Espot, le premier lieu de gaming et d'esport en plein cœur de Paris

L’Espot, un espace consacré aux jeux vidéo, a ouvert ses portes il y a moins d’un an en plein cœur de Paris. Des célébrités aux familles en passant par les entreprises, ce lieu attire différents publics et connaît un véritable succès. Reportage. 

  • 20 avril 2022
  • Temps de lecture: 5 min
espot

Aux pieds du Louvre, des familles font la queue pour entrer, non pas dans le musée le plus visité au monde, mais dans l’Espot, le premier lieu de gaming et d’esport en plein cœur de Paris. Ouvert en juin 2021, rue de Rivoli, cet espace de 2 000m2, voit s’affronter autour du jeu vidéo, des familles, des gamers, des célébrités comme le joueur de foot, Kylian Mbappé, ou le pilote de Formule 1, Esteban Ocon, mais aussi des entreprises. « Avec Robin Leproux, nous avons imaginé un lieu de divertissement ouvert au grand public, à la fois BtoC et BtoB, avec des ordinateurs PC gaming, des consoles, des simulateurs de Formule 1 et une arène pour y organiser des compétitions », affirme Aaron Buckstein, cofondateur de l’Espot. « C’est ce qui nous distingue des cybercafés traditionnels », ajoute-t-il.

Des jeux vidéo et des offres pour tous

15h. Au sous-sol, les gladiateurs entrent dans l’arène. Armés de leur souris et de leur clavier, ces combattants des temps modernes s’affrontent sur Rocket League, un des jeux emblématiques de la scène esport mondiale. « C’est la deuxième édition d’un tournoi que nous avons lancé en janvier dernier. Ce n’est pas une compétition officielle, mais les joueurs professionnels sont au rendez-vous », affirme Aaron Buckstein. En témoignent les nombreux participants arborant fièrement le maillot de leur écurie. Face à un public de 150 personnes venues exprès pour assister au tournoi, et plus de 3 000 « viewers » qui suivent l’événement en direct sur Twitch, les « gamers » s’affrontent sous les commentaires de deux animateurs, membres de Rocket baguette, leaders de la diffusion francophone et d'organisation de compétitions européennes. « Avoir des partenaires très connus et légitimes dans la discipline, comme Rocket baguette nous permet de nous intégrer un peu plus dans l’écosystème du gaming ».

Au premier étage, au-dessus de l’arène, c’est une ambiance plus familiale qui règne. Des parents et leurs enfants profitent des PS5 et des Nintendo Switch en libre accès. « En se promenant dans Paris, on a décidé de faire une escale ici », témoigne Philippe, accompagné de sa femme et de ses deux enfants. L’enseigne propose différents packs permettant d’accéder aux espaces de jeux. A l’heure, à la journée, avec ou sans boisson, avec une session de simulation de Formule 1 ou juste sur console ou PC, « nos offres sont variées et accessibles à tous les publics », assure Aaron Buckstein.

L’Espot propose notamment une offre événementielle avec des espaces dédiés au deuxième étage et dans l’arène. Pour les particuliers, « on organise beaucoup d’anniversaires, mais aussi de plus en plus d’enterrements de vie de garçon ». Mais aussi pour les entreprises : « Nous avons récemment reçu le lancement mondial de la collaboration entre Lacoste et Minecraft ». Des enseignes éloignées de l’écosystème du gaming y organisent aussi des événements : « Une marque de vêtement a monté un défilé dans l’arène », se souvient le cofondateur.

« En moins d’un an, nous avons dépassé nos objectifs de 25 à 30 % »

Ouvert depuis juin 2021, l’Espot n’a pas encore soufflé sa première bougie. Pourtant le lieu a déjà trouvé ses publics. « En moins d’un an, nous avons dépassé nos objectifs de 25 à 30 % », indique Aaron Buckstein, qui précise que l’enseigne a dépassé le million d’euros de chiffre d'affaires. Si l’entreprise connaît déjà une belle croissance, elle a encore une marge de manœuvre. « Nous avons ouvert dans une période de crise sanitaire, où les restrictions viennent tout juste d’être levées. Il faudra attendre les chiffres de la seconde partie de l’année pour avoir une vision de notre plein potentiel ».

Lors de son ouverture, l’Espot Paris a pu bénéficier de la force de frappe de ses cinq partenaires (Intel, Logitech, Playstation, Renault Alpine et Redbull) pour se faire connaître. « On a pu profiter de leurs canaux de communication et d’événements qu’ils organisent chez nous, avec des personnes influentes qui relaient leur présence sur leurs réseaux sociaux ». En contrepartie, ces marques profitent d’une plus grande visibilité aux yeux d’un public plus large.

En 2021, près de 73 % des Français (soit environ 38 millions de personnes) ont joué, au moins occasionnellement, aux jeux vidéo, révèle le syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (SELL). Et si la majorité des « gamers » ont de quoi jouer chez eux, l’Espot souhaite les attirer pour vivre une expérience différente. « C’est comme manger au restaurant ou se faire livrer chez soi. Le plat est le même mais l’expérience est différente », compare Aaron Buckstein. Prochainement, l’entreprise compte ouvrir d’autres salles en France et en Europe afin de toucher une audience encore plus large et « implanter la marque Espot comme une référence dans le milieu du gaming et du esport ».