Comprendre les greentech en une infographie

Les greentech sont des acteurs incontournables de la transition énergétique et écologique. Mais qui sont-ils ? Quels sont leurs enjeux et leur potentiel ? Découvrez, au travers d’une infographie, un panorama de ces startups et PME innovantes qui vont transformer durablement nos façons de produire et de consommer.    

  • 06 septembre 2021
  • Temps de lecture: 6 - 7 min
Greentech

La rencontre entre la transition écologique et la révolution numérique. C’est l’idée qui se cache derrière le terme greentech. Association des mots « green » (vert en anglais) et « tech » (technologie), il désigne les entreprises qui développent des technologies de pointe qui contribuent à réduire notre empreinte carbone et assurent la protection à long terme de l'environnement. Énergie, agriculture ou mobilité, les acteurs de la greentech sont présents dans tous les secteurs et leur nombre est en constante évolution. Le Panorama réalisé par Bpifrance en 2021 recensait 800 startups greentech qui réalisaient alors un chiffre d’affaires moyen de 1,4 million d’euros. Aujourd'hui ce chiffre à plus que doubler. 

Définition de la greentech  

La greentech, qu’on appelle aussi ecotech ou encore cleantech, regroupe les startups et PME offreuses de toutes solutions innovantes permettant de lutter - directement ou indirectement - contre le réchauffement climatique. Cela notamment, en diminuant les émissions de gaz à effet de serre (GES), les pollutions de l’eau, de l’air et du sol, ainsi que de contribuer à la préservation des matières premières et ressources naturelles.  

Dans son étude d’avril 2023, Bpifrance décompte plus de 2150 entreprises qui innovent en faveur de la transition écologique. La sensibilisation croissante à la durabilité en France crée une demande croissante, offrant un marché dynamique pour les entreprises innovantes dans le domaine des technologies vertes. 

 

À lire aussi : Climate tech : les technologies face au changement climatique 

Greentech en France 

Saluée pour ses innovations permises grâce à des politiques environnementales ambitieuses, un soutien gouvernemental et de belles infrastructures de recherche, la France est un réel terrain de jeu pour le développement de la greentech. En harmonie avec des enjeux écologiques, les entreprises françaises émergent avec des innovations vertes dans les énergies renouvelables, la gestion des déchets, la mobilité durable et bien d'autres domaines. Ces entreprises, soutenues par des initiatives gouvernementales et des investissements substantiels, redéfinissent les normes industrielles tout en préservant l'équilibre écologique.  

Si elles se concentrent davantage sur la capitale, les entreprises greentech investissent largement le territoire français. Dans le panorama des greentech, startups et PME innovantes publié par Bpifrance de 2021, on recensait un peu plus de 150 entreprises dans le domaine à Paris et plus d’une cinquantaine dans d’autres villes comme Marseille, Grenoble et Lyon.   

Une image contenant texte, carte, diagramme

Description générée automatiquement 

 

2 153 greentechs françaises recensées en 2023 contre 1 800 à fin 2021. La dynamique greentech en France illustre un engagement collectif vers un avenir plus propre, plus efficace et plus respectueux de l'environnement, positionnant le pays parmi les leaders majeurs dans la transition vers une économie durable aux côtés de la Suède, l’Allemagne et le Royaume-Uni.  

 

A lire aussi : Numérique responsable : de quoi s'agit-il et quelles sont les démarches pour l'adopter ? 

 

Les domaines d'activité qui font partie de la greentech  

Plusieurs domaines d'activité émergent comme des piliers incontournables de ce secteur en pleine expansion. Parmi ceux-ci : 

  • L'alimentation et l'agriculture durables                                                        

  • Les bâtiments et la ville durables                                                                 

  • La décarbonation de l’industrie                                                                  

  • La mobilité propre                 

  • L'eau, la biodiversité et le biomimétisme                                                                                                                                 

Une image contenant texte, capture d’écran, cercle, diagramme

Description générée automatiquement 

L'énergie renouvelable se positionne en tête de classement avec 30 % de startups et PME. Son développement continu, qu'il s'agisse de solaire, éolien, hydroélectrique ou géothermique, représente l'une des pierres angulaires des greentechs, offrant des solutions durables pour répondre aux besoins énergétiques mondiaux. En parallèle, les technologies visant à optimiser la consommation d’énergie et à favoriser l'efficacité de la gestion des ressources occupent une place prépondérante. Qu'il s'agisse de l’optimisation des déchets, des solutions de mobilité verte ou encore des innovations en matière d'agriculture durable, ces secteurs contribuent activement à la construction d'un avenir plus respectueux de l'environnement. 23 % des entreprises œuvrent en faveur de la préservation de l’environnement, 18 % traitent de la chimie verte et des matériaux biosourcés. Enfin, l'émergence croissante des greentechs dans le domaine de la construction durable et de l'urbanisme (6 %), avec des initiatives axées sur la conception de bâtiments à faible empreinte carbone et sur la création de smart cities, reflète l'ampleur et la diversité des domaines d'activité embrassés par ce mouvement en plein essor.              

Les technologies au service de la planète  

Les entreprises de la greentech s’appuient sur la technologie, le numérique, les outils digitaux et la Big Data pour réduire l'empreinte carbone et répondre aux problématiques suivantes : 

  • La transition verte dans l’industrie                                                                    

  • Les smart cities, ou le concept de végétalisation de nos villes                             

  • Les modes alternatifs de consommation énergétique                                      

  • Le recyclage                                                                                                      

  • Les bâtiments économes voire autosuffisants en énergie                                

  • La mise en place de réseaux intelligents                                                          

  • La transition énergétique à l’international grâce notamment à l’essor des énergies renouvelables et de l’écomobilité                                                                                    

  • L’agriculture et l’alimentation en trouvant des solutions au gaspillage alimentaire, en créant des modes de culture biologiques, viables et alternatifs, et en mettant en avant les circuits courts.                                                                                                  

  • La réduction du gaz à effet de serre pour assurer la protection à long terme de l’environnement          

Parmi ces technologies clés, on retrouve l'intelligence artificielle (IA) pour optimiser les processus de gestion de l'énergie, les capteurs IoT (Internet des objets) pour surveiller et contrôler la consommation énergétique mais également les plateformes de gestion de Big Data pour analyser et tirer des insights précieux à partir de données environnementales.  

A titre d’exemple l’entreprise Qarnot Computing exploite la chaleur des serveurs informatiques pour chauffer des bâtiments, alliant ainsi informatique et efficacité énergétique. Dans le domaine de l'énergie solaire, la société Sunna Design développe des solutions d'éclairage public alimentées par l'énergie solaire, tandis que Neoen se concentre sur le développement de parcs solaires et éoliens à grande échelle. Certaines innovations de pointe permettent d'anticiper et prédire des changements climatiques, des systèmes de gestion intelligente favorisent les infrastructures durables, et des applications mobiles facilitent l'adoption de modes de vie écologiques. 

 

A lire aussi : Qu’est-ce que le Green IT  

 

La greentech Innovation 

Le gouvernement soutient et accompagne les jeunes entreprises innovantes dont les produits ou les services contribuent à la croissance verte (respect des enjeux environnementaux) et à la croissance bleue (développement durable dans les secteurs marin et maritime). Chaque année tout l’écosystème français se réunit à l’occasion du Meet up Greentech qui s’articule autour de conférences de qualité, de sessions de networking et des temps de pitch. Cette année, ce rendez-vous s’est tenu les 7 et 8 novembre au sein de la Station F à Paris. Un évènement qui s’inscrit dans la lignée de programmes dédiés à l’accompagnement et au développement des entreprises de tech verte.  

A lire aussi : Sobriété numérique des entreprises: définition, bonnes pratiques, exemples 

 

L’initiative FrenchTech Green20   

Le 3 mai 2021, le gouvernement français dévoilait son nouveau programme le “FrenchTech - Green20”. Son objectif ? Accompagner 20 startups françaises de tech verte, prometteuses. Fût accompagnées notamment, Lhyfe, Metron, Spareka ou encore BeFC. Le succès reconnu à cette initiative lui a valu d’être renouvelée avec une deuxième promotion de lauréates en 2022.  

Une image contenant texte, capture d’écran, Police, diagramme

Description générée automatiquementUne image contenant texte, capture d’écran, Police, diagramme

Description générée automatiquement           

 

Le réseau national d’incubateurs greentech   

En collaboration étroite avec les acteurs locaux de l'innovation comme Bpifrance et les institutions françaises renommées dans la recherche et la technologie comme le CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives), le réseau national des incubateurs Genentech crée par le Ministère de la Transition écologique en partenariat avec la French tech, s'engage à accélérer et à favoriser l'émergence de solutions novatrices. Cette initiative œuvre en collaboration avec le secteur privé, la recherche, et oriente également les commandes publiques vers ces expérimentations. Actuellement fort de plus de 30 membres actifs, ce réseau d'incubateurs vise à soutenir les startups et PME orientées vers la transition écologique. Il demeure ouvert à l'intégration d'incubateurs souhaitant appuyer ces entreprises novatrices dans le cadre de l'initiative greentech innovation.  

Label GreenTech verte : catalyseur de l’innovation durable  

En 2016, le gouvernement français, le Ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires ainsi que le Ministère de la transition énergétique lancent l’initiative greentech verte. Celle-ci regroupe plusieurs éléments : un incubateur, des appels à projets, un concours de création de startups, des hackathons et s’appuie sur le principe de partage des données très répandu dans le domaine de l’écologie.  

Le label GreenTech Verte, soutient près de 140 entreprises positionnées dans tous les domaines de la transition écologique : le climat, l’énergie, le bâtiment durable, la mobilité, l’économie circulaire ou la biodiversité. Il vise à mettre en lumière et à accompagner ces entreprises innovantes pour favoriser leur croissance et contribuer à une transition écologique significative.                                                                                                                               

L’ecotech : un secteur en plein essor qui répond à l'enjeu de neutralité carbone en 2050 

La réponse à l’enjeu d’émission neutre en 2050 dépend à 40 % des greentechs. Si ces entreprises innovantes font face à de nombreuses contraintes réglementaires, des problématiques de ciblage des marchés ou encore des difficultés de recrutement et d’accès aux financements, elles ont également un fort potentiel de développement. Ainsi les greentechs représentent 12 % des lauréats du French Tech 120, le programme dédié aux entreprises en hyper croissance et 21 % des levées de fonds en 2020.  

Des initiatives comme celles du FrenchTech Green20 sont indispensables pour atteindre l’objectif, fixé par la France, de neutralité carbone à horizon 2050. En effet, selon le cabinet McKinsey, la réponse à l’enjeu d’émission neutre en 2050 dépend à 40 % des greentechs. « À technologies constantes, nous ne parviendrons pas à atteindre la neutralité carbone en 2050 », confirmait fin 2020 Paul-François Fournier, directeur exécutif et directeur de l’innovation de Bpifrance, au Forum Zéro Carbone. C’est pourquoi Bpifrance a également fait du financement de l’innovation dans les « greentechs » et dans les réseaux durables et résilients, à hauteur de 5,5 milliards d’euros, l’un des trois piliers de son Plan Climat.   

 

Cette infographie est co-réalisée par la Direction Deeptech (Magali Cauet) et la Direction des Filières Industrielles (Emilie Garcia) de Bpifrance.  

 

Télécharger l'infographie

Sofia Ben Dhaya
Sofia Ben Dhaya Rédactrice web