Cannes côté business : les coulisses de l’industrie du cinéma

Le Festival de Cannes, c’est du cinéma, mais aussi du business. Big média vous dévoile les coulisses de l’industrie du cinéma. 

  • Temps de lecture: 5 min
Le Marché du Film, lieu incontournable pour les professionnels de l’industrie du cinéma.
Le Marché du Film, lieu incontournable pour les professionnels de l’industrie du cinéma.

Clap de fin d’un admirable Festival de Cannes. Cette édition 2024 a notamment récompensé « Anora » de Sean Baker, le casting féminin d’« Emilia Perez » de Jacques Audiard, l’acteur Jesse Plemons pour « Kinds of Kindness » de Yorgos Lanthimos, ou encore Mohammad Rasoulof pour « Les Graines du figuier sauvage ». Deux semaines de cinéma, de stars sur le tapis rouge, mais aussi deux semaines décisives côté business, pour bien des entrepreneurs.  

Loin des paillettes et des écrans – sauf sur le compte Instagram de Big média où elles ont toute leur place -, et pourtant omniprésentes au célèbre festival de cinéma. Comme chaque année les entreprises des industries culturelles et créatives font du Palais des Festivals et ses alentours leur terrain de jeu pour concrétiser leurs projets, booster leur activité, accroître leur notoriété, faire des rencontres déterminantes ou présenter de nouveaux produits. Il y a bien sûr l’industrie du luxe, qui rayonne via les nombreuses égéries lors des montées des marches, symbole de glamour. Il y a aussi des marques, Nespresso, Air France, TikTok ou Magnum, qui investissent les célèbres plages de la Croisette par des pop-up stores rivalisant de créativité. Il y a encore des réseaux business, qui profitent de l’effervescence de Cannes à cette période de l’année pour provoquer des synergies. Sans oublier les entrepreneurs qui souhaitent apporter leur expérience et leurs solutions à une industrie du cinéma qui prend conscience de l’importance de changer de modèle et de se réinventer… Big média était sur place pour constater cette folle énergie. 

 

Booster son business à Cannes avec l’aide des réseaux professionnels 

A Cannes, cinéastes, journalistes, acteurs, producteurs, touristes et curieux se rencontrent facilement, et les deux semaines passent vite au milieu de cette diversité de profils. Comment savoir où se rendre pour faire du business, être sûr de faire les bonnes rencontres et éviter de perdre un temps précieux ? Anna Pouzergues, SVP Strategic Partner chez French Founders, a sûrement la réponse. Ce réseau business international et francophone partenaire de la French Touch, créé par Benoît Buridant et Vincent Deruelle en 2014, a organisé au cœur du festival une rencontre privilégiée entre professionnels du secteur du cinéma et du business, qui n’auraient probablement pas eu l’occasion de se connaître autrement, avec pour objectif de générer des opportunités pour chaque partie. Ces entrepreneurs, venus aussi prendre le pouls de ce que seront les industries culturelles et créatives de demain, ont également pu assister à une conférence sur le cinéma et l’audiovisuel en 2040, portant notamment sur l’immersif et l’innovation technologique. 

Un exemple de rendez-vous cannois utile, prospectiviste, et revendiqué comme telle par Anna Pouzergues, pour qui Cannes est le lieu idéal pour faire du business dans l’industrie du cinéma. « Je crois beaucoup aux rendez-vous informels et c’est ce que nous faisons ici. Nous créons des moments bienveillants, comme il y en a de plus en plus à Cannes, à l’origine de discussions qui n’auraient pas eu lieu autrement. C’est lors de ces moments que se créent les plus grandes synergies de l’industrie du cinéma. Cannes rassemble les plus grands talents du monde entier. Pour rencontrer, et faire du business avec ces talents-là, c’est lieu idéal », confie-t-elle.  

 

Conférence sur le cinéma et l'audiovisuel en 2040 organisée par French Founders
Conférence sur le cinéma et l'audiovisuel en 2040 organisée par le réseau business French Founders avec Ardavan Safaee (président Pathé Films), Sarah Lelouch (fondatrice & CEO techCannes) et Nicolas Parpex (pilote du plan French Touch), animée par Alexia Borg (présentatrice) 

 

Innover dans le cinéma à Cannes au Marché du film 

Si à Cannes, les rendez-vous professionnels ont lieu partout en ville et notamment dans les restaurants, hôtels et plages le long de la Croisette, il est un autre lieu où le business est incontournable. Direction le Marché du Film ! Nous sommes à deux pas du tapis rouge du Palais des Festivals, et pourtant c’est une tout autre ambiance que celle des photographes qui nous attend dans l’antre des professionnels de l’industrie du cinéma. Un environnement pensé pour favoriser l’émulation entre professionnels, où se rejoignent chaque année plus de 1400 personnes pour présenter et découvrir des films, pour certains assister à diverses conférences sur les évolutions économiques, technologiques et créatives du secteur, pour d’autres présenter leurs innovations avec la volonté de révolutionner le cinéma, ou au moins apporter sa pierre à des changements dans le secteur.  

C’est dans cette fourmilière d’entrepreneurs passionnés du 7ème art que Big média a rencontré Charles Gachet-Dieuzeide, co-fondateur et président de Flying Secoya, société d’accompagnement des gros acteurs du secteur de l’audiovisuel et du cinéma dans leur transition environnementale et sociale à l’aide d’outil digitaux, de consulting, de formation. Pour le chef d’entreprise, le Marché du film est un passage obligatoire depuis 6 ans. Sur son stand au sein du pavillon CONNECT (collectif de startups technologiques partenaire de la French Touch), il peut prendre part au festival physiquement, échanger avec ses clients sur ces sujets de décarbonation de l’industrie du cinéma qui, selon ses mots, sont plus que d’actualité. « Au Marché du Film, on est vraiment entre professionnels du secteur et on rencontre tous type de profils, producteurs, distributeurs, financiers. C’est véritablement un Cannes dans un Cannes. Après le Festival, il faut garder le contact sur le temps long, mais c’est ici qu’une bonne partie des choses se passe », nous dévoile-t-il, démontrant qu’entre deux projections, les entrepreneurs ont bien toute leur place. 

Jean baptiste Ganga

Jean Baptiste GANGA

Rédacteur web