France 2030 « la fabrique à champions industriels », selon Bruno Bonnell

Secrétaire général pour l’investissement France 2030, Bruno Bonnell était invité sur la scène du Bang lors de la 8e édition de Big. L’occasion pour lui de revenir sur les enjeux de la métamorphose de la société française. 

  • Temps de lecture: 2 min
Bruno Bonnell lors de la 8e édition de Big

Comment la réindustrialisation est-elle devenue une priorité nationale ? Chargé par le gouvernement de piloter le plan France 2030, imaginé pour « répondre aux grands défis de notre temps » et « construire la France de demain », l’ancien député Bruno Bonnell était de passage lors de Big 8. Il en a profité pour nous détailler sa mission : « fabriquer les champions de demain. » 

Métamorphoser notre pays avec France 2030

La société est en pleine mutation et c’est pour y répondre efficacement que France 2030 a vu le jour en 2021. « L’idée de ce plan est d’aider, à travers les 54 milliards d’euros injectés dans toutes les innovations, à la réussite de la métamorphose de notre société. Lors de chaque transformation, l’État constitue un élément majeur pour atténuer les risques et associer l’audace des entrepreneurs à une transformation de notre pays », précise Bruno Bonnell. Derrière ce dispositif se trouvent des enjeux d’accélération, notamment la décarbonation, un sujet et un défi majeur à relever. « Pour réussir cette transition, il faut mettre beaucoup plus de moyens et d’énergie, à la fois économique et humaine. C’est pourquoi France 2030 rassemble une grande partie d’activités de formation. La formation aux nouveaux métiers et aux nouvelles compétences, car ce sont les femmes et les hommes qui accompagneront cette métamorphose », ajoute l’ancien député de la 6e circonscription du Rhône. 

Se réinventer avec la jeunesse au cœur du dispositif

La jeune génération constitue le moteur de l’industrie française. « On encourage les jeunes à croire en la science et au progrès comme solutions pour les défis du futur. Dans le même temps, on essaye de convaincre des personnes de se réinventer dans de nouveaux métiers, de participer à cette transition de métiers amenés à disparaître, vers des métiers émergent. La formation est clairement un des volets essentiels de France 2030 », explique Bruno Bonnell. Et puisque la métamorphose n’est pas possible sans humanité, sans réflexion sur les conséquences des investissements technologiques, « des changements sociaux, qui vont demander des médiateurs, de l’assistance, et donc de nouveaux métiers d’accompagnement de ces transitions vont voir le jour », ajoute le secrétaire général pour l’investissement France 2030.

« Donner une vraie chance aux territoires de pouvoir exprimer leurs innovations »

Si la transformation du pays peut générer de l’angoisse, « elle permet de réinventer les territoires », confie Bruno Bonnell. « On a beaucoup évoqué la concentration dans les métropoles, que les villes allaient de plus en plus se verticaliser, avec une qualité de vie difficile. Mais cette métamorphose induit une réinvention des territoires et notamment des villes intermédiaires et moyennes. C’est l’un des paris de France 2030. » Pour réussir ce défi, il convient de donner à la fois plus de moyens économiques et plus de moyens humains. « La formation est primordiale, il faut élever les compétences, mais aussi donner une vraie chance à tous les territoires de pouvoir exprimer leurs innovations. La dynamique est là. »
 
Finalement, la grande mission de France 2030 peut être résumée ainsi : « éveiller, élever, révéler le potentiel de notre pays à se métamorphoser », conclut Bruno Bonnell.

Simon NAPIERALA

Simon Napierala

Redacteur web