Décarboner l’aviation : les 5 acteurs et projets français qui dynamisent la filière des carburants durables

Solutions innovantes, projets collaboratifs, nouvelles unités de production… Des acteurs français s’engagent pour accélérer la production de carburants d'aviation durables. 

  • Temps de lecture: 2-3 min
Carburants alternatifs aviation
l'Airbus A321 neo a effectué avec succès des vols alimentés à 100% avec des biocarburants

Le secteur de l’aviation, par le biais de l’Association internationale du transport aérien (ATA), a mis le cap sur la neutralité carbone d’ici 2050. L’enjeu est de taille pour la filière, qui en 2021 représentait plus de 2 % des émissions mondiales de CO2, un chiffre en constante augmentation. Pour se décarboner, le transport aéronautique mise notamment sur le remplacement du kérosène, principal fautif, par des « carburants d'aviation durables » (Sustainable Aviation Fuels ou SAF). 

L’Union Européenne et le gouvernement français se sont accordés sur plusieurs plans d’action pour booster la production de ces alternatives vertes : en avril dernier, le Parlement et le Conseil européen sont parvenus à l’accord « Fit for 55 », qui fixe la part de biocarburants et carburants de synthèse dans l’aviation à 70% d’ici 2050. Pour sa part, le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le déblocage de quelque 8,5 milliards d’euros en vue de décarboner le secteur et soutenir la création d’une filière française de production et de distribution de carburants durables. 

Depuis plusieurs années déjà, des entreprises tricolores se mobilisent pour atteindre ces objectifs et apporter des solutions à un secteur en quête de décarbonation. Tour d’horizon des acteurs et projets français parés au décollage.

Produire 110 000 tonnes de carburants durables par an d’ici 2027 

Elyse Energy pour décarboner l’industrie lourde 

La PME française, spécialisée dans le captage des émissions de CO2 et protagoniste de la production de molécules bas-carbone, s’est engagée dans la production de carburants d’aviation durables afin d’accompagner industriels et compagnies aériennes dans leur transition énergétique. 

Elyse Energy s’est récemment associée à Khimod, une filiale d'ALCEN proposant des solutions industrielles de décarbonation. Ensemble, ils ambitionnent de transformer le CO2 résiduel en kérosène de synthèse – ce dernier entrant dans la catégorie des carburants durables pour l’aviation. L’entreprise pilote en parallèle le projet BioTJet pour mettre en place la première unité industrielle française de production de biokérosène à partir de biomasse (résidus de bois en fin de vie et sylviculture locale). L’objectif : produire 110 000 tonnes de carburants durables par an d’ici 2027. 

Global Bioenergies, la novatrice 

La startup française de biotechnologies est pionnière du procédé isobutène, qui transforme des ressources végétales (résidus de l’industrie betteravière et du bois) en une molécule du même nom, proche du pétrole et aux utilisations multiples – dont la fabrication de biocarburants. 

En mai dernier, Global Bioenergies annonçait la construction de deux usines, une à l’horizon 2026 et l’autre d’ici 2028, pour produire jusqu’à 30 000 tonnes d’isobutène par an. La startup a récemment obtenu la certification SAF de l’ASTM International : son biocarburant peut désormais être intégré « jusqu’à 50 % dans les avions de ligne existants en mélange avec du kérosène fossile. » 

Le projet Take Kair en faveur de l’hydrogène 

Soutenu par Air France KLM, le projet Take Kair, qui réunit EDF, Holcim, IFP Energies nouvelles (IFPEN) et Axens, a pour objectif de répondre aux besoins de la jeune filière française des carburants d’aviation durables synthétiques (e-SAF). 

Les partenaires ont annoncé vouloir investir près de 700 millions d’euros dans la création d’un pilote industriel dédié à la production d’hydrogène et de carburants synthétiques, en soutien au développement de la filière e-SAF française. Le lancement du projet est prévu pour 2026. 

VOLCAN, pour des vols au biocarburant 

Financé par Safran et Dassault, le projet VOLCAN (Vol avec Carburant Alternatif Nouveau) explore le vol aérien 100 % alimenté en biocarburant. En mars, le A321neo d'Airbus a effectué les premiers vols tests, avec succès. Deux autres modèles Airbus avaient déjà fait l’objet d’essais au biocarburant dans le cadre du projet, qui récupère les données des vols afin étudier l’impact environnemental et la compatibilité du carburant avec les équipements de l’avion.  

Le projet Reuze de captage de CO2 

Le groupe industriel énergétique Engie et son partenaire américain Infinium se sont associés à l’usine ArcelorMittal de Dunkerque pour créer Reuze, un projet de production de carburant de synthèse à destination du transport aérien et maritime. L’unité, dont la mise en service est prévue pour 2026, devrait recevoir 1,7 millions d’euros d’aides de l’Etat, ayant fait partie des lauréats de l’appel à projets France 2030 « développement d’une filière de production française de carburants aéronautiques durables ». 

La production, grâce notamment à l’expertise technologique d’Infinium, permettra de capter 300 000 tonnes de CO2 sur les sites d’ArcelorMittal et de les transformer en 100 000 tonnes de carburants de synthèse ou de e-kérosène. 

logo big média
Big média Rédacteur web