Recrutement : 3 critères pour booster l’attractivité de votre entre entreprise en 2023 

Alors que le marché du travail demeure particulièrement tendu en début d'année 2023, l’Ifop a récemment publié une étude d’opinion sur les priorités des salariés français. Retrouvez nos conseils pour améliorer votre stratégie marque employeur.  

  • Temps de lecture: 2 min
 Murex - première entreprise française du classement “prix du Choix des Employés 2023” proposé par Glassdoor
Murex - première entreprise française du classement “prix du Choix des Employés 2023” proposé par Glassdoor. dr/ Murex

Améliorer sa marque employeur représente un enjeu majeur à l’heure où le nombre de chercheurs d’emploi se fait de plus en plus rare. Si le terme fait référence à l’image qu’une société renvoie en interne ou externe, la marque employeur est de plus en plus appréhendée comme un levier permettant d’attirer les talents, en cernant au mieux ce qui compte pour eux.  

Conditions salariales, avantages ou encore primes, engagements sociétaux et environnementaux, ou encore politiques de télétravail… Comment savoir, parmi toutes ces propositions, lesquelles intéressent le plus les salariés ? Une épineuse question quand on sait que seulement 7%du panel interrogé estiment voir leur motivation au travail augmentée (chiffre en baisse de 2 points depuis 2021), et que 60% d’entre eux ont un désir de mobilité d'ici les deux prochaines années. En se basant sur l’étude « La marque employeur, les leviers d’attractivité et de rétention des salariés » publiée par l’Ifop, Big média revient sur les 3 critères qui comptent le plus pour les employés.  

12% des managers de proximité regardent en priorité la flexibilité horaire  

1. Le salaire, le facteur le plus déterminant dans une stratégie de marque employeur 

Travailler pour vivre ou vivre pour travailler ? L’étude tranche : le travail demeure un moyen de gagner de l’argent (pour 41% des salariés), avant d’être un vecteur d’épanouissement ou une façon de trouver sa place dans la société (pour 32 et 24% du panel). Sans surprise, la rémunération globale est donc le premier critère d'attractivité lors d'une recherche d'emploi. D’ailleurs, d’après le panel interrogé par l’Ifop, la quête d’un salaire plus élevé est aussi la première cause de démission. 

2. L’ambiance est le premier critère des salariés en TPE  

Les salariés des TPE pensent à 20% que l’ambiance est le critère déterminant dans le choix du futur employeur, stipule l’Ifop. Et ils ne sont pas seuls. Même son de cloche dans le commerce à 20% et dans le BTP à hauteur de 16%. En plus de favoriser le recrutement des nouvelles têtes au sein de son entreprise, une ambiance joviale s’avère aussi être une excellente méthode pour conserver ses équipes dans le temps, comme le souligne l’étude. C’est, d’ailleurs, chez les jeunes (18 à 24 ans) que cet aspect semble prédominer dans leur choix de rester dans la même structure.  

3. L’autonomie dans les horaires de travail, un critère primordial pour les managers  

Loin d’être anecdotique, la politique concernant la répartition du temps de travail est même, selon l’étude, le premier critère qui pousserait des salariés ayant une longue ancienneté à changer d’emploi. Notons d’ailleurs que la liberté horaire, semble aussi primordiale pour les managers de proximité qui sont 12% à placer ce facteur comme étant le plus important à leurs yeux.  

Si les trois piliers cités précédemment importent à tous les salariés, reste que les priorités évoluent en fonction de l’âge et des catégories professionnelles des publics visés. À ce titre, le dialogue avec les équipes demeure la meilleure façon, devant toutes statistiques de cerner au mieux leurs priorités.  

Martin Ferron

Martin Ferron

Rédacteur Web