« Nous souhaitons que les prochaines licornes soient des industriels et fassent partie du classement French Tech 120 »

Fondateurs des Accélérateurs Néo, programmes mis en place depuis novembre 2022, Guillaume Mortelier (Bpifrance) et Julien Masson (xMakers) ont l’ambition de révolutionner l’industrie française par l’innovation.

  • Temps de lecture: 2-3 min
La première promotion de l'Accélérateur Néo Pivot Industriel

D’un côté Guillaume Mortelier, directeur exécutif en charge de l’accompagnement chez Bpifrance. De l’autre Julien Masson, expert en stratégie digitale et fondateur de xMakers, une startup qui propose aux PME de dépoussiérer leur modèle d’affaires afin de les transformer en entreprises tech. Leurs volontés communes de rapprocher La French Fab et La French Tech ont donné naissance aux Accélérateurs Néo. Programmes d’accompagnement d’un nouveau genre, ils visent à transformer le paysage industriel français en le rendant plus innovant et compétitif. Ensemble ils reviennent sur leur volonté de réindustrialiser le pays par de la création de valeur.

Réindustrialiser par de l’innovation profonde

Dans le sillage de France 2030 et de son Plan Startups et PME Industrielles, les Accélérateurs Néo sont nés de la volonté de refonder le secteur industriel sur les dix prochaines années. Mais pas n’importe comment. « Notre conviction, c’est que cette réindustrialisation passera par une intégration d’innovations beaucoup plus profondes que ce qu’on a pu observer ces dernières années », affirme Guillaume Mortelier. Car l’innovation incrémentale, qui consiste à améliorer un produit ou un service sans altérer ses caractéristiques de base, n’est pas suffisante. Aujourd’hui, elle doit être technologique, d’usage ou de process. Julien Masson, patron de xMakers précise : « Nous devons réindustrialiser sur de la valeur ajoutée. Nous ne rapatrierons pas des pans entiers du secteur sur lesquels nous ne serons jamais compétitifs, je n’y crois pas. » La solution ? Marier la tech et la fab pour en tirer le meilleur des deux écosystèmes.  

Un mariage entre la tech et la fab

Pour industrialiser des entreprises de la tech et, à l’inverse, permettre à des PME industrielles d’adopter une philosophie startup, Bpifrance a lancé les Accélérateurs Néo Pivot Industriel et Néo Startups Industrielles. « L’idée est née d’une rencontre avec Julien Masson, qui a une capacité assez exceptionnelle à trouver la pépite au sein de la PME », confie Guillaume Mortelier. « Julien se rend dans l’entreprise en binôme avec un responsable en conseil interne et décortique toute la structure. Il identifie les projets potentiels et crée ensuite l’équipe pour sécuriser l’exécution. » L’enjeu est d’accompagner au mieux les PME dans des pivots d’innovation et de permettre aux startups de clarifier leur voie d’industrialisation. « L’important est de construire une vision avec le dirigeant de PME, une nouvelle ambition pour sa société. Pour devenir une entreprise de la tech, trois choses sont essentielles : changer de proposition de valeur, savoir comment attirer les talents et adopter une nouvelle méthode d’exécution », précise Julien Masson. Le but ultime n’étant pas d’améliorer l’existant mais bel et bien de créer un produit ou un service qui n’est pas encore sur le marché, en mariant le meilleur des deux écosystèmes. Le pari est ambitieux : créer l’industrie de demain.

Refaire de la France un pays industriel

Le projet est de créer les champions industriels de demain, « de mettre en place la nouvelle démographie industrielle de 2030 qui sera faite de startups et de PME, peu importe leurs origines », précise Guillaume Mortelier. En résumé, éviter le silotage et faire que l’ensemble appartienne à La French Fab, « l’étendard de l’industrie française en mouvement. »  
« À moyen terme, nous souhaitons que les prochaines licornes soient des industriels et fassent partie du classement French Tech 120 », ajoute Julien Masson. « En associant nouvelles technologies et industrie, on va alimenter des nouveaux relais de croissance et des opportunités de créer des chaînes de production en France. Il faut réussir à faire appel à de nouveaux savoirs faire, créer de la valeur et des nouveaux métiers. » Dans ce « combat » pour la réindustrialisation, Guillaume Mortelier et Julien Masson sont convaincus qu’un important renouvellement démographique des entreprises du secteur sera effectif dans les prochaines années. « Dans dix ans, l’industrie française sera composée de startups industrielles, qui aujourd’hui pour certaines, commencent déjà à créer leurs usines », ajoute le directeur exécutif en charge de l’accompagnement chez Bpifrance. La solidité, la créativité et l’ambition, une combinaison imparable pour refaire de la France un pays industriel.

 

Simon NAPIERALA

Simon Napierala

Redacteur web