Aurélie Clemente-Ruiz, la première femme à la direction du musée de l’Homme

« On m’a dit », le nouveau podcast lancé par Big média, met en lumière trois parcours féminins inspirants à travers des récits qui déconstruisent tous préjugés. Dans ce premier épisode, Aurélie Clémente-Ruiz, directrice du musée de l’Homme, nous partage son expérience sur la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. 

  • Temps de lecture: 2-3 min
Aurélie Clemente-Ruiz, la première femme à la direction du musée de l’Homme

Encore aujourd’hui, il n’est pas rare que les femmes soient sujettes à des préjugés de genre lors de leur ascension professionnelle. Dans un rapport de 2023, l'OCDE, l'Organisation de coopération et de développement économiques, rapporte qu'en moyenne, seulement 12% des postes de PDG dans les grandes entreprises sont occupés par des femmes dans les pays membres. Cette proportion est encore plus faible dans certains États.  

« On m’a dit que ma vie familiale n’était pas compatible avec un poste à responsabilité » 

C’est le titre du premier épisode du podcast « On m’a dit ». Malheureusement, c’est aussi ce qu’on a dit à Aurélie Clémente-Ruiz lorsqu’elle a pris ses fonctions de directrice du musée de l’Homme. Si le débat autour de la place de la femme dans des postes à haute responsabilité ne date pas d’hier, il n’en demeure pas moins surprenant.  

Comment allier son rôle de mère à celui de directrice ? Une carrière pourrait-elle mettre son couple en péril ? Remplir son rôle de mère en restant fidèle à ses ambitions professionnelles, est-ce possible ? Si une femme ne se pose pas toutes ces questions seule, on le fera pour elle. C’est ce que souligne l’interviewée. « On essentialise énormément les femmes. En tant qu’épouse ou en tant que mère... Je suis plein d'autres choses en fait, et j'ai beaucoup de mal à être enfermée dans une case. » 

« Je trouve que c'est un danger aujourd'hui pour les femmes de toujours leur rappeler ça... on n'a pas besoin de nous le dire »

Dans sa réponse, Aurélie Clémente-Ruiz maintient qu’un poste à haute responsabilité est tout à fait conciliable avec une vie de famille. Elle en est bien la preuve. Elle affirme « ma vie personnelle n'est pas un obstacle à mon évolution professionnelle.» Remettre la question de la vie de famille sur le tapis à chaque fois qu’une femme est concernée ne rend service à personne. Au contraire « c'est un danger aujourd'hui pour la femme de toujours lui rappeler sa condition de femme... on n'a pas besoin de nous le dire » c’est contre-productif. Pour la directrice du musée, il s’agit de trouver un bon équilibre, pour cela elle salue l'importance du soutien conjugal.  

Mais les femmes ne sont même plus les seules à souffrir de certaines de ces injonctions. En effet, les mœurs évoluant, les hommes peuvent eux aussi en être victimes, prouvant d’autant plus, le chemin qu’il reste à faire. « J'ai un ami qui a décidé de mettre sa carrière entre parenthèses pour suivre sa femme qui avait un gros poste. Personne n’a compris pourquoi il faisait ça. Tout quitter et partir à l’étranger s’occuper des enfants. Si on inverse les rôles, combien de femmes suivent leur mari et leurs nouvelles opportunités professionnelles ? Ça paraît normal, ça ne pose pas autant de questions », illustre la directrice.  

« On vit toutes la même chose... C'est aujourd'hui un moyen de se rendre compte que finalement, ce que moi je vis au quotidien, beaucoup d'autres le vivent aussi. »

Si c’est une femme qui a prononcé ces fameux mots de mise en garde à Aurélie Clemente-Ruiz, celle-ci maintient l’importance de la sororité. Les retours d'expériences professionnelles entre femmes, qu’elle mentionne dans le podcast, soulignent la force de la solidarité et du mentorat féminin dans la promotion de la diversité et de l'inclusion dans les postes de direction. « On vit toutes la même chose... C'est aujourd'hui un moyen de se rendre compte que finalement, ce que moi je vis au quotidien, beaucoup d'autres le vivent aussi », explique-t-elle.  

L’échange se conclut sur une belle touche d’optimisme. Pour une femme, diriger le musée de l'Homme, un musée qui parle d'humanité et qui la repositionne dans son environnement et dans sa société est un “défi considérable” nous dit-elle. Appuyant davantage l’idée que toutes les vies d’une femme peuvent être vécues en simultané.    

 

Sofia Ben Dhaya

Sofia Ben Dhaya

Rédactrice web