C'est quoi le growth marketing ?

Aujourd'hui, Big média décrypte pour vous un mot, un concept de l’écosystème entrepreneurial. Définition de ce qu’est le growth marketing. 

  • 21 mars 2023
  • Temps de lecture: 2 min
Growth Marketing Palmashow

Inbound marketing, marketing opérationnel, growth hacking ou encore marketing digital. Vous avez sûrement déjà rencontré ces termes sur une fiche de poste ou dans les intitulés professionnels de votre « réseau » LinkedIn. Parmi eux se trouve le désormais fameux : growth marketing, littéralement le marketing de croissance, principalement utilisé par les startups.  

Pour en comprendre les rouages, nous avons rencontré Guillaume Landegren, growth marketer chez Lokki. Créée en 2019, cette jeune pousse accompagne déjà 800 professionnels de la location dans la gestion de leurs équipements. Pour la deuxième fois consécutive, elle a achevé une levée de fonds de 4 millions d’euros fin 2022. Focus sur une stratégie marketing 360° qui a fait ses preuves. 

 

Pourquoi faire du growth marketing ?

L’objectif du growth marketing est de générer de la croissance, soit via l’acquisition de nouveaux clients, soit via l’usage pérenne des produits ou services de l’entreprise. A la différence du marketing dit “classique”, le growth se situe sur toutes les étapes du funnel d’acquisition, aussi connu sous le nom de framework AAARR : Acquisition, Activation, Rétention, Recommandation et Revenu. « C’est une boucle vertueuse en quelques sortes : dès que ton client est satisfait, il devient ton ambassadeur et en parle autour de lui. In fine ça revient au début, à savoir faire connaître le produit ou le service », explique Guillaume Landegren. 

 

Framework AARRR

Pour se positionner sur chaque étape de ce cycle et générer des prospects, que l’on nomme “leads” dans le milieu, le growth marketer teste et implémente sans cesse de nouvelles méthodes. « On parle de process, que l’on met en place sur du moyen voire long terme. On va essayer un maximum de choses, les mesurer et voir si un test est concluant ou non. S’il l’est, on va pouvoir itérer et développer cette méthode pour l’appliquer sur un petit échantillon », poursuit le jeune homme.  

De la création de contenus instructifs pour l’entreprise – livres blancs, articles en ligne, newsletters – au monitoring des stratégies Google ou Facebook Ads, en passant par l’analyse constante de données et résultats aux tests, les journées sont bien rythmées pour les spécialistes du growth marketing. Leur rôle est essentiel auprès des commerciaux : « C’est important de travailler en transverse. On tente de générer des leads pertinents grâce à la qualité de notre contenu, et on automatise certaines tâches rébarbatives pour eux, comme les relances clients, que l’on va préalablement "scorer" (donner un score au prospect selon son intention d’achat, ndlr) grâce à notre expertise sur la data collectée », conclut le startupper.

elc
Emma-Louise Chaudron Rédactrice Web