L’urbanisme transitoire, une alternative aux bâtiments inexploités

Les grandes métropoles sont remplies de bâtiments et de lieux inexploités. Le groupe Novaxia, entreprise d’investissement dans le recyclage urbain, utilise ces immeubles vacants pour créer des lieux d’innovation et à impact mis à disposition gratuitement avant de les recycler.

  • 08 juillet 2022
  • Temps de lecture: 2-3 min
urbanisme novaxia
Saint-Ouen - ancien musée Pierre Cardin, Quai 36, Morpho

4 millions de mètres carrés. C’est la surface de bureaux vides et inexploités en Île-de-France. Face à ce constat, Novaxia a développé une méthode d’urbanisme transitoire il y a 6 ans. Il s’agit de projets urbains comme des lieux culturels, associatifs ou innovants, qui ont une durée déterminée et se développent au sein d'espaces vacants. « Nous nous battons pour que les bâtiments vides deviennent l’exception et l’occupation temporaire de ces lieux vacants la norme », affirme Vincent Aurez, directeur de l’innovation, du développement durable et de la communication de Novaxia. 

Ce groupe d’investissement immobilier est la première entreprise à mission dans le secteur. Sa mission ? Réaliser du recyclage urbain, reconstruire la ville sur elle-même pour limiter l’expansion urbaine. Novaxia Investissement achète via ses fonds des bâtiments vides, qui ont besoin d’être recyclés, pour en faire des logements ou des lieux dédiés à l’innovation. « Entre la date d’achat et le début des travaux il y a en moyenne douze mois de vide, c’est là qu’intervient l’urbanisme transitoire. C’est une étape du recyclage urbain », explique le directeur de l’innovation. 

Une opportunité pour les acteurs innovants et à impact  

Cette méthode d’urbanisme transitoire permet à des entrepreneurs ou des associations de se lancer sans payer de loyers - en moyenne 40% de charge d’une structure à son lancement - et de faire leurs preuves. Aujourd’hui, Novaxia compte 13 lieux à travers la France et en ouvre en moyenne un nouveau par mois. Ces sites peuvent être de natures très différentes : d’anciens bureaux vides, des parkings, une clinique désaffectée, etc. « Tous ne se prêtent pas aux mêmes d’activités. Un bureau vide peut servir d’hébergement d’urgence ou de local pour des startups alors qu’un parking sera plus adapté à des activités humanitaires ou culturelles », précise Vincent Aurez. 

Les équipes de Novaxia mettent un point d’honneur à sélectionner des projets innovants et à impact qui correspondent au lieu disponible. Ils sont choisis au sein de la communauté ROC (réseaux d’occupants temporaires) créée par Novaxia et constituée d’acteurs qui cherchent des lieux pour se lancer. Par exemple, à Colombes dans les Hauts-de-Seine, d’anciens bureaux accueillent des entrepreneurs, le Secours Populaire Français qui y développe de nouvelles activités ainsi qu’une coopérative d’artistes. En parallèle, le groupe d’investissement est partenaire de nombreuses initiatives, sociétaire de la coopérative Plateau Urbain, partenaire du Labo de l’ESS, qui les accompagnent pour trouver des occupants. La ville de Paris a même rédigé une charte de l’urbanisme transitoire en juin 2021 dont Novaxia est un des premiers signataires. Celle-ci vise à accompagner le développement de projets d'urbanisme temporaires et de tiers lieux sur le territoire parisien et métropolitain.  

1 milliard d’euros investis pour les sciences de la vie 

Après la période consacrée à l’urbanisme transitoire, les travaux démarrent pour transformer les bâtiments de Novaxia. « On les recycle soit en logement, soit en site d’activités dédiées à l’innovation dans le domaine des sciences de la vie », explique Vincent Aurez. En mai 2022, le groupe a notamment signé un partenariat avec l’investisseur immobilier canadien Oxford Properties pour créer des lieux dédiés à l’innovation dans les sciences de la vie en France. Ils prévoient d’investir 1 milliard d’euros pour développer des laboratoires, des centres de recherche, des incubateurs, des accélérateurs ou des usines de production pour le compte d’entreprises de biotechnologie. 

Ce partenariat permettra d’offrir les infrastructures de haute technologie dont le secteur a besoin pour son développement. Il accompagne également les ambitions gouvernementales de faire de la France la première nation européenne innovante dans le secteur de l’innovation biotech et medtech. Ces lieux seront majoritairement destinés à la recherche pour le développement de vaccins et de médicaments. Pour Joachim Azan, président et fondateur du groupe : « Novaxia s’ouvre aux partenariats et innove encore en ajoutant une corde supplémentaire à l’arc du recyclage urbain. Après le logement, Novaxia va recycler des bâtiments obsolètes en lieux d’innovations dans les sciences de la vie. L’immobilier sera ainsi le point de départ de l’innovation scientifique pour que la France garde ses meilleurs chercheurs, ses meilleures entreprises et renforce sa souveraineté scientifique ». 

Tess Della Torre
Tess Della Torre Rédactrice web