Véhicules volants : le futur de la mobilité urbaine ?

Voitures volantes et drones taxis, en France, le secteur des mobilités urbaines aéronautiques est en pleine évolution. Soutenus par un plan de près de 2,1 milliards d’euros, les véhicules avant-gardistes à la Retour vers le futur ne devraient plus rester de la fiction très longtemps.

  • 10 janvier 2024
  • Temps de lecture: 2-3 min
Retour vers le futur
DR // AMBLIN/UNIVERSAL/KOBAL/AFP

Depuis quelques années déjà, les nouveaux enjeux écologiques et les avancées technologiques guident notre industrie vers la création de véhicules moins énergivores, plus respectueux de la planète, mais aussi plus adaptés à nos modes de vie et à la densité urbaine actuelle et à venir.  

C’est d’ailleurs tout l’objet du plan d’investissement dévoilé par le gouvernement sur la période de 2024 à 2030. 300 millions d’euros par an seront alloués à la décarbonation de l’aviation. Une enveloppe épaissie par des investissements privés, visant à permettre le développement de nouvelles technologies et des véhicules plus verts.  

Un coup de pouce de premier ordre pour les entreprises françaises du secteur qui rivalisent de créativité en la matière et proposent de plus en plus de projets futuristes allant vers une mobilité urbaine nouvelle.  

Les VTOL ou véhicules à décollage et atterrissage vertical : de la marche avant à la marche en l’air 

Si l’aviation « verte » et le développement d’avions moins polluants sont définitivement des points importants en termes de mobilité urbaine, notamment en matière de transport de sang, d’aide médicale d’urgence, de surveillance et de sécurité, d’autres véhicules et technologies sont aussi sur la rampe. Ce sontles VTOL ou Vertical Take-off and Landing – en français ADAV ou aéronef à décollage et atterrissage vertical - et EVTOL dans leur version à propulsion électrique.  

Jusque-là, nous étions habitués à voir décoller des avions, après avoir enclenché une marche avant. Bientôt, c’est de haut en bas et de bas en haut que tout se déroulera. En effet, les VTOL et EVTOL sont en passe de transformer le ciel de nos agglomérations.  

Des entreprises comme Ascendance Flight Technologies travaillent déjà sur le sujet. La startup française a pour objectif de proposer des véhicules plus propres, à émissions carbones réduites, prêts à être mis en circulation d’ici 2027. Elle développe des aéronefs, ou plus simplement des véhicules aériens, tels que l’Atea. Un engin résolument moderne, décollant et atterrissant verticalement, destiné au marché du transport de voyageurs, d’aide médicale d’urgence et de sécurité. Un projet en bonne voie, supporté par une levée de fonds de près de 21 millions d’euros en 2023 et plus de 500 intentions d’achats enregistrés pour son EVTOL. 

Des drones qui se transforment en taxis

Tout aussi attrayant, le secteur des drones de passagers connaît lui aussi un élan particulier. Différent d’un avion, principalement parce qu’il ne comporte pas de pilote, il est conçu pour avoir un mode de fonctionnement autonome ou télécommandé à distance. Une praticité qui attire les entrepreneurs et les différents acteurs du secteur des mobilités urbaines. Le drone de passagers, c’est un VTOL ou même un EVTOL, il décolle et atterri verticalement. Il prend donc moins de place qu’un avion classique qui nécessite une infrastructure particulière : une piste de décollage et d’atterrissage.  

La jeune entreprise française CAPS a bien compris les différents avantages qui incombent à ce type de véhicules et compte bien pousser leur utilisation dans le futur pour l’adapter aux transports de passagers. Un projet qui a pour ambition de transformer les services de taxis jusque-là uniquement terrestres, en démocratisant d’ici 2032 des véhicules capables de réaliser des courtes distances urbaines, de manière écologique, tout en désengorgeant nos routes.  

Bientôt au volant d’une DeLorean ? 

Finalement, on se rapproche doucement mais sûrement des voitures volantes avec le futur engin volant de CAPS. Et ce rêve digne des plus grands films de science-fiction sera peut-être atteint grâce à des projets comme celui de BLR Aviation, une entreprise française établie dans le Vaucluse, qui ambitionne de transformer nos petites citadines en DeLorean de Marty McFly dans Retour vers le futur. 

En 2023, ses fondateurs cherchaient encore à convaincre des investisseurs de rejoindre le projet. En effet, si BLR Aviation est convaincue de la viabilité de ses véhicules du futur, la construction de prototypes est coûteuse et néanmoins nécessaire à la poursuite du programme. La startup Flycopter Project ambitionne elle aussi de commercialiser sa voiture volante. Créée en 2023, la jeune pousse aspire à commercialiser ses premiers appareils dès 2025.  

Reste à voir si la législation et la réglementation nécessaire au développement et la mise en service de ces nouveaux véhicules du futur pourront suivre la cadence soutenue des ambitions sans limites des inventeurs français. 

Gwendeline Jerad
Gwendeline JERAD Rédacteur web