Renaissance industrielle : quelle image pour l’industrie dans la société française

Après un focus sur la réindustrialisation, la transformation et la modernisation de l’industrie, Big média se concentre sur la place du secteur dans la société française pour cette dernière étude issue du Baromètre Renaissance Industrielle. (Baromètre Renaissance Industrielle 3/3) 

  • 05 décembre 2023
  • Temps de lecture: 2 min
Prenez le bus - baromètre industrie
« Prenez le bus ! », un dispositif La French Fab visant à faire découvrir l’industrie aux jeunes générations

100 000 postes sont actuellement vacants dans l’industrie, d’après une étude de La Fabrique de l’Industrie datant de 2023. Face à ce besoin urgent de recrutement, il faut attirer, former et retenir les salariés qualifiés afin de garantir la vitalité du secteur français et de renforcer sa compétitivité. Depuis 2015, le recrutement dans l’industrie se fait difficile. Les dirigeants d’entreprise étaient en effet 26 % à déclarer rencontrer des difficultés à recruter contre 64 % en 2023. 

Graphique difficultés de recrutement

Proportion des chefs d'entreprises déclarant rencontrer des difficultés de recrutement

Pourtant, le secteur représente un potentiel considérable d’emplois puisque seuls 50 % des besoins actuels sont satisfaits.  

Comment l’industrie peut-elle mieux répondre aux attentes des jeunes générations ? 

Bien que l’industrie incarne l’innovation technologique, la durabilité et la création d’emplois, certains stéréotypes persistent et influencent la perception des jeunes générations, qui se dirigent vers d’autres métiers. Si l’on compare le secteur de l’artisanat, les résultats sont sans appel : huit jeunes sur dix ayant été formés dans cette voie y ont été embauchés. Dans l’industrie, seulement un jeune sur deux ayant suivi une formation industrielle décide d’y faire carrière.  

Pourtant, en 2022, les chiffres sont positifs. 72 % des lycéens issus d’un parcours scientifique ont une bonne image du secteur industriel. 88 % de ces mêmes élèves sont convaincus que les entreprises du secteur contribuent à l’innovation et 95 000 jeunes rejoignent les bancs de l’apprentissage dans l’industrie. Alors, pour continuer de mobiliser ces jeunes, il est crucial de répondre à la demande croissante en nouvelles formations dans les secteurs stratégiques tels que le numérique, la cybersécurité ou la transition énergétique. 

Neuf Français sur dix sont convaincus de l’importance de l’industrie pour l’économie des territoires 

Dans cet objectif, 180 nouvelles formations industrielles ont été créées d’après la Direction Générale des Entreprises (DGE). Le écoles de production ont d’ailleurs plus que doublé en cinq ans, passant de 25 en 2018 à 56 en 2023. Leur principal objectif est de combler la pénurie de techniciens qualifiés à travers une approche novatrice : acquérir un savoir-faire tout en réalisant des projets pour satisfaire la demande des clients. D’un autre côté, le programme Volontariat territorial en entreprise (VTE) a permis à plus de 500 jeunes diplômés de combiner expérience professionnelle et engagement citoyen en travaillant au sein de PME et ETI françaises.  

Malgré le défi d’attirer les jeunes diplômés dans le secteur, l’industrie profite d’une bonne image au sein du grand public. Elle a historiquement façonné les verticales emblématiques, de l’automobile à l’aéronautique en passant par la mode et la gastronomie. D’une part, persiste un attachement à l’héritage industriel, source de fierté nationale. D’autre part, émergent des interrogations sur la capacité de l’industrie à s’adapter et à répondre aux enjeux du XXIe siècle. Neuf Français sur dix sont pour autant convaincus de l’importance de l’industrie pour l’économie des territoires et 89 % d’entre eux sont attachés à l’industrie française, reflet d’un sentiment de fierté, d’engagement et de valorisation du secteur.  

Lire aussi

Ce que nous apprend le Baromètre Renaissance Industrielle sur la réindustrialisation de la France

Julie Lepretre
Julie Lepretre Rédactrice web