4 conseils d’investisseurs pour réussir sa levée de fonds

Réaliser une levée de fonds quand on est une jeune pousse n’est pas toujours simple. Voici quatre conseils d’experts de Bpifrance pour vous y aider.

  • 30 août 2022
  • Temps de lecture: 2-3 min
Levée de fonds
©DR

362, c’est le nombre de levées de fonds françaises réalisées entre janvier et juin 2022. Mais un tour de table peut être une opération délicate pour une startup si celle-ci ne dispose pas des clés pour bien se préparer. Charlotte Corbaz et Bruno Villeneuve, respectivement directrice et directeur d’investissement pour le fonds Large Venture et Digital Venture chez Bpifrance, livrent quatre conseils pour bien se préparer et réussir sa levée de fonds.

 

1. Bien préparer ses documents avant de rencontrer des investisseurs

Une levée de fonds exige une grande préparation pour une startup et nécessite d’avoir une idée claire des projets qui seront financés grâce au tour de table. « Je pense que la clé pour embarquer des investisseurs, c’est de coucher sur papier sa vision à long terme », explique Bruno Villeneuve. Dans un second temps, il faut préparer un bon pitch deck (document d’information visant à présenter le projet et l’entreprise) en s’entourant de personnes qui auront une vision d’ensemble du projet. « Un bon deck, c’est une plus grande chance de réussir un tour de table », garantit le directeur d’investissement du fonds Digital Venture. Enfin, il faut un bon business plan qui rassurera les investisseurs. « Il faut que celui-ci soit cohérent avec le besoin exprimé et qu’il soit bien expliqué », détaille Charlotte Corbaz, directrice d’investissement du fonds Large Venture.  

2. Accepter que ce soit une opération qui puisse prendre du temps

Les jeunes pousses françaises qui souhaitant lever des fonds doivent être préparées car un premier tour de table peut prendre plusieurs mois. « Pour une série A, (la différence entre les lettres des séries correspond aux phases des différentes levées des entreprises, NDLR) il faut compter entre trois et six mois en tenant compte de la préparation », explique Bruno Villeneuve. Pour une série C, D ou E, la directrice d’investissement du fonds Large Venture note que « il faut également savoir être patient, et la durée de la phase de levée de fonds peut être très variable, entre plusieurs semaines et plusieurs mois », précise Charlotte Corbaz.

3. Choisir vers qui se tourner en amont

Pour gagner du temps dans la préparation d’une levée de fonds il est important de savoir vers qui se tourner. « Chez Bpifrance, tout est segmenté en fonction de la taille de la levée de fonds souhaitée. Pour les tours de table de moins d’un million d’euros, le fonds  d’amorçage peut intervenir. Pour des opérations plus importantes (séries A et certaines séries B) il y a le fonds Digital Venture, puis pour les levées ultérieures le fonds Large Venture, dédié aux sociétés Tech en hyper-croissance ayant des besoins de financement importants. Ensuite il y a des fonds par thématique comme le fonds d’Avenir Automobile ou Patrimoine et Création », explique Charlotte Corbaz. Bruno Villeneuve rappelle quant à lui qu'il est important de ne pas se focaliser uniquement sur les fonds d'investissement, mais de se rapprocher aussi de business Angels qui, même s’ils n’apporteront pas autant de capital, pourront s'avérer être une très bonne alternative  en apportant leurs réseaux et leurs expertises. 

4. Penser tout de suite à la prochaine levée de fonds

Enfin, les deux directeurs d’investissement ont pour habitude de donner le même conseil aux entreprises après leur levée de fonds : il faut rapidement penser à la suivante. Lorsque l’entreprise prépare son tour de table, le dirigeant doit se projeter sur 18 à 25 mois avec les fonds qui seront débloqués. « Lorsqu’on prépare un deck, l’entreprise ne doit pas le faire que pour une seule levée, il faut viser sur 5 ans et que ça puisse prendre en compte les investisseurs du premier tour de table comme ceux des prochains. Il faut avoir une vision à long-terme », conclut Bruno Villeneuve.