pas à animer des conférences ou ateliers de sensibilisation dans des salons ou auprès d’entreprises pour démocratiser le tourisme responsable. Leur message ? « Allons-y, mais allons-y mollow ! » 

elc
Emma-Louise Chaudron Rédactrice Web