Economie de la mer

  • Temps de lecture: 2 min

Unseenlabs, la deeptech qui préserve les océans depuis l'espace

Clément Galic, cofondateur et CEO d’Unseenlabs, revient sur l’histoire de la deeptech rennaise, devenue leader européen dans la géolocalisation des navires en mer par satellites. 

unseenlabs

Des entrepreneurs bretons à la conquête de l’espace. Il y a sept ans, le rennais Clément Galic conçoit et développe aux côtés de ses frères, Jonathan et Benjamin, « une technologie radicalement nouvelle qui permet de localiser l’ensemble des bateaux en mers, particulièrement ceux qui ne veulent pas être vus », résume-t-il sur la scène du Bang de la 7e édition de Big. L’objectif : fournir à ses clients (Etats, assureurs, armateurs ou ONG) une cartographie réaliste et exhaustive des activités humaines sur les zones maritimes qui les intéressent. « Ça nous permet de lutter contre la pollution, la pêche illégale et plus généralement, protéger les zones, les biens ou les personnes dans les océans. Tout ça dans le but d’augmenter la viabilité de nos eaux ». 

Une Spacetech made in Breizh 

En 2015, les trois frères évoluent pourtant dans des secteurs bien éloignés de celui du newspace. « Un jour, on s’est réuni autour d’une table, on a mis nos pensées en commun et on est rapidement arrivé à la conclusion qu’on pouvait, voire même qu’on devait, tenter cette aventure spatiale pour apporter notre vision et prouver qu’on pouvait changer les choses ». Deux démissions plus tard, Clément et Jonathan (les deux ingénieurs) se lancent dans l’aventure, épaulés par Benjamin, avocat en droit des affaires. Et si à première vue le lien entre espace et océan ne semble pas couler de source, il est pourtant ancestral, comme le rappelle le CEO d’Unseenlabs. « L’espace a toujours été au cœur de la marine puisque Égyptiens comme Vikings naviguaient grâce aux étoiles ». 

A une époque où l’écosystème du newspace n’en était encore qu’à ses balbutiements et où bon nombre d’acteurs du spatial considéraient les nanosatellites comme des jouets, les trois Bretons démontrent qu’il est possible de créer un service commercial fiable et capable de de rendre un vrai service au secteur maritime. « Pour faire très simple, on ne pouvait pas faire comme les autres, donc on a fait différemment ». Sans grandes équipes, ni même beaucoup d’argent, Unseenlabs devient rapidement le leader européen du traitement du signal radiofréquence grâce à sa constellation de satellites. 
En quatre ans, l’entreprise passe de la page blanche à leur premier satellite. 18 mois plus tard, elle envoie deux nouveaux satellites en orbite. Aujourd’hui aux commandes d’une flotte de cinq nanosatellites, l’entreprise a récemment fait appel à l’entreprise américaine SpaceX pour envoyer son « petit dernier » dans l’espace. Un partenariat qui s’inscrit dans le plan d’Unseenlabs qui espère envoyer 20 à 25 satellites en orbite d’ici 2025.  

mélanie

Mélanie Bruxer

Rédactrice web