Levées de fonds 2023 : mission réussie pour le New Space français

En 2023, des levées de fonds d'envergure dans le secteur du News Space promettent de propulser les startups hexagonales déjà loin dans les étoiles, vers de nouveaux horizons. De la sécurité spatiale, au transport de marchandises en passant par la mise en orbite des satellites, les pépites françaises brillent de plus en plus fort.

  • 15 décembre 2023
  • Temps de lecture: 2-3 min
levées de fonds New space 2023

Look Up Space, Exotrail, ou encore The Exploration Company, vont pouvoir muscler leurs projets et voir encore plus loin après avoir réussi d’importantes levées de fonds en 2023. Un tableau encourageant pour toutes les pépites du secteur, qui témoigne d'un engouement croissant des investisseurs pour les initiatives pionnières et durables conduites au sein de l’industrie spatiale français. Avec près de 180 millions d’euros d’investissement en 2022, l’année 2023 qui touche à sa fin, devrait être au moins aussi réussie. 

Look Up Space : 14 millions d’euros pour la sentinelle de l'espace 

Aujourd’hui, près de 36 000 débris de plus de 10 centimètres et un million de débris de plus d'un centimètre orbitent à 28.000 km/h autour de la Terre. Les risques de collisions, sont de ce fait, grandissants. Pour y remédier, Look Up Space s’est engagé en 2022 dans la sécurité spatiale et veut déployer sept radars spécialisés, capables de détecter en temps réel des objets en orbite de quelques centimètres. 

Après avoir obtenu près de 7 millions d’euros de financements publics dans le cadre de sa participation à France 2030 et du dispositif French Tech Sid, Look Up Space continue son épopée galactique et se rapproche de son objectif. En effet, en juin dernier, son fondateur Michel Friedling, annonçait avoir sécurisé 7 millions d’euros supplémentaires. Elle s’inscrit ainsi comme l’une des entreprises les plus prometteuses de l’industrie spatiale, dans un paysage pourtant très concurrentiel.  

Exotrail propulse la durabilité dans l’espace 

Spécialisée dans la mobilité dans l’espace, la startup française développe depuis 2015 des solutions de propulsion électrique dédiées aux petits satellites et contribue ainsi à réduire la pollution spatiale. Sa technologie novatrice sera notamment utilisée par la Nasa lors de sa mission Jet propulsion Laboratory en 2026.  

Sa volonté d’améliorer le déploiement des satellites et notamment des nano-satellites, de manière durable, intéresse de nombreux investisseurs. En 2023, la pépite toulousaine a notamment levé 54 millions d’euros, lui permettant de monter considérablement en puissance avec ses moteurs électriques à base de xénon et son bus spatial capable de transporter jusqu’à 400 kg de satellites. Des fonds financiers essentiels, donc, à la réalisation de ses nombreux projets en cours, comme son internationalisation et la mise en orbite de son premier « spacevan ». 

The Exploration Company, le premier transporteur spatial européen prend son envol 

La jeune pousse du New Space français, ambitionne de devenir le premier transporteur européen de l’espace et de concurrencer SpaceX et sa capsule Dragon. Un objectif qui lui a permis de séduire les investisseurs et de lever 40,5 millions d’euros en 2023. Un coup de maître nécessaire à la réalisation de son rêve de cargo spatial réutilisable, nommé « Nyx ».  

Un coup de pouce financier qui devrait également suffire au bon fonctionnement de la startup jusqu’au vol du lanceur européen Ariane 6, prévu en 2024. The Exploration Company aura pour rôle premier, lors de cette mission d’envergure, de ravitailler en nourritures, fournitures, etc. les astronautes, directement à la porte de leur station spatiale.  

Alors que 2023 s'achève sur des succès retentissants pour le New Space français, l'année à venir semble empreinte de promesses. Les 650 millions d'euros levés au cours de la dernière décennie témoignent d'une dynamique croissante, qui devrait se poursuivre en 2024. Les Assises du New Space en juillet prochain, permettront de confirmer la puissance du secteur et de ses pépites hexagonales.  

Gwendeline Jerad
Gwendeline JERAD Rédacteur web