Comment créer son entreprise quand on est encore étudiant  ?

Près d’un jeune sur deux souhaite créer son entreprise, selon un sondage d’OpinionWay. Le statut d’étudiant-entrepreneur offre des avantages pour mener à bien cette double vie. 

  • 19 janvier 2023
  • Temps de lecture: 2 min
entrepreneur étudiant

« Evidemment, ça fait peur de se lancer, mais ces craintes sont plutôt saines », affirme Robin Maquet, cofondateur de l’entreprise Bysco, à l'origine d'un procédé de transformation du byssus (un ensemble de fibres sécrétées par certains mollusques qui leur permet d'adhérer au substrat) de moule en fibres textiles pour accélérer la transition environnementale des matériaux. Alors qu’il est étudiant en ingénierie et en apprentissage au sein d’une écurie de bateaux de course, il décide d’entreprendre. Accompagné par le Moovjee (le Mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs) il développe son projet pendant ses études. Robin Maquet et Bertrand Pouget, directeur des programmes du Moovjee détaillent cette double vie d’étudiant-entrepreneur.

Être accompagné dans son projet de création d’entreprise

Pour mener à bien ses études et son projet professionnel, Robin Maquet a obtenu le statut d’étudiant-entrepreneur. Ce dispositif s’adresse à tout bachelier, étudiant ou jeune diplômé, qui souhaite lancer sa société. L’apprenti entrepreneur bénéficie alors de mesures spécifiques, comme un aménagement de son emploi du temps et l’obligation de s’inscrire au diplôme d’établissement étudiant-entrepreneur (D2E). « J’étais prêt à abandonner mes études pour me lancer à 100 % dans mon projet, mais c’est important de réussir à lier les deux, même si on a l’impression d’avancer moins vite », assure Robin Maquet.

Ce dernier a aussi pu compter sur le soutien du Moovjee, un réseau d’accompagnement pour les jeunes entrepreneurs. « On les guide grâce au mentorat. Un entrepreneur expérimenté encadre le mentoré dans son développement et lui partage son expérience », indique Bertrand Pouget. « Avec mon mentor, on parle de tout, aussi bien du pro que du perso et comment réussir à concilier les deux », poursuit Robin Maquet. Ce suivi personnalisé lui a également permis de gagner en légitimité lorsqu’il allait négocier des contrats avec de potentiels clients. « Enclencher des démarches commerciales n’est pas chose évidente quand on est jeune et que c’est la première fois. » En parallèle, le Moovjee permet aux étudiants-entrepreneurs d’être épaulés par des experts pour répondre à des problématiques précises, comme la gestion comptable par exemple.

Grâce à cet accompagnement, l’entrepreneur et étudiant a remporté le grand prix Moovjee 2022 et une dotation de 10 000 euros. « Cela m’a vraiment aidé à développer mon entreprise, surtout quand on est étudiant et qu’on n’a pas de fonds propres ». Cette récompense a également permis à Robin Maquet de convaincre plus facilement les banques de soutenir son projet. « Elles vont plus facilement prêter à des entrepreneurs qui sont accompagnés », précise Bertrand Pouget. Aujourd’hui diplômé, le chef d’entreprise a de grandes ambitions. À horizon 2024, Bysco a prévu de produire 35 000 m² de matériaux textiles commercialisés auprès des industriels dans toute l’Europe et comptera huit collaborateurs basés dans l’usine de production de Nantes. « Aujourd’hui, ma grande question est de savoir si nous allons réussir à atteindre le million d’euros de chiffre d’affaires », conclut Robin Maquet.