Le staycation, une solution pour redynamiser le tourisme de proximité

En 2017, Mathieu Dugast, Kevin Hutchings et Mathieu Ecollan imaginent une nouvelle manière de partir en vacances “à côté de chez soi et pour 24h”. Avec Staycation, ils ont l’ambition de redynamiser le secteur hôtelier dans les grandes villes françaises et bientôt à l’international. Mathieu Dugast nous explique l’envers du décor.  

  • 16 mars 2022
  • Temps de lecture: 2 min
staycation

Contraction des mots anglais “stay” (rester) et “vacation” (vacances), le « staycation » désigne un concept venu droit des Etats-Unis. Une toute nouvelle manière de voyager qui consiste à partir en week-end dans sa propre ville et qui va de pair avec l’accélération de nos modes de vie urbains et l’attention croissante portée au respect de notre planète. En France, la start-up éponyme développe le tourisme de proximité dans le secteur hôtelier. En proposant chaque semaine des expériences de 24 heures dans des hôtels de luxe à proximité, les trois fondateurs de Staycation souhaitent créer des moments de respiration dans le quotidien des citadins.

Une nouvelle clientèle plus jeune et plus locale pour l’hôtellerie 

Dans un hôtel, une chambre sur quatre reste vacante à l’année, soit 25 % de sa capacité. Partie de ce constat, Staycation permet d’améliorer le taux d'occupation d’établissements qui ont souffert, entre autres, de la crise sanitaire. « Le dimanche soir, la nuit de croisement entre les touristes et les voyageurs d’affaires, les hôtels sont quasiment vides, explique Mathieu Dugast. On ne travaille que sur les chambres vacantes des 7 jours à venir, on est donc persuadé que ce n’est ni un touriste ni un voyageur d’affaires qui viendra, mais un local ».  

Alors qu’un hôtel 4 étoiles possède une clientèle de 55 ans en moyenne, Staycation redynamise ce secteur en l’ouvrant à une clientèle plus jeune - 30 ans en moyenne - et plus locale. 90 % de cette clientèle vit à moins d’une heure des établissements. Le concept, initialement parisien, proposé par les trois associés s’étend progressivement aux autres grandes villes françaises comme Nantes, Bordeaux et Marseille. Trois ans et demi après sa création, la start-up est devenue une plateforme de référence avec plus de 700 hôtels partenaires en France et bientôt à Londres. 

D’une simple newsletter à une application qui fait voyager   

« Au départ, nous n’avions ni le temps ni les moyens de créer un site, nous avons donc développé une newsletter en une semaine pour concrétiser cette idée le plus vite possible », raconte le co-fondateur. A ce moment-là, les clients appelaient directement le numéro personnel d’un des trois fondateurs pour réserver. « Cela nous a permis de parler avec 400 clients les premières semaines et de mieux comprendre leurs besoins. Une fois qu’on a compris qu’on tenait un nouveau marché, on a quitté nos emplois et créé Staycation, le site et maintenant l’application », ajoute Mathieu Dugast. Aujourd’hui encore, la stratégie de la start-up reste centrée sur l’utilisateur et les équipes échangent quotidiennement avec les clients.

Staycation met un point d’honneur à sélectionner des établissements à haut niveau de service pour garantir une expérience « hors du commun ». Mais surtout, elle travaille avec des hôtels « forces de proposition, prêts à réinventer leur métier pour coconstruire les expériences avec nous », explique le cofondateur. Ils peuvent par exemple proposer la privatisation de la piscine, faire venir un prof de yoga ou même entièrement redécorer un établissement avec un thème donné. « On cherche aussi à réintégrer l’hôtel dans sa vie de quartier en créant des partenariats avec le cinéma ou le musée du coin », ajoute Mathieu Dugast. 

Tess Della Torre
Tess Della Torre Rédactrice web