Management : 4 leçons à tirer des films de Louis de Funès

À l’occasion de la sortie de son ouvrage « Le management selon Louis de Funès », paru aux éditions L’opportun, Benoit Aubert revient sur quatre leçons de management illustrées dans son manuscrit.  

  • Temps de lecture: 2 min
Image de Louis de Funès

Le Gendarme de Saint-Tropez, Fantomas, Le grand restaurant… Au fil de sa carrière, Louis de Funès a souvent incarné le rôle d’un donneur d’ordre. Pour Benoît Aubert, directeur académique de l’Africa Business School, il est même une illustration idéale pour parfaire son management. Dans un ouvrage léger, à destination du grand public, l’universitaire s’amuse à exploiter la pitrerie de ces classiques de la comédie française pour mettre en avant quelques grands principes managériaux.  

“On voit de nombreux comportements de fuite exacerbés par un management trop autoritaire” 

1. Endosser ses nouvelles fonctions de manager. 

 « Alors on copine avec les supérieurs ? On se tape sur le ventre ? On se prend pour des guérilléros ? », s’esclaffe Cruchot lorsqu’il rencontre ses subordonnés pour la première fois (séquence du film Le gendarme de Saint-Tropez). « Un extrait qui soulève la question de la prise de fonction, analyse Benoit Aubert, qui spécifie, l’enjeu est de taille puisque les premiers instants d’un manager vont déterminer l’ensemble de la relation qu’il entretiendra avec ses équipes. » 

2. Établir un diagnostic d’organisation.

« Il n’est pas là le patron ? Ah, vous devez être content ! », demande le fourbe Monsieur Septime dans Le Grand Restaurant. « Dans cette scène, on voit monsieur Septime, qu’incarne Louis de Funès, s’interroger sur la qualité de service de son équipe lorsqu’il est absent », explique l’auteur pour qui la situation est intéressante. En effet, dans le film, monsieur Septime se déguise pour garder son équipe à l’œil : ce qu’on appelle de l’observation participante. Cependant, ce dernier influence le comportement de ses salariés. Bref, il observe certes ce qu’il attendait, mais il s’agit d’une observation biaisée.  

A lire aussi : Holacratie : avantages et limites d’un management horizontal

 3. Détecter les comportements de fuite. 

« Mon opinion ? Oh, la même que la vôtre, monsieur le directeur général », répond Paul Martin, soucieux de ne pas froisser Norbert Charolais, son supérieur (extrait du film Carambolages). « La scène pose la question de la responsabilisation des cadres autour du directeur », explique Benoit Aubert qui précise : « On voit de nombreux comportements de fuite dans cette séquence qui sont exacerbés par le management autoritaire du héros. » 

4. Faire preuve de leadership.

« Il faut réviser vos méthodes ! », s’esclaffe le commissaire Juve qui essaye, dans cette séquence teintée de leadership, de remotiver ses troupes dans le deuxième opus de Fantomas. L’auteur souligne que dans cette séquence, malgré un ton un peu autoritaire, très caractéristique du jeu de de Funès, certains messages sont intéressants : « Quand il dit : “c’est fini les périodes des petits hold-up et des gorilles de papa.”, il veut dire qu’il faut savoir s’adapter, se remettre en cause, pour le dire différemment. » 

 

 

Martin Ferron

Martin Ferron

Rédacteur Web