Les startups qui déposent des brevets ont beaucoup plus de chances d’obtenir des financements

Une récente étude menée conjointement par deux organismes de l’Union Européenne met en lumière la forte corrélation entre le dépôt de brevets des startups européennes et les financements qu’elles réussissent à obtenir. 

  • Temps de lecture: 2 min
Les startups qui déposent des brevets ont beaucoup plus de chances d’obtenir des financements
© Retour vers le futur (Universal Pictures)

Détenir des brevets et/ou des marques, au cours de leur phase d'amorçage ou de croissance initiale, multiplie par dix les chances d’obtenir un financement pour les startups européennes. C’est l’une des conclusions rendues par l'Office Européen des Brevets (OEB) et l'Office de l'Union Européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) à l’occasion de la sortie d’une étude intitulée « Brevets, marques et financement des startups : financement et performances de sortie des startups européennes », parue le 17 octobre dernier. 

La French Tech championne des dépôts de brevets en Europe

Si, en moyenne, 29 % des startups européennes ont déposé une demande de brevets ou de marque déposée, ce sont bien les jeunes pousses françaises qui tirent leur épingle du jeu. La French Tech se positionne en effet sur la première marche en termes de dépôts de brevets et de marque sur la scène européenne. 42 % des startups tricolores ont déposé un dossier de propriété intellectuelle (DPI), afin de protéger des produits, des services ou un savoir-faire. Davantage qu’en Allemagne (40 %), en Autriche (40 %) en Italie (39 %) ou encore en Norvège (37 %). Seule la Finlande réussit à se placer au niveau de la French Tech. 

Le Plan Deeptech porte ses fruits

Pour revenir à l’Hexagone, le secteur des biotechnologies est en tête pour ce qui est du recours aux brevets et aux marques avec 74,5 % des startups en possédant. Par ailleurs, plus d’une jeune pousse tricolore sur deux (51 %) orientée développement durable ou présente dans le secteur de la santé détient un DPI. Les trois milliards d’euros du Plan Deeptech lancé par Bpifrance en 2019 dans le cadre de France 2030, pour faire de la France une deeptech nation d’ici à 2025, ne sont pas étrangers à ces bons résultats. 

Le lancement d’un Deep Tech Finder pour repérer les startups innovantes

L’Office Européen des Brevets (OEB) a également lancé un nouvel outil permettant aux investisseurs de détecter les startups européennes déposant des demandes de brevets. Nommé Deep Tech Finder, il est accessible gratuitement en ligne et permet de visualiser rapidement plus de 7 500 entreprises du secteur ayant le potentiel de commercialiser de nouvelles technologies à l’échelle européenne. António Campinos, président de l’OEB, ajoute qu’il est également utile aux investisseurs pour « identifier et évaluer les startups possédant des nouvelles technologies pionnières et prometteuses. » 
 
Retrouvez l’étude complète : « Brevets, marques et financement des startups : financement et performances de sortie des startups européennes »

Simon NAPIERALA

Simon Napierala

Redacteur web