Grâce au No-Code, plus besoin de coder pour lancer votre activité

Créer un site web ou une application mobile sans écrire une seule ligne de code ? Le « no-code » rend accessible ce que seuls les développeurs étaient capables de créer il y a quelques années.  

  • 25 janvier 2022
  • Temps de lecture: 2 min
no code

Selon une étude de Gartner, le marché mondial des technologies de no-code a connu une croissance de près de 23 % en 2021. La quantité de nouveaux projets nécessitant des logiciels et applications met au défi tous les entrepreneurs. Comment concrétiser rapidement une idée lorsque l’on ne dispose ni du budget ni des connaissances nécessaires en programmation ?

Fini les lignes de code

Le no-code, ou low-code, regroupe les outils techniques qui permettent de créer des applications, des sites web et d’automatiser des processus spécifiques à une structure sans avoir besoin de coder. Pour Milan Boisgard, fondateur de Uncode School, première école des professionnels du no-code, « c’est un outil formidable pour accélérer la transformation digitale des entreprises ».

Au lieu d’utiliser des langages de programmation classiques, les dispositifs de no-code s’appuient sur des langages de programmation visuels. Il vous suffit d’assembler des « blocs de codes », codés au préalable par des programmeurs, et disponibles directement sous une forme graphique et opérationnelle. Glisser des images et du texte, automatiser… Désormais, vous avez simplement besoin d’une interface visuelle pour créer.

Une promesse de performance à moindre coût

« Le no-code est avant tout une promesse pour les entreprises », souligne Milan Boisgard. Il permet de gagner en flexibilité et en agilité. Plus besoin de faire appel à un développeur, il est à présent possible de créer et de modifier rapidement représentent une aide précieuse afin de tester rapidement une idée et d’accélérer sa transformation digitale.

Réaliser soi-même des applications métier rend la technique plus accessible et plus agile. On assiste ainsi, grâce au no-code, à une explosion d'idées émanant de toutes sortes de personnes. Ainsi, dans le secteur de la tech encore très masculin, avec seulement 27 % des postes occupés par des femmes, « le no-code va permettre de retrouver un peu plus de parité, et c'est un sujet qui me tient à cœur », affirme Milan Boisgard.

De nombreux outils

En moyenne, un outil no-code sort chaque jour. Il s’avère donc très difficile de distinguer les bons des mauvais outils. Voici trois exemples de dispositifs de no-code, conseillés par Milan Boisgard, parmi les plus prometteurs :  

  • Bubble, qui a levé 100 millions de dollars cet été, est un outil consacré à la création d’applications complexes. Cependant, il nécessite une formation pour une bonne compréhension technique. 
  • Webflow a levé 200 millions de dollars en novembre dernier. Cet outil se démarque par des propositions de design très travaillées afin de créer des sites internet de qualité. 
  • Integer Math offre la possibilité d’automatiser des tâches complexes à réaliser manuellement. En plus de gagner du temps, les entreprises qui utilisent cet outil no-code vont gagner en agilité et en process. 

Pour en savoir plus, vous pouvez regarder la masterclass Bpifrance réalisée par Milan Boisgard :

Tess Della Torre
Tess Della Torre Rédactrice web