3 infos que vous ne connaissez peut-être pas sur les startups françaises

Ces dernières années, les startups ont pris une place prépondérante dans l’actualité économique mais également dans les emplois des Français. Un rapport de l’Insee publié en décembre dernier met à l’honneur ces jeunes pousses. 3 points à retenir de cette étude.

  • 10 janvier 2022
  • Temps de lecture: 2 min
Station F
Station F - Plus grand incubateur du monde ©PatrickTourneboeuf

Plus nombreuses, plus dynamiques mais encore trop masculines. C’est la première fois que l’Insee se penche sur l’écosystème des startups. Pour l’Institut, le concept de startup recouvre plusieurs aspects. Le terme peut renvoyer aux entreprises de moins de 8 ans en phase de démarrage, à forte croissance de chiffre d’affaires ou de capital, aux entreprises innovantes, ou aux quatre caractéristiques en même temps. Dans cette étude sur les dynamiques de l’emploi dans les jeunes entreprises, certaines informations ont retenu notre attention.

1 - Plus d'un million de startups  

L’Insee dénombre plus d’un million de startups en France. Il s’agit pour 95 % d’entre elles de TPE de moins de trois ans. La majorité de ces startups sont des entreprises innovantes qui bénéficient d’une aide à la recherche et au développement ou à l’innovation. Aussi, parmi toutes ces jeunes entreprises, près d’une sur cinq exerce dans les secteurs scientifiques et techniques et une sur trois se développe dans le commerce, l’hébergement et le transport.

2 - Les startups emploient plus que les entreprises classiques

Les jeunes pousses créent en moyenne plus d’emplois que les entreprises classiques. Elles comptent plus de 1,5 million de salariés à temps plein sur le territoire. Au-delà de la quantité d’employés, les startups se caractérisent par leur besoin spécifique en profils techniques et qualifiés. Au sein des entreprises innovantes en particulier, en moyenne, pas moins de la moitié des postes sont occupés par des cadres et des ingénieurs.

Ce recours aux catégories socioprofessionnelles les plus qualifiées va de pair avec une stratégie de fidélisation des talents. Les startups utilisent alors davantage les CDI pour conserver leurs salariés, en particulier dans les startups innovantes et celles qui lèvent des fonds.

3 - L'emploi y demeure plus masculin

Si les contrats peuvent se révéler plus stables au sein de ces jeunes pousses, la part des femmes y est en revanche légèrement plus faible. En effet, l’étude démontre que les emplois occupés par des femmes ne dépassent pas 40 % du total de l’effectif des startups, alors qu’elles représentent 48 % de la population active. Même si cet aspect est en transition avec des femmes de plus en plus représentées dans les startups, l’emploi y demeure en moyenne plus masculin que dans les autres entreprises.  

Tess Della Torre
Tess Della Torre Rédactrice web