Foodtech européenne : état des lieux en 3 chiffres

Selon le rapport annuel de DigitalFoodLab, l’écosystème européen de la foodtech est en plein boom. Portés par le marché de la livraison et l’innovation alimentaire, les investissements y ont triplé en 2021. Etat des lieux. 
 

  • 29 juin 2022
  • Temps de lecture: 2 min
foodtech en Europe

Nourrir en quantité et en qualité suffisante une population mondiale en constante augmentation. C’est parce qu’elles répondent à cette problématique majeure que les entreprises de la foodtech attirent de plus en plus les investisseurs.  « La foodtech regroupe l’ensemble des entrepreneurs et des startups du domaine alimentaire (de la production au consommateur final) qui innovent sur les produits, la distribution, le marché ou le modèle économique. », explique Digital FoodLab, un cabinet de conseil spécialisé dans l’accompagnement des entreprises innovantes de l’alimentation, dans son rapport annuel. On vous en dit plus sur l'essor de ce secteur en Europe. 

9,5 milliards d'euros investis en 2021

Avec 9,5 milliards d'euros injectés dans les startups européennes de la foodtech en 2021, soit trois fois plus qu’en 2020, l’Europe s’impose comme un poids lourd du secteur à l’échelle mondiale. « La part de l'Europe dans l'écosystème mondial de la foodtech est passée à 20 % (contre 12 % en 2021), un niveau qu'elle n'avait jamais atteint auparavant. », affirment les auteurs de l’étude.
Le nombre de levées de fonds y a augmenté à la fois en quantité et en taille : l'investissement médian a doublé pour atteindre 1,8 million d’euros. Et c’est le secteur de la livraison de courses et de repas qui a raflé la mise avec 67 % du montant total investi.  A contrario, les startups de la « foodscience », qui développent de nouveaux ingrédients ou nouveaux produits alimentaires, ont eu plus de difficultés à se financer l’année passée, principalement en raison des contraintes réglementaires. 

860 millions d'euros pour les startups françaises de la foodtech

En 3e position derrière l'Allemagne et le Royaume-Uni, la France a attiré 10 % des investissements dans la foodtech au niveau européen en 2021. Au total, 860 millions d'euros ont été investis dans des startups françaises du secteur selon DigitalFoodLab.  
Si Cajoo (40M€ levés) ou la Belle Vie (25M€) ont affichées de belles levées de fonds l’année passée, la disruption de la distribution alimentaire ne semble pas être un sujet majeur en France. Contrairement à ses voisins européens, celle-ci se tourne plutôt vers l’Agritech – les startups qui inventent l’agriculture du futur - et plus particulièrement vers la production d’insectes à destination de l’alimentation animale. D’ailleurs, les trois leaders européens du secteur, Ÿnsect, InnovaFeed et Micronutris, sont des entreprises hexagonales.  

13 licornes européennes 

Le rapport annuel de DigitalFoodLab recense pas moins de 3 540 startups foodtech sur le vieux continent. Depuis 2017, leur nombre augmente de 8 % par an. Autre signe de la bonne santé du secteur : 7 nouvelles startups ont été valorisées à plus d’un milliard d’euros en 2021, faisant passer le nombre de licornes foodtech de 6 à 13 en moins d’un an. Une hausse qui « montre la capacité de l’écosystème européen à faire émerger des champions de dimension internationale » selon les auteurs du rapport, qui identifient également 10 à 20 startups pouvant devenir des licornes d’ici deux ans, comme la pépite française Ÿnsect. 

Yossra Hammami
Yossra Hammami Rédactrice web