Tandem : les vélos électriques qui font bouger vos salariés

Démocratiser le vélo de fonction en proposant aux entreprises et à leurs salariés une offre de location de vélos électriques : voici la mission de Tandem. Big média a rencontré Nicolas Delcourt, cofondateur de la startup.  

  • Temps de lecture: 5 min
Tandem

Si la voiture de fonction a longtemps eu le vent en poupe, c’est désormais le vélo qui prend de plus en plus de place dans le quotidien des Français. Environnement, temps passé sur la route … Les raisons expliquant cette appétence sont multiples. Pour répondre à la demande, des startups se sont développées et mettent à disposition des entreprises et de leurs employés des vélos de fonction. Cofondée par Nicolas Delcourt, titulaire d’un master à l’ESCE et Arthur de Jerphanion, diplômé de l’école supérieure des Sciences commerciales d'Angers en 2020, Tandem propose une offre de location longue durée de vélo électriques, avec un accompagnement inédit dans le secteur : mise à disposition, entretien, etc. Rencontre avec Nicolas Delcourt.  

Transport durable : une solution complète et vertueuse pour l’environnement 

Big média : Comment avez-vous eu l’idée de fonder Tandem ? 

Nicolas Delcourt : En parlant avec Arthur, avec qui j’ai cofondé Tandem ! 8 millions de Français utilisent leur voiture au quotidien alors qu’ils habitent à moins de 10 kilomètres de leur lieu de travail et 30 % des émissions de CO2 au global sont générées par le secteur des transports. Plus de la moitié de ce chiffre provient du véhicule personnel. L’impact de la mobilité des courts trajets du quotidien est immense et on peut tous y contribuer de manière vertueuse en abandonnant notre voiture au profil du vélo. 

De mon côté, j’allais déjà au travail à deux roues mais ne bénéficiais à l’époque pas de remboursement ou de prise en charge de la part de mon ancien employeur. En faisant ce double constat, on s’est dit qu’il fallait trouver une alternative de mobilité durable à la voiture qui soit simple, efficace, économique et vertueuse pour l’environnement. On a tout simplement pensé à proposer des vélos de fonction.  

BM : Que propose Tandem à ses clients ? 

ND : On offre de la location longue durée de vélos tout compris, de la mise à disposition au pied de l’entreprise à la maintenance, en passant par la gestion du contrat d’assurance. C’est un contrat de location en BtoB que nous gérons principalement en direct avec les ressources humaines, le département RSE ou même la direction générale. L’entreprise paie généralement la majorité du loyer et ce qui reste est à charge des salariés de la structure à hauteur de 20, 30 euros par mois. C’est véritablement notre approche clé en mains qui nous démarque de nos concurrents. Nous mettons à disposition notre propre catalogue complet avec des vélos pliants, des vélos urbains, cargos ou familiaux qu’on achète auprès de fabricants français.  

BM : Comment avez-vous séduit les entreprises ?  

ND : Nos interlocuteurs directs sont en effet les entreprises et leurs directions en charge de la mobilité. Néanmoins, nous avons à cœur de mettre en place une communication BtoC car ce sont les particuliers qui sont prescripteurs et peuvent soumettre l’idée à leur direction. C’est la raison pour laquelle nous enrichissons régulièrement nos réseaux sociaux et adoptons un ton plus léger.  

Aujourd’hui, Tandem dispose d’un peu plus de 120 clients partout en France. Plus de 60 % de nos vélos sont d’ailleurs hors région parisienne. Le taux de satisfaction, et on est heureux de le crier haut et fort, est le plus haut du secteur avec une note de 4,9/5 sur Google. De plus, 80 % de nos clients ont effectué de nouvelles commandes sur 2023.  

Passer de 15 000 vélos de fonction à 1 million, l’objectif de Tandem 

BM : Vous êtes en train de lever des fonds, à quoi serviront-ils ? 

ND : Nous sommes aujourd’hui dix collaborateurs. Grâce à la levée de fonds que nous sommes en train de réaliser et qui se clôturera fin juin, nous espérons réaliser de nouveaux recrutements et développer la dimension digitale de notre offre. Nous souhaitons proposer un outil encore plus performant, avec un parcours client plus fluide. Enfin, je souhaite que l’entreprise investisse dans l’acquisition marketing pour grossir plus rapidement dans les années qui arrivent. L’objectif de notre tour de table est d’un million d’euros.  

BM : Les Jeux Olympiques ont-ils joué un rôle sur les commandes que vous avez reçues ? 

ND : En effet, les Français sont inquiets de l’affluence qu’il y aura dans les transports de la capitale notamment à l’occasion des Jeux Olympiques de Paris 2024. Le vélo se révèle être une alternative pertinente à la voiture et au métro. Nous avons eu beaucoup de demandes à l’occasion des JO d’entreprises qui souhaitent tester notre concept sur une courte période. Cependant, on a bon espoir qu’elles vont démarrer par un test mais souhaiteront ensuite proposer du plus long terme à leurs salariés.  

BM : Envisagez-vous de vous exporter à l’international ? 

ND : On aimerait se concentrer dans un premier temps sur le marché français qui a un gros potentiel. Le marché allemand est notre ligne de mire. Il y a 1 million et demi de vélos de fonctions en Allemagne, versus seulement 15 000 en France. Notre pays dispose d’un potentiel de croissance énorme sur lequel on va se concentrer dans un premier temps. Nous n’excluons cependant pas la possibilité d’aller à l’international si on en a l’opportunité. 

Julie Lepretre

Julie Lepretre

Rédactrice web