OBM Construction décarbone le secteur du BTP en s'appuyant sur la filière bois

OBM Construction est une entreprise générale de construction en bois, industrialisée et modulaire. Depuis mai 2020, elle s’est engagée à décarboner son activité en revalorisant notamment ses chutes de bois. Tristan Lheure, directeur général d’OBM Construction, revient sur l’évolution et l’adaptation de l’entreprise dans cette nouvelle démarche.  

  • 06 juillet 2023
  • Temps de lecture: 2-3 min
OBM Construction

« A l’origine nous étions un constructeur métal mais il y a une quinzaine d’années mon père a racheté deux sociétés spécialisées dans le bois. Ça a lancé notre histoire. » Si Tristan Lheure, actuel directeur général d’OBM Construction, ne faisait pas encore partie de l’aventure, il n’était question que de quelques années avant de la rejoindre. Après des études de finance, le jeune homme réalise par la suite sa première expérience dans le secteur pendant deux ans.  

Il rejoint ensuite OBM Construction pour travailler sur les mines de nickel, en Nouvelle-Calédonie pendant trois ans, avant de quitter l’entreprise familiale. « J’enchaine avec plus de deux ans de commerce dans une agence à Avignon puis dans l’immobilier à Paris deux ans. Mais avec la crise du Covid l’entreprise commençait à battre de l’aile donc j’ai fini par revenir chez OBM. » A ce moment-là, le père et l’oncle de Tristan Lheure, tous les deux septuagénaires, lui proposent un schéma de reprise. « J’ai négocié pendant une petite année l’ouverture du capital avec le fonds bois de Bpifrance ainsi que celui du fonds développement durable du Crédit Agricole en plus de sa caisse locale. » Quelques mois après leur arrivée au sein du capital, Tristan Lheure est élu directeur général d’OBM Construction.  

Revoir son business plan pour y inclure une démarche environnementale 

Depuis le retour du directeur général, l’entreprise a décidé d’entamer une démarche environnementale. « A l’époque nous n’avions pas de réelle prise de conscience sur les effets bénéfiques pour l’environnement de travailler uniquement avec du bois, explique l’entrepreneur. Aujourd’hui nous essayons de nous appuyer là-dessus et former tous nos collaborateurs à la fresque de la construction. » En plus de ses chantiers, OBM Construction utilise également le réemploi. Ce dernier concerne toute opération par laquelle des substances, matières ou produits qui ne sont pas des déchets sont utilisés de nouveau pour un usage identique à celui pour lequel ils avaient été conçus. C’est notamment via cette méthode que l’entreprise a construit son nouveau siège social à Chevilly dans le Loiret.  

Mais qui dit nouvelle démarche environnementale, dit nouveau fonctionnement pour la société. Afin de prendre conscience de l’importance de ses activités, le directeur général a d’abord réalisé un bilan carbone de l’entreprise. « Nous en avons tiré un plan d’action et mis en place une charte RSE afin de conforter ces engagements. » Et si les matériaux bio sourcés ont pu s’intégrer naturellement dans le déroulé des chantiers, de même que le réemploi commence à faire partie des appels d’offres, d’autres matériaux comme l’acier sont plus compliqués à transformer.  « Pour ce qui est de la charpente métallique, nous essayons de travailler sur le volet pour y mettre de l’acier recyclé et éventuellement la transformer en bois lorsque c’est pertinent, afin de limiter l’impact carbone », détaille Tristan Lheure.  En plus de tout cela, l’entreprise innove avec une charte d’achat responsable dans le but d’ajouter un critère environnemental dans leurs appels d’offres. Grâce à cette dernière, le constructeur peut choisir ses partenaires, sous-traitants et fournisseurs en ayant bien pris en compte ce volet environnemental et bas carbone. 

Se conformer à la législation grâce à l'effort collectif 

Bien que l’entreprise œuvre pour la décarbonation de ses activités, il est nécessaire d’impliquer les collaborateurs dans cette démarche. Si certains semblent être réticents, la plupart souhaitent aussi appartenir à ce changement. « Il y a toujours des réfractaires mais nous arrivons à embarquer la majorité des collaborateurs, poursuit le dirigeant. Surtout auprès des personnes que l’on recrute. Dès les entretiens nous parlons de notre volonté de livrer des produits à moindre coût carbone. Il est important que nos recrues soient des personnes qui adhèrent à ces valeurs. » Une nécessité pour la société, d’autant plus qu’à l’heure actuelle le marché du BTP compte seulement 10 % de ses constructions totalement en bois, selon Tristan Lheure.  

Un chiffre loin de l’objectif fixé par le Grenelle de l’environnement, comme le rappelle l’entrepreneur, qui vise à limiter l’impact carbone. « L’enjeu est de réussir à passer à 30 % voire à 50 % dans les 15 ou 20 prochaines années. Le secteur représente aujourd’hui environ un quart des émissions de co2 en France mais la filière est en train de s’organiser afin d’atteindre ses objectifs. » Pour y parvenir, OBM Construction ambitionne de réaliser une croissance externe au cours de l’année afin de se développer d’un point de vue géographique mais également sur de nouveaux marchés sectoriels.

Emmanuel Lanoe
Emmanuel Lanoe Rédacteur Web